~
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mystère et Boule de Gomme

Aller en bas 
AuteurMessage
Abby

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 30/07/2012
Age : 27
Localisation : Québec

MessageSujet: Mystère et Boule de Gomme   Ven 4 Jan 2013 - 1:14

La nuit était d’un noir de velours, des torrents de pluie tombaient depuis des jours rendant les routes impraticables. On percevait une faible lueur dans la somptueuse résidence des Silverman, signifiant l’insomnie d’un membre du logis. Abigail, l’héritière des Silverman et veuve de guerre était toujours assise à son secrétaire antique. Le petit bureau dans la tourelle était sa nouvelle cachette depuis la mort de son époux. La lourde atmosphère des derniers jours la laissait incapable de dormir. Sa tisane froide trônait sur une table à café, fort probablement froide puisque la bonne l’avait laissé avant de se retirer pour la nuit et que l’horloge indiquait 2 heures. Les papiers qui trainaient un peu partout dans la pièce étaient des comptes, des factures et autres paperasses importantes pour la compagnie dont Abigail était maintenant copropriétaire depuis le décès sans testament de son mari.

Abigail Wainwright, Silverman de son nom de fille, a eu la chance d’être éduquée par un homme d’affaire important qui n’avait pas eu de descendance masculine. John Silverman a donc tout mis en œuvre pour qualifier sa fille dans ce monde d’hommes. Évidemment, son gendre avait pris les rennes de la compagnie à son décès mais dans le cas ou sa fille était veuve, elle saurait vivre d’elle-même. Elle était donc très loin d’être sotte. Malgré tout, le manque de sommeil l’épuisait et les chiffres ne lui disaient plus rien. Elle éteignit donc l’ampoule qui grésillait au plafond et se retira pour la nuit.

Elle se réveilla au son de coups violents sur sa porte. On appelait son nom sans arrêt, on chuchotait derrière la voix plus forte. Elle reconnut la bonne qui disait son nom tout haut. Abigail ouvrit la porte sur une Mlle Yi aux traits ravagés par l’inquiétude. Derrière elle, se tenait le majordome et fils de la bonne, Kyle. Il était en discussion animée avec le jardinier, un grand homme noir prénommé Jérôme et la cuisinière, Elena, une rouquine un peu ronde au sourire joyeux. Sourire qui était absent aujourd’hui, semblait-il. Tout le monde se raidit avec l’apparition de la maîtresse de la maison. Elle leur afficha un sourire encourageant, attendant des explications.

- C’est dans le jardin, dit gravement Jérôme. C’est… inexplicable.

Fronçant les sourcils et n’attendant pas d’autres explications, la veuve se dirigea rapidement vers le portique arrière, vêtue uniquement d’un peignoir. Elle se précipita à l’extérieur et frissonna au contact du vent. Rien, elle ne vit absolument rien d’étrange. Un sourcil haussé en signe de questionnement, elle posa son regard sur le jardinier. Il montra la cabane à outil du menton, refusant d’accompagner Abigail plus loin. Cela n’augurait rien de bon.

D’un pas lent, Abigail s’approchait de la porte, trainant ses pieds dans la pelouse mouillée et jetant des coups d’œil vers ses domestiques à maintes reprises. Elena semblait vouloir la prévenir mais la main que Kyle avait déposée sur son épaule lui indiquait de ne pas s’en mêler. L’odeur nauséabonde qui émanait du cabanon prévenait déjà la dame blonde de ce qui se trouvait à l’intérieur. Elle posa sa main sur le fer rouillé de la poignée et tourna. La porte s’ouvrit dans un grincement infernal sur une vision d’horreur.

Une flaque de sang séchée s’étirait jusqu’à ses pieds, avec, trônant au milieu de celle-ci, un cadavre bleui. Le visage gonflé et ensanglanté laissait tout de même paraître les traits si familiers. Abigail recula, prise d’un malaise, et trébucha. Elle continua à s’éloigner à de manière laborieuse sans briser le contact visuel avec la source de son puissant inconfort.

Comment? Son regard plongé dans les yeux vides de son mari, elle répétait ce même mot tout bas. Il était mort à la guerre, on le lui avait dit. Elle avait encore la lettre officielle, il y avait eu des funérailles. Or, elle se trouvait face à face avec le cadavre d’un homme disparu depuis 4 ans. Son époux était mort dans son cabanon, d’une balle à la tête.

Adam Wainwright était mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abby

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 30/07/2012
Age : 27
Localisation : Québec

MessageSujet: Re: Mystère et Boule de Gomme   Lun 28 Jan 2013 - 13:06

Le shérif de la ville était un homme de peu de manières, un soûlon et un incompétent. Il était aussi le beau-frère du maire, ce qui le rendait intouchable aux plaintes des citoyens mécontents. La petite ville était du moins tranquille; sa population était vieille et généralement aisée. C’est donc en toute confusion que l’inspecteur fixa le téléphone. Sa sonnerie stridente l’avait sorti de son sommeil de whiskey. Sa bouteille soigneusement cachée, cadeau des contrebandiers qui passent régulièrement au travers de la ville sans problème.

Il ne serait même pas surprenant que cet homme ignore l’existence même de la prohibition, vu son état second quasi-permanant. Il avait toujours assez de présence d’esprit pour comprendre le fonctionnement du téléphone par contre.

- Oui?

- Je suis bien au poste de police? questionna l’interlocutrice après un silence.

- Oui, répéta l’homme.

- Je voulais signaler un meurtre au 39 St-John road, rajouta la voix hésitante.

- J’vous envoie quelqu’un, coupa l’inspecteur de sa voix rauque.

Il raccrocha durement le combiné sans attendre de réponse et soupira bruyamment. Le quelqu’un à envoyer, c’était lui-même, il allait devoir conduire avec une sale gueule de bois. Un meurtre. C’était bien rare de devoir enquêter sur un meurtre ici. La faible excitation laissa rapidement place au désespoir. Un meurtre voulait dire une enquête longue et dure avec des interrogatoires interminables. Cela voulait aussi dire qu’il ne pourrait pas que remplir quelques papiers pour que tout le monde soit content. Il fallait un coupable.

Il balaya les bureaux vides de son regard inexpressif, comme à la recherche d’un subordonné à qui laisser tout le travail. Cet emploi était sensé être facile, il était supposé déléguer le travail aux autres, mais personne n’était employé ici. Même le téléphone devait être rouillé tant les appels se faisaient rares. Sa femme passait de temps à autre lui préparer des repas de manière à ce qu’il ne se laisse pas mourir de faim. C’était cependant les seules visites qui avaient lieu, le visage doux et souriant de son épouse était le seul qu’il voyait si on oubliait les contrebandiers.

Theodore Morgan, âgé d’environ cinquante ans – personne ne savait son âge exact – était considéré comme le raté de la petite ville. Il n’avait absolument aucun des talents nécessaires pour être shérif, avait fait fuir la petite équipe qu’il avait et puait l’alcool. Son manque de classe était dérangeant dans un environnement aussi riche et ses paroles discourtoises à l’égard de tous le rendaient bien peu populaire. Ses cheveux hirsutes et gris avec sa barbe d’une semaine rappelaient ceux d’un sans-abri et son uniforme froissé et taché n’imposait plus l’ordre et la justice, mais plutôt un ricanement. Cet homme était presque une caricature tant il était ridicule, malgré l’air dur et bourru qu’il se donnait.

Il se leva et sortit de sa démarche maladroite. Il entra dans sa Ford T toute rouillée et activa la sirène. Direction St-John road.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Mystère et Boule de Gomme
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Thème de Aout 2013: "MYSTÈRE..." (FIN 25/08/2013)
» Lundi 7 mars
» La mystérieuse affaire de Styles
» Le mystère Yachiru!
» Ann Radcliffe : "Les Mystères d'Udolphe" et autres oeuvres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors-Jeu :: Fictions-
Sauter vers: