~
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I want to play a game

Aller en bas 
AuteurMessage
Bones
Spécialiste de Serpents & Échelles
avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 18/07/2012
Age : 27
Localisation : Hochelaga

MessageSujet: I want to play a game   Sam 17 Nov 2012 - 20:01

SLENDER


Je me réveillai en sursaut, dans la pénombre la plus totale. L’air frais qui caressait mes avant-bras nus me fit frissonner. Aveugle, je me redressai lentement en tâtant le sol près de moi. Je ne sentis que des feuilles mortes et de l’herbe. Mes doigts rencontrèrent quelque chose de dur. J’agrippai l’objet et tâchai de le définir par le toucher. Mais qu’est-ce que c’était… J’accrochai un interrupteur et un faisceau de lumière éclaira la nuit. Je sursautai, effrayé, puis balayai l’endroit avec la lampe de poche. J’étais au milieu d’une forêt, les arbres semblaient tous identiques. Qu’est-ce que je foutais ici bon sang? Confus, je me levai avec lenteur, le dos un peu courbaturé par la rudesse du sol. Ça devait faire des heures que j’étais étendu là… Mais où exactement?

Curieux, je m’aventurai un peu plus loin, en observant autour de moi. Derrière, je ne voyais que le néant, une noirceur déroutante ; devant, il n’y avait que des arbres à perte de vue. Un mauvais pressentiment se frayait un chemin dans mon esprit. Si j’étais ici, c’est parce qu’on voulait que j’y sois. On m’avait fourni une lampe de poche, je devais exécuter une quête quelconque, mais laquelle? L’idée qu’un psychopathe hystérique ait pu me kidnapper et m’emmener ici se forma lentement dans ma tête. La peur me gagnait, je m’efforçai de rester calme. J’allais bien trouver une solution à mon problème…

De plus en plus terrifié, je m’enfonçai dans la forêt aux arbres semblables. Chaque craquement me faisait sursauter, chaque courant d’air secouait mon corps en entier. Après quelques minutes de marche, un chemin terreux apparut dans le faisceau de ma lampe de poche. Une joie soudaine m’envahit et je me précipitai rapidement hors de l’étouffant boisé. Je levai la tête et vis le ciel plein d’étoiles. La lune était presque disparue, un mince croissant rappelait sa présence. La nuit ne pouvait pas être plus noire.

Moins angoissé qu’à mon réveil, je suivis le chemin de terre, espérant de tout cœur qu’une sortie allait bientôt se présenter à moi. Mes mains étaient engourdies par le froid, je voulais retourner à la maison. Alors que je commençais à croire que je tournais en rond dans cette forêt compacte, un petit camion bleu apparut à ma droite. Je figeai, sans comprendre la présence du véhicule. Une idée me vint en tête : je pouvais utiliser la voiture pour sortir d’ici. Rassuré, je me dirigeai rapidement vers l’engin. Les portes étaient déverrouillées, un coup de chance. Je me sentais plus en sécurité à l’intérieur de la voiture, mais les clés étaient introuvables. Je soupirai, un peu énervé, puis vérifiai tous les emplacements possibles pour trouver ces foutues clés. Ma recherche n’étant pas un succès, je sortis de la voiture pour chercher par terre, au cas où elles seraient tombées au sol. Alors que je regardais du côté passager, une page blanche accrochée à la fenêtre attira mon attention.

ALWAYS WATCHES
NO EYES


Les lettres étaient accompagnées d’un curieux dessin composé d’un rond et de deux «X». Une tête, probablement. Je pris le dessin, perplexe. Un bruit profond, qui semblait provenir des entrailles même de la Terre, résonna dans la forêt. Je jetai un coup d’œil autour de moi, éclairant les arbres avec ma lampe de poche. Mon cœur se mit à battre plus fort tandis qu’une sensation de chaleur se propageait dans mon corps. La peur que j’avais ressentie plutôt était revenue, et en force. J’abandonnai la voiture aux clés disparues et retournai sur le chemin de terre au pas de course. Je voulais mettre le plus de distance possible en ce camion et moi.

Je regardai à nouveau le dessin que j’avais en main. Regarde toujours, sans yeux. Comment est-ce que ça pouvait être possible? Qui avait dessiné ce gribouillis? Parlait-il de Dieu, celui qui juge, mais qui n’a pas de corps, donc ni d’yeux? Je secouai la tête. C’était probablement une esquisse insignifiante, une image destinée à me faire peur. Ça n’allait pas réussir, ça non. Ce n’était pas un dessin d’enfant qui allait me terrifier.

Je vis au loin une forme au sol. Je stoppai à nouveau. D’accord, j’avais peur, voilà c’était dit. Je m’approchais lentement en plissant les yeux pour essayer de distinguer la chose qui se trouvait par terre. Je réussis à reconnaître des jambes. Des petites jambes. Inquiet à l’idée de ne pas voir de corps au bout de ces membres, j’avançai lentement en direction de la personne. À mon grand soulagement, celle-ci était en une pièce. Il s’agissait d’une jeune femme. Je m’agenouillai et secouai doucement le mollet de la fille.

-Bonjour?

J’avais parlé si bas que je ne m’étais pas entendu moi-même. J’éclaircis ma gorge avec gêne, jetant un regard inutile par-dessus mon épaule. Je secouai encore la fille inconsciente.

-Madame?

Je pointai la lumière vers le visage de la jeune femme. J'eus un vertige en reconnaissant la personne.

-Emy?! m’interloquai-je. Emy! Réveille-toi! m’écriai-je. Vite!

Celle-ci se mit à grouiller un peu.

-Hein, quoi, qu’est-ce qui arrive? marmonna-t-elle d’une voix rauque.
-Emy, on est dans une forêt, y faut sortir d’ici! la pressai-je.

Ses yeux m’observaient sans me voir. Elle leva une main pour bloquer la lumière avec laquelle je l’aveuglais.

-Bones? me reconnut-elle. Mais… qu’est-ce qu’on fout ici?
-J’en ai aucune idée, mais j’aime pas ça du tout, répliquai-je en l’aidant à se remettre sur pied.
-Comment on est arrivé ici? On est dans une forêt? demanda Emy en regardant autour, tout en essuyant son pantalon.
-J’en sais rien, je me suis réveillé plus loin, au milieu des arbres. J’ai trouvé une lampe de poche à côté de moi et j’ai aussi trouvé… ça.

Je tendis le dessin à Emy. Elle l’observa avec attention tandis que j’éclairais la feuille. Ses sourcils étaient arqués, son incompréhension était semblable à la mienne.

-Always watches, no eyes? Qu’est-ce que ça veut dire? essaya de comprendre Emy.
-Je sais pas, ça représente Dieu? suggérai-je.
-Dieu? Qui dessinerait Dieu de cette façon? rétorqua Emy. Non, ça doit forcément être autre chose… Ça doit avoir un lien avec la personne qui nous a amenés ici.
-Tu crois qu’on va mourir, que c’est un serial killer malade qui veut nous torturer en paix? débitai-je.
- Dis pas des trucs pareils quand on est dans une forêt en pleine nuit! s’énerva Emy. J’ai déjà assez peur comme ça…
-Mais pourquoi on serait ici? C’est quelqu’un qui veut nous faire une blague? voulus-je savoir.
-J’en sais pas plus que toi! s’exclama Emy, exaspérée. Bon sang, Bones, qu’est-ce qu’on va faire?
-On pourrait suivre le chemin… Ça ne peut pas nous mener à un endroit pire, soupirai-je.
-Ouais, t’as raison. Donne-moi ça.

Emy me prit la lampe-torche des mains et se lança la première sur le sentier. Je me dépêchai de la rejoindre, un peu effrayé. On marcha en silence, trop angoissés pour dire quoi que ce soit. J’avais la tête baissée, je réfléchissais à tout ce qui venait d’arriver. Mon réveil dans les arbres, la voiture bleue, le dessin, Emy… Ça ne faisait aucun sens!

-Tu crois qu’on est seuls? demandai-je soudainement.
-Bones, il n’y a pas de tueur en série. Okay?
-Non, mais je veux dire… Je t’ai trouvée, on pourrait bien trouver quelqu’un d’autre, lui fis-je remarquer.
-Comme qui? Le père Noël peut-être? Qu’est-ce qu’il foutrait dans une forêt, hein?
-Ben qu’est-ce que tu penses qu’on fout dans une forêt nous? On n’est pas venu faire un pique-nique à ce que je sache…

Emy soupira et ignora ma dernière réplique. Le sentier était toujours aussi vide, les arbres s’accumulaient autour de nous, créant de véritables murs végétaux. L’horrible sensation d’être observé me faisait frissonner. Je n’arrêtais pas de penser au dessin. J’étais en train de le mettre dans ma poche lorsqu’Emy s’arrêta.

-Qu’est-ce qu’il y a? m’enquis-je en levant la tête.

Un immense arbre se dressait à quelques mètres de nous, un espèce de baobab monstrueux. Je fis de grands yeux.

-Mais c’est quoi ce truc? Je pensais qu’il n’y en avait qu’en Afrique!
-C’est incroyable…

Lentement, on s’avança vers l’immense tronc. Plus on s’en approchait, moins je me sentais bien.

-Emy, c’est pas une bonne idée, on devrait partir, l’avertis-je.
-Qu’est-ce qui pourrait nous arriver? C’est seulement un arbre. S’il arrive quelque chose, on peut même monter dedans pour se sauver.

Monter dedans? Les premières branches n’apparaissaient que quelques mètres plus haut! Un saut pareil était impossible…

-Et si on trouve un autre dessin?

Il y eut un silence.

-Il y aura pas d’autres dessins, répliqua fermement Emy.

Peu convaincu, je suivis Emy avec hésitation tandis qu’elle observait toutes les facettes de l’arbre avec la lampe de poche. Soudain, elle réprima un cri et ferma la lumière.

-Quoi? Qu’est-ce qu’il y a? demandai-je à voix basse, apeuré.
-Il y a quelqu’un! répondit Emy en reculant près de moi.

Un frisson me parcourut. Quelqu’un? Qui? Les mains tremblantes, je pris lentement la lampe-torche.

-Ne l’allume pas, il va nous voir! murmura Emy, paniquée.
-Attend-moi ici.

Je fis un pas devant, le bras tendu pour éviter un éventuel obstacle. L’arbre était tout près, l’autre devait se tenir juste un peu plus loin… Des gouttes de sueur froide perlèrent sur mon front. Mes mains étaient agitées, je raffermis ma poigne sur la lampe. Je pris une grande inspiration, puis allumai la lumière. On me sauta aussitôt au visage et je fus plaqué au sol.

-EMY!
-BONES! LÂCHEZ-LE!
-Qui êtes-vous?!

Emy me tira près d’elle et je me relevai en trébuchant. Je braquai la lampe de poche devant moi. Un jeune homme se tenait là. Il avait des cheveux noirs en bataille, les yeux bridés. Il avait l’air aussi terrorisé que nous. Je levai ma main libre en signe de paix.

-On te veut pas de mal, lui assurai-je. On est perdu, on cherche un moyen de sortir d’ici…
-Vous aussi? s’étonna le jeune homme.
-Pourquoi tu l’as attaqué? le questionna aussitôt Emy, furieuse.
-Je… Je pensais que vous alliez m’attaquer, marmonna l’inconnu, piteux.
-Ça va Bones? s’inquiéta Emy en se tournant vers moi.
-Oui, oui, j’ai mal au dos un peu, c’est tout, la rassurai-je. T’es un ninja ou quoi? dis-je à l’intention du gars.
-J’aime les arts martiaux, avoua-t-il, gêné. Désolé, je croyais que… Que c’était… Enfin, désolé, j’ai eu peur. Vous savez où on se trouve?
-Aucune idée, répondit Emy.
-Comment vous êtes arrivé ici?
-De la même manière que toi, c’est-à-dire, par magie, soupirai-je. Comment tu t’appelles?
-Kyle. Je m’appelle Kyle.

Il avait l’air d’un type bien même s’il venait de me plaquer au sol.

-Moi, c’est Bones, elle, c’est Emy, nous présentai-je rapidement.
-Bonjour.
-Ouais, bon, c’est bien plaisant tout ça, mais on n’est pas ici pour discuter, nous rappela Emy. Y faut trouver un moyen de partir avant que… je-ne-sais-quoi arrive.
-Vous avez trouvé une lampe de poche? s’étonna Kyle avec envie.
-Oui, c’était près de moi quand je me suis réveillé.
-Chanceux. Moi, j’ai trouvé ça, mais puisque je ne voyais rien, je sais même pas c’est quoi, marmonna Kyle en sortant quelque chose de sa poche.

Mon cœur manqua un bond en voyant la feuille de papier. Emy sembla partager la même émotion que moi. On s’approcha de Kyle pour éclairer le dessin.

FOLLOWS


Un sapin avait été grossièrement dessiné ainsi qu’un drôle de personnage. Un homme sans visage, tout en noir, des bras longs.

-Qu’est-ce que ça veut dire? essaya de comprendre Kyle, peu rassuré.
-Je sais pas, mais je commence à avoir sérieusement peur, souffla Emy.
-Attendez…

Je sortis la feuille que j’avais trouvée pour comparer les deux dessins.

-Oh, toi aussi, tu en as un? s’étonna Kyle.
-Ouais, je l’ai trouvé près d’une voiture abandonnée…
-Une voiture abandonnée?! Mais pourquoi tu me l’as pas dit plus tôt! se fâcha Emy. On n’a qu’à trouver les clés et foutre le camp d’ici!
-J’ai cherché les clés, mais je n’ai rien vu, répliquai-je. J’ai simplement trouvé ça et quand je l’ai pris, j’ai entendu un drôle de bruit et j’ai eu qu’une envie : aller le plus loin possible de là, racontai-je.
-Moi aussi, j’ai entendu un bruit! s’exclama Kyle. C’était… C’était comme un tambour, très grave, très profond. C’était bizarre.
-Oui, approuvai-je.

J’éclairai les deux dessins.

-Tout aussi charmant, constata Kyle en regardant ma feuille.
-Le cercle ici, ça pourrait être la tête de ça, fis-je remarquer à mes deux compagnons en pointant le rond avec des X et l’homme en noir.
-Oui… acquiesça lentement Emy. Mais alors, ça voudrait dire qu’il n’a pas d’yeux, peu importe ce qu’il est?
-J’imagine…

Un silence de mort planait. La noirceur oppressante qui nous entourait m’étouffait. Je n’en pouvais plus d’attendre le soleil.

-Quelle heure est-il? demandai-je. Il va bien faire clair un jour!
-Ma montre est morte, déclara Kyle.
-Mon cellulaire n’a plus de batterie, répliqua Emy, déçue.
-Super. Il doit être aux alentours d’une heure du matin, non?
-Sûrement.
-Le soleil devrait se pointer vers quatre heures, voire trois heures et demie, même, réfléchis-je à voix haute.
-Ça semble si loin, souffla Emy.
-Il faudrait trouver un endroit pour être en sécurité. Je ne sais pas ce qui nous « suit », mais je sens que c’est pas bon, dis-je en réprimant un frisson.
-Ouais, mais où va-t-on? demanda Emy. Il n’y a que des arbres!
-On peut se promener un peu, suggérai-je avec hésitation.
-On ne peut rien faire d’autre, en convint Kyle.

Sans entrain, on se remit en marche, avec Kyle à nos côtés. J’étais un peu rassuré qu’il soit là. S’il aimait les arts martiaux et qu’il savait se défendre, ça ne pouvait qu’être un atout pour nous. On marcha quelques minutes, puis un tunnel apparut au loin.

-Mais qu’est-ce que ça fout en pleine forêt? voulut comprendre Emy.
-J’en ai aucune idée, mais c’est parfait pour se cacher! répliquai-je. Venez!
-Eh, minute, et si Monsieur l’Aveugle était là-dedans? me fit remarquer Emy en me retenant par le bras.
-On n’a qu’à vérifier.
-Mais t’es complètement fou! Il doit être dangereux ce type!
-Kyle sera avec moi.
-Euh, quoi? fit ce dernier.
-J’ai besoin de quelqu’un pour me défendre!
-Et moi, je reste ici?!
-Oui.
-Mais t’es complètement fou! Je viens avec vous.
-Comme tu veux, dis-je en haussant les épaules.

On s’approcha du tunnel avec prudence. C’était une structure en béton, rien de plus résistant, mais sa présence ici était plutôt troublante. Une fois près de l’embouchure, on se plaqua contre le mur. Je pris une grande inspiration, redoutant une autre attaque de kung-fu, puis je jetai un coup d’œil à l’intérieur. Nada. Je poussai un soupir.

-C’est bon, leur assurai-je. Il n’y a personne.
-Oh bon sang, j’ai l’impression que mon cœur va exploser, soupira Emy, épuisée par tant de frayeurs.
-Tout va bien, on va pouvoir se reposer ici en attendant le matin, lui promis-je.

On entra dans le tunnel et on alla se placer au milieu. Si quelqu’un venait vers nous, on allait l’entendre s’approcher grâce à l’écho. Emy s’assit par terre et je m’installai près d’elle. Elle appuya sa tête contre moi.

-J’ai froid.
-Dors, je te réveillerai s’il y a quelque chose, lui dis-je en l’entourant de mes bras.

Elle hocha la tête, puis ferma les yeux. Kyle s’assit à côté de moi, à une distance raisonnable.

-Tu devrais fermer la lampe si tu veux économiser la batterie, me suggéra-t-il. Notre vision va s’adapter à la noirceur, on va réussir à distinguer quelqu’un du béton je crois.
-Bonne idée. Tu restes réveillé aussi?
-J’ai pas envie de dormir, m’avoua Kyle, secoué.
-Je comprends… On ferait mieux d’arrêter de parler pour ne pas que… quelqu’un nous entende.
-Oui, approuva Emy, d’une voix fatiguée.

J’eus un faible sourire, puis fermai la lumière après avoir adressé un dernier coup d’œil à Kyle. Comme il avait dit, ma vision s’adapta lentement à la noirceur. Je voyais la forme foncée de Kyle près de moi, rien d’autre ne se trouvait dans le tunnel. Rassuré, je fermai un œil et accotai ma tête contre celle d’Emy. Je luttai un peu contre le sommeil, mais la fatigue eut le dessus et je m’endormis.

TO BE CONTINUED. . .





__________________________________

Première page :
Spoiler:
 

Deuxième page :
Spoiler:
 


Dernière édition par Bones le Lun 19 Nov 2012 - 7:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bones
Spécialiste de Serpents & Échelles
avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 18/07/2012
Age : 27
Localisation : Hochelaga

MessageSujet: Re: I want to play a game   Dim 18 Nov 2012 - 22:46

-Bones, réveille-toi!

J’ouvris aussitôt les yeux, comme si l’on m’avait donné une décharge électrique.

-Qu-Quoi, qu’est-ce qui se passe? bégayai-je, encore un peu embrouillé par le sommeil.
-J’entends des pas à l’extérieur! chuchota Kyle, apeuré.

La décharge électrique se transforma en adrénaline. Je secouai Emy.

-Emy, debout! Faut foutre le camp, y a quelque chose près du tunnel, murmurai-je.
-Quoi?! s’écria-t-elle en sursautant.
-Chut! la réprimandai-je.

On tendit l’oreille. Je n’entendis qu’un silence assourdissant, aucun bruit à l’extérieur.

-Tu es sûr Kyle?
-Oui, les feuilles mortes craquaient!
-Dans quelle direction?
-Au bout à droite, m’indiqua-t-il.
-Je vais aller voir…
-Bones, arrête de jouer les héros, tu vas te faire tuer! marmonna Emy.
-Si tu continues à t’énerver, tu vas tous nous faire tuer, répliquai-je pour lui clouer le bec.

Vu la noirceur qui régnait dans le tunnel, je ne pus apprécier les rougeurs causées par la colère sur les joues de mon amie. Sans rien dire, je me levai maladroitement et marchai à l’aveuglette jusqu’au bout du tunnel. Mon cœur battait à la chamade, j’avais pratiquement peur que la chose l’entende. Immobile, à la limite de l’abri, mes sens étaient en alerte. Je ne distinguai toutefois aucun bruit, encore moins de mouvement. Les mains tremblantes, j’ouvris finalement la lampe-torche.

Personne. Je poussai un soupir. Kyle avait dû entendre le vent dans les feuilles, rien de plus. Après voir vérifier si personne ne se cachait près des murs, je retournai à l’intérieur, le cœur léger.

-C’était le vent, déclarai-je.
-Vraiment? s’étonna Kyle. J’avais pourtant cru…
-C’était le vent, c’était le vent, c’était le vent, l’ignora Emy en mettant ses mains sur ses oreilles.

J’eus un sourire.

-J’ai dormi longtemps? m’enquis-je à l’intention de Kyle.
-Une heure et demie peut-être?
-Ah oui? Il fait encore très noir…
-Je sais, soupira Kyle. La nuit est longue.
-J’ai l’impression de devenir aveugle avec toute cette noirceur… Tu peux rallumer la lumière un peu Bones? demanda Emy.

J’obtempérai sans discuter, partageant le même sentiment qu’elle. J’éclairai le mur devant nous. Une feuille blanche s’y trouvait. La lampe de poche m’échappa et tomba au sol.

-Vous avez vu?!
-Oui, il y avait un dessin! fit la voix de Kyle, déjà en train de s’éloigner.

Je repris la lampe dans mes mains et allai rejoindre Kyle.

-Oh bon sang, soupira ce dernier.
-Qu’est-ce qui est écrit? demanda Emy en nous rejoignant.

Je lus en même temps qu’elle ce que Kyle n’arrivait pas à prononcer.

DON’T LOOK
OR IT TAKES YOU


Le même personnage noir était illustré, ainsi qu’un «X» dans le coin haut à droite. On resta silencieux plusieurs secondes, trop secoués pour émettre le moindre son. Emy fut la première à sortir de sa léthargie.

-Il ne faut pas le regarder… Sinon il nous prend? Comment on peut le regarder s’il n’a pas d’yeux? s’exclama-t-elle. Comment il fait pour savoir qu’on le regarde? C’est n’importe quoi ce truc, je veux retourner à la maison!
-Le dessin n’était pas là lorsqu’on est arrivé, déclara Kyle.
-Quoi? fis-je.
-Le dessin n’était pas là, répéta Kyle. Quand on s’est assis, tu éclairais le mur, et il n’y avait rien. Quelqu’un est passé et a accroché la feuille après.
-Mais… c’est pas possible! Personne n’est venu ici! répliqua Emy. Non? voulut-elle s’assurer.
-Je n’ai vu personne, admit Kyle avec lenteur.
-Moi non plus, murmurai-je, piteux.
-On a probablement mal regardé, figura Emy. Peut-être que Bones pointait ailleurs hier. Euh, aujourd’hui. Il y a quelques heures…
-Hum.

Kyle ne semblait pas très convaincu par l’hypothèse d’Emy. Moi-même, j’étais plutôt effrayé à l’idée que quelqu’un soit passé alors que je dormais.

-Et si on allait ailleurs? proposai-je. S’il y a vraiment quelqu’un qui est passé sans qu’on l’ait remarqué, on n’est pas plus en sécurité que si on se promenait sur le chemin, leur fis-je remarquer.
-D’accord avec toi, m’appuya Kyle.
-Vous voulez vraiment aller dehors? soupira Emy, peu rassurée.
-On a plus de chances de trouver un moyen de se sauver que si on reste ici en tout cas, dis-je.
-Mais on pourrait attendre le matin…
-On a le temps de mourir mille fois, rétorquai-je. Je sais pas pourquoi on est ici, mais la personne qui nous a enlevés ne semble pas nous vouloir de bien…
-Mais pourquoi il nous aurait enlevés?! On n’a rien fait! s’exclama Emy. Pourquoi il nous a enlevé tous les deux?! Et Kyle?! C’est quoi le lien à faire?
-Vous vous connaissiez avant d’arriver ici? demanda Kyle.
-Oui.
-Ah bon. C’est un drôle d’hasard…
-C’est un peu trop exceptionnel pour être un hasard, si tu veux mon avis, soufflai-je.
-Mais pourquoi je suis ici alors, si je ne vous connais pas?
-J’en sais rien… On va peut-être trouver d’autres personnes en chemin? supposai-je.

Kyle eut un air angoissé, comme si ma réflexion l’avait apeuré.

-On part ou on reste? demanda-t-il finalement.
-On part, décidai-je.

Je fis un pas de côté et ma vue se brouilla. Un grésillement dérangea mon ouïe, je figeai aussitôt. Je fermai la lumière par réflexe.

-Bones, qu’est-ce que tu fais?
-Écoutez…

Le grésillement était de plus en plus fort. Je sentis Kyle s’agiter à côté de moi.

-J’aime pas ça du tout, déclara-t-il à voix basse.
-On fiche le camp d’ici, chuchotai-je en reculant doucement.

J’entraînai Emy et Kyle avec moi jusqu’à l’autre bout du tunnel. Quelque chose se trouvait devant nous, caché dans la noirceur, et plus on s’en éloignait, mieux je me sentais. Le grésillement s’interrompit lentement alors qu’on quittait le tunnel. Une fois à l’extérieur, je m’éclaircis doucement la gorge.

-On court? demandai-je.
-Oui! accepta Emy.

J’allumai la lumière et on prit nos jambes à notre cou. On s’arrêta uniquement lorsqu’on fut à bout de souffle, près de l’arbre qu’on avait rencontré un peu plus tôt.

-De retour au point de départ… soupira Kyle en s’appuyant contre le tronc.
-Ouais… Bordel, c’était quoi ce bruit? voulus-je comprendre.
-J’en sais rien, mais c’était bizarre, décréta Emy. On aurait dit… une télévision qui n’avait pas de signal.
-Sauf qu’il n’y a pas de télévisions dans les parages, fit remarquer Kyle.
-Vous avez réussi à voir ce que c’était? demandai-je, curieux. C’était pas notre imagination là, il y avait vraiment quelque chose! On n’est pas en train de devenir fou quand même…
-J’ai aucune idée de ce que ça peut être, avoua Kyle, inquiet. Mais je ne veux plus jamais être proche de ça.
-Moi non plus, murmura Emy.

On reprit notre souffle en silence. Mes pensées se bousculaient dans ma tête. Tant de questions sans réponse… Qu’est-ce qu’on foutait ici? Qu’est-ce qui nous suivait? Qu’est-ce qu’on était censé faire? J’avais l’impression qu’il n’y avait pas d’issues, que l’on allait finir nos jours dans ce boisé, dans la noirceur, avec cette chose qui nous poursuivait.

-Bones, m’interpella soudain Emy. Tu serais capable de retourner à la voiture?
-Euh, j’en sais rien, pourquoi?
-Je voudrais jeter un coup d’œil au moteur, dit-elle. Je suis à bout de nerfs, je veux partir d’ici et je crois bien pouvoir faire fonctionner ce tas de ferraille.
-C’est la seule option qu’on a, admit Kyle.
-M’ouais…

Je n’avais pas particulièrement envie de retourner là-bas, mais puisque Kyle et Emy le voulaient, je n’allais certainement pas être contre eux.

-Ça devrait être par là, finis-je par dire en pointant le sentier devant nous.

On se remit donc à marcher silencieusement. La voiture ne devait pas être très loin… Je restai tout de même attentif au moindre bruit. Je sentais la peur qui me mordait le ventre, je redoutais d’entendre le grésillement du tunnel. Le simple souvenir de l’évènement me terrorisait au plus profond de mon être. Je n’étais probablement pas au bout de mes frayeurs, malheureusement…

Après plusieurs minutes, je m’arrêtai, confus. Les autres se tournèrent vers moi sans comprendre.

-Qu’est-ce qu’il y a? s’enquit Emy.
-Je crois qu’on est passé tout droit, dis-je. La voiture était tout près de l’endroit où je t’ai trouvée, lui expliquai-je. Ça ne peut pas être aussi loin…
-Mais on n’a rien vu du tout! s’exclama Emy.
-Tu es sûr que c’était sur ce chemin-ci? me demanda Kyle.
-Oui… M’enfin, faut dire que c’est pas très facile d’avoir des points de repère ici, maugréai-je en éclairant les arbres autour de nous.

Kyle hocha la tête avec un air entendu. Brusquement, Emy me prit le bras. Je retins un juron.

-Bon sang… Qu’est-ce qui te prend? m’énervai-je.
-Regarde, là-bas! Il y a quelque chose!

J’eus envie de tourner la tête dans la direction opposée, mais je finis par jeter un coup d’œil au boisé. Rien n’accrocha mon attention. Je me détendis.

-Qu’est-ce qu’il y a?
-Au loin! Il y a des rochers! nous pointa Emy.

Je plissai les yeux. Des formes irrégulières s’élevaient, au milieu des arbres.

-C’est des menhirs? tentai-je de comprendre.
-On dirait, dit Kyle.
-On va voir? proposa Emy.
-T’es sérieuse là? me moquai-je. Tu veux aller là-bas?
-On pourrait peut-être trouver quelque chose d’utile, on pourrait peut-être se cacher là, supposa-t-elle.
-C’est l’endroit parfait pour être attaqué tu veux dire! répliquai-je.
-Emy a raison, chuchota Kyle, du bout des lèvres. Y faudrait jeter un coup d’œil au moins…
-T’as qu’à rester ici si t’as trop peur, continua Emy avec un sourire.

Je levai les yeux au ciel.

-C’est bon, je viens avec vous… Mais si ça tourne mal, vous pourrez pas dire que je vous avais pas prévenus!
-Ouais, ouais… Allez, avance.

Je pris une inspiration et pénétrai avec hésitation dans le boisé. J’eus un léger sentiment de claustrophobie face à la proximité de tous ces arbres. Je tâchai de me concentrer sur mon but : les menhirs. Alors que nous étions à mi-chemin, Kyle nous fit signe d’arrêter.

-Qu’est-ce qu’il y a? demandai-je, en redoutant la réponse.
-Il y a quelqu’un là-bas.

Bien sûr.

-Quoi?
-Il y a quelqu’un, répéta Kyle. Il a vu ta lumière et il s’est caché.
-Qui? voulut savoir Emy.
-Je sais pas, j’ai seulement vu du mouvement…
-On retourne au chemin? suggérai-je d’une petite voix.
-Des plans pour que la personne nous saute dessus quand on aura le dos tourné, marmonna Emy.
-On n’a qu’à marcher de reculons.
-Et foncer dans les arbres?
-Mais qu’est-ce que tu veux faire?! On va quand même pas aller voir qui c’est bordel, chuchotai-je, énervé.
-On est trois contre un, nous fit remarquer Emy. En plus, Kyle est ninja alors… Si c’est la personne qui nous a enlevés, il est pas vraiment en position pour nous attaquer.
-J’aime pas ça du tout, soupirai-je.

On s’avança malgré tout vers les rochers. J’avais les yeux rivés sur les menhirs éclairés. La personne ne pouvait pas nous échapper… Le faisceau de lumière tremblait un peu, je serrai la main sur le manche en jetant un bref regard à Emy. Quelle idée de merde, vraiment. On se trouvait devant les menhirs, sans trop savoir comment s’y prendre pour surprendre notre kidnappeur. Disons que notre présence était plutôt évidente vu la lumière qui était rivée sur le granit…

-Bonjour? me risquai-je.

Emy lâcha un soupir exaspéré.

-Mais t’es complètement con. Bonjour? C’est tout ce que t’as trouvé à dire?
-Bah quoi?

Je fis un pas devant.

-Y a quelqu…

Je n’eus même pas le temps de finir ma phrase, on me frappa au visage. Je portai aussitôt les mains à mon nez endolori en poussant un gémissement. J’entendis Kyle se jeter sur la personne tandis qu’Emy se précipitait sur moi.

-Ça va? s’inquiéta-t-elle.
-Oui… Qu’est-ce que les gens ont à me frapper? essayai-je de comprendre.
-Bones, tu veux bien éclairer par ici? demanda Kyle, quelque part devant moi.

Je baissai une main pour découvrir le visage de mon assaillant. Mon assaillante. Il s’agissait d’une grande femme. Kyle lui bloquait les mains derrière le dos en une position plutôt inconfortable. Essoufflée, elle nous regardait avec un air mêlé de crainte et de colère. Je pinçai mon nez alors qu’une substance poisseuse se répandait sur mes lèvres.

-C’est toi la folle qui essaie de nous faire peur? lui demandai-je, avec une drôle de voix.
-Non, répondit la femme en se débattant contre Kyle qui restait imperturbable.
-T’es qui alors?
-Ça vous regarde pas, répliqua sèchement l’inconnue.
-Écoute, commençai-je. On est tous dans le même merdier. Soit tu viens avec nous, soit tu restes ici dans le noir.
-Non! Pas le noir! s’écria la femme. Je… Je m’appelle Lydia.
-Bones, fis-je en lui tendant ma main pleine de sang.

Elle eut un air dégoûté. Je replaçai ma main sur mon nez et fis un signe de tête à Kyle.

-C’est bon, tu peux la lâcher, lui dis-je.

Il obéit avec une légère hésitation. Lydia s’éloigna brusquement de lui en lui jetant un regard meurtrier.

-Pourquoi vous êtes venus me voir?
-On cherchait un moyen de partir d’ici. Mon amie croyait pouvoir faire démarrer une vieille voiture que j’ai trouvée, lui expliquai-je.
-Une voiture? répéta Lydia. Vous avez trouvé une voiture?
-Ouais. Mais disons que… on a de la difficulté à la retrouver, admis-je, gêné.
-Je t’ai vue te cacher lorsque Bones a éclairé la forêt, déclara Kyle. Pourquoi tu te cachais de nous?
-J’avais peur que vous vouliez me faire du mal, répliqua Lydia. J’ai… Ça fait des heures que je suis dans le noir, j’entends des bruits bizarres et… je comprends pas ce que je fiche ici. Je veux simplement retourner chez moi, soupira la pauvre fille, exténuée.
-Des bruits bizarres? soulignai-je.
-Ouais, comme un tremblement de terre.

Kyle et moi échangeâmes un regard.

-T’as trouvé une feuille de papier? demandai-je.
-Euh, je crois… Comment tu sais?
-On en a trouvé aussi.

Je lui montrai les bouts de papier. Lydia fronça les sourcils, perplexe, puis elle sortit son propre papier. On se pencha tous sur le dessin, le cœur battant.

LEAVE ME ALONE


Cette fois-ci, il n’y avait qu’un sapin qui accompagnait le texte. L’ensemble restait, malgré tout, très inquiétant.

-Mais qu’est-ce que ça veut dire tout ça? demanda Lydia.
-On pense que quelqu’un nous suit… avec de mauvaises intentions, résuma Kyle.
-Mais… pourquoi?! Je veux dire… On n’a rien fait pour mériter ça non?
-Je sais pas, je…

Je m’interrompis soudainement. Le grésillement avait repris. Kyle, Emy et moi eûmes une expression angoissée. Lydia regardait autour sans comprendre.

-Qu’est-ce qui se passe?
-C’est lui! Il est proche! paniqua Emy.
-Lui qui?!
-Le fou! L’aveugle! Je sais pas!
-Faut foutre le camp d’ici, décrétai-je.

Je fis volte-face et figeai net. À quelques mètres de nous se tenait un grand homme. Son visage, d’un blanc éclatant, était aussi lisse qu'un vase de porcelaine. Habillé de noir, sa silhouette était fine. Ses bras anormalement longs s’étiraient jusqu’en-dessous de ses genoux. Il ne bougeait pas, se contentait de nous fixer, de son regard inexistant. Le grésillement s’intensifia alors que j’observais avec horreur cette créature sortie tout droit de mes pires cauchemars. Don’t look, or it takes you. Je repris contrôle de mes sens alors qu’une terreur intense me saisissait.

-COUREZ! hurlai-je à l’intention de mes compagnons.

On tourna les talons et on sprinta au travers les arbres. Le cœur à quelques battements de la crise cardiaque, je courrais comme un débile. La vision du monstre persistait dans ma mémoire. Cours, cours, cours… J’entendais Kyle près de moi, Lydia et Emy ne devaient pas être bien loin. La lampe-torche balayait les arbres au rythme de ma course. Je ne sais pas combien de temps dura notre fuite, mais je finis par jeter un coup d’œil par-dessus mon épaule. Plus rien. La créature était disparue. Je ralentis progressivement mon allure, puis allai m’écraser au pied d’un arbre, haletant. Kyle s’arrêta près de moi, à bout de souffle.

-Qu’est-ce que c’était bon sang? réussit-il à dire entre deux respirations.
-J’en sais rien, mais c’était pas humain, déclarai-je, secoué par des tremblements.

J’éclairai les alentours afin de m’assurer qu’il était bien disparu. Ma gorge brûlait, mes jambes étaient molles. Kyle se redressa.

-Lydia? Emy? Où êtes-vous?
-Je suis ici!

Je dirigeai la lumière à droite. Lydia apparut, épuisée. Elle se laissa tomber près de moi.

-J’ai jamais… couru aussi vite… de ma vie, souffla-t-elle.
-Comme nous tous, dis-je. Emy? T’es là?

Je n’entendis pas sa réponse.

-Emy? On est ici! lui indiquai-je.

Kyle fronça les sourcils, inquiet. Je me levai, tant bien que mal, pour montrer à Emy notre position.

-Emy? Suis la lumière! Bon sang, elle peut pas être si loin, soupirai-je. Elle te suivait, non? demandai-je à Lydia.
-Non, je croyais qu’elle était avec vous, répliqua celle-ci.

Mon sang se glaça. Je tournai la tête vers Kyle. Il avait un air triste.

-C’est pas vrai… C’est pas possible… Elle… Elle était juste là! m’écriai-je. EMY! EMY, RÉPONDS!

Kyle s’approcha et posa une main sur mon épaule. Je me dégageai vivement.

-EMY! C’est pas possible… Elle est peut-être tombée, je devrais aller la chercher…
-Bones…
-Lâche-moi! EMY!
-Ça sert à rien Bones, tu vas seulement l’attirer vers nous, continua Kyle avec douceur.
-Mais elle peut pas être… Elle était… Elle…

Je tombai à genoux. Emy… Cette chose l’avait prise. Les larmes me montèrent aux yeux. C’était pas vrai… Ça ne pouvait pas arriver! Je ne pus m’empêcher de pleurer. Kyle s’agenouilla près de moi tandis que Lydia reprenait son souffle.

-Je suis désolé Bones…

Désolé… Le mot résonna dans ma tête avec douleur. Je n’arrivais pas à croire qu’Emy était disparue. Tout s’était déroulé si rapidement… Si seulement je m’étais assuré qu’elle me suivait, qu’elle n’était pas restée en arrière… J’avais été si terrifié, je n’avais songé qu’à sauver ma propre peau. Mes sanglots redoublèrent et j’enfouis mon visage entre mes mains.

TO BE CONTINUED. . .




__________________________________

Troisième page :
Spoiler:
 

Quatrième page :
Spoiler:
 


Dernière édition par Bones le Mer 28 Nov 2012 - 22:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bones
Spécialiste de Serpents & Échelles
avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 18/07/2012
Age : 27
Localisation : Hochelaga

MessageSujet: Re: I want to play a game   Mar 27 Nov 2012 - 20:19

Spoiler:
 

J’étais effondré depuis plusieurs minutes déjà. Kyle m’avait laissé seul avec mes pensées pour aller expliquer la situation à Lydia. Ils ne parlaient plus depuis un moment, il n’y avait que ma respiration irrégulière qui troublait le silence. J’aurais pu rester immobile des heures durant encore, mais la nervosité eut raison de mes compagnons. Lydia s’avança vers moi, hésitante.

-Écoute, fit-elle d’une voix se voulant douce. Je suis vraiment désolée pour ton amie, c’est terrible mais… il faut continuer à avancer. Ce… Ce truc qu’on a vu, il va revenir, affirma Lydia.
-Qu’il vienne, répliquai-je, décidé.
-Bones, on ne sait même pas de quoi il est capable, me dit Kyle. Tu songes tout de même pas à l’attaquer? Ça serait du suicide. On a encore une chance de s’enfuir avec la voiture. Accroche-toi à cet espoir-là, me suggéra Kyle. Comme ça… Emy ne sera pas morte pour rien.

Je lui adressai un regard sombre, irrité par cette phrase si clichée. Je pris soudainement conscience que je me trouvais face à deux inconnus. Je ne savais rien d’eux, ils ne savaient rien de moi. On partageait pourtant les mêmes malheurs, à quelques exceptions près… Je me relevai en poussant un long soupir. Je ressentis un profond vide intérieur en songeant à Emy. Et dire que quelques minutes plutôt, elle était encore en train de me traiter de noms…

Kyle esquissa un sourire gêné.

-Alors… Tu penses pouvoir retrouver la voiture à partir d’ici? demanda-t-il.
-Non, répondis-je sincèrement. Je suis tombé dessus par hasard la première fois. On n’a plus qu’à espérer un miracle pour la retrouver maintenant, soufflai-je.
-Est-ce qu’on pourrait sortir du boisé au moins? nous supplia Lydia, impatiente de quitter cette forêt angoissante.
-Oui, bien sûr…

Las, je les guidai hors des arbres. Le sentier se trouvait seulement à quelques pas de là. On avait couru un kilomètre, peut-être même plus. C’était un véritable coup de chance que personne n’ait frappé un arbre, ou du moins, je présumais que ce n’était pas ce qui était arrivé à Emy… Je ravalai péniblement les larmes venues se loger dans mes yeux et me tournai vers Kyle et Lydia.

-Qu’est-ce qu’on fait maintenant?
-On marche. Il n’y a rien d’autre à faire, en vint à l’évidence Kyle.
-Et si on tombe sur lui?

Kyle ne sut pas quoi répliquer. On se remit tout de même en route, trop fatigué pour remettre davantage en question notre décision. Lydia observait la lisière du boisé avec une nervosité palpable.

-Tu veux vraiment le voir s’il est là? fis-je sans détourner mon regard de l’avant.
-Pas spécialement, admit-elle. Mais j’ai l’impression qu’on nous suit, et je déteste ça.
-C’est pas qu’une impression, dis-je platement.

Voyant que je n’étais pas vraiment d’humeur à être agréable, Kyle et Lydia se contentèrent de marcher en silence. J’avais l’impression que le chemin de terre menait à l’infini, qu’on n’allait jamais atteindre la fin. Peut-être s’agissait-il uniquement d’un sentier circulaire et qu’on était simplement trop cons pour s’en apercevoir… J’étais justement en train de me demander s’il valait mieux faire demi-tour et revenir sur nos pas lorsque j’aperçus notre nouveau cauchemar au loin.

-C’est quoi ça? s’intrigua Lydia au même moment.
-On dirait… une maison.
-Une maison? répéta Kyle. Ici?
-Ouais. Si c’est une maison de bonbons, je pleure.

Kyle et Lydia se regardèrent sans comprendre ma référence. Je me contentai de me diriger vers le bâtiment.

-Eh, où tu vas? s’enquit Kyle.
-Bah, je vais voir ce que c’est.
-Mais c’est évident qu’on va tomber sur lui là-bas!
-J’m’en fiche, j’y vais pareil, répliquai-je. C’est moi qui ai la lampe, leur fis-je remarquer.

Je poursuivis mon chemin et fus rejoint rapidement par les autres.

-Heureusement qu’on est tombé sur un bon dictateur de la lumière, maugréa Lydia en me rattrapant.

J’eus un rire bref. En temps normal, j’aurais été moins insupportable et aurais évité la maison comme la peste, mais mes instincts de survie étaient étrangement inexistants tout d’un coup. Plus on s’approchait de l’habitation, mieux on pouvait distinguer les détails. Bâtie de briques rouges, la cabane ne possédait qu’un seul étage et aucune fenêtre. Rien de plus invitant. Devant nous se présentait une entrée, simple ouverture menant à un couloir. L’endroit semblait petit, étroit. Hésitant, je demandai finalement l’avis de mes accompagnateurs.

-On entre?

Aucune réponse ne vint. Je me tournai pour éclairer leurs visages (question de m’assurer qu’ils étaient toujours présents). Kyle leva une main pour protéger ses yeux tandis que Lydia recula vivement.

-Euh, tu veux vraiment y aller? me remit en question Kyle.
-J’ai plus rien à perdre…
-Moi, si, alors je préférerais qu’on foute le camp d’ici, nous avoua Lydia.
-On pourrait peut-être trouver quelque chose là-dedans, genre les clés de la voiture, supposai-je.
-Pourquoi les clés de la voiture seraient là? répliqua la jeune femme.
-Parce que c’est un jeu ce truc. On n’est pas ici à cause du hasard, on est censé souffrir. On est censé trouver le moyen de s’enfuir, dis-je. Il nous nourrit d’espoir pour que ça nous fasse encore plus mal quand on s’apercevra qu’on est perdu.
-Peux-tu arrêter d’être aussi pessimiste bon sang! s’exclama Lydia. Oui, ta copine est morte, mais on est encore en vie nous!

Ces mots m’arrachèrent un frisson. Sans plus hésiter, je fis un pas en avant.

-Attends! C’est pas ce que je voulais dire!

L’ignorant royalement, j’éclairai le carrelage blanc du couloir en observant attentivement les murs. Il y avait probablement une note ici, je ne voulais pas la manquer. Encore une fois, je fus rejoint par Kyle et l’autre.

-C’est une mauvaise idée, souffla Kyle à mon oreille.
-Je sais.

Lentement, on s’aventura jusqu’au bout du couloir. Une intersection se présentait à nous. Terrifié à l’idée que la chose se tienne au coin d’un des murs, je restai immobile un long moment, le faisceau de lumière pointé droit devant moi.

-On devrait partir, continua Lydia à voix basse. On va mourir…
-Arrête d’être pessimiste, répliquai-je d’un ton amer.

Elle soupira. Je pris mon courage à deux mains et avançai d’un pas. Je tendis le cou et dirigeai lentement la lampe-torche vers le corridor de droite. Rien. Mon cœur battait des records de vitesse. Je tournai à gauche. Rien. Mes muscles se détendirent d’un coup et je recommençai à respirer.

-C’est bon, on peut y aller, soufflai-je.

Me maudissant intérieurement, je continuai toutefois à avancer, avec une lenteur extrême cela dit. Kyle et Lydia me suivaient de près, je sentais leurs souffles dans mon dos et ça me faisait frissonner. J’avais peur de me retourner et de me rendre compte qu’il s’agissait de l’homme en noir. Bon sang, la crise cardiaque que je ferais… Longeant les murs sales de la demeure, qui ressemblait plutôt à un minuscule asile abandonné, je balayais tous les recoins avec ma lampe. Le plancher était craquelé, le plafond semblait en mauvais état : une vraie maison de film d’horreur. Je vis, au bout du couloir, une autre ouverture dans le mur. Je ne sais quel instinct m’y poussa, mais j’avançai à pas de loups dans cette direction.

-On va pas vraiment là? s’interloqua Lydia en chuchotant.
-Pourquoi pas?
-C’est l’endroit le plus épeurant que j’ai vu de ma vie, j’ai pas envie d’être prise au piège dans une pièce!
-Il y a peut-être une autre porte…
-Ouais, et c’est clair que le monstre y est aussi, bougonna Lydia. On ferait mieux de partir alors qu’on en a encore la chance.
-S’il nous voulait du mal, il nous aurait tué avant, déclarai-je en ne croyant pas un seul mot de ce que je venais d’énoncer. Je vais fermer la lumière, il ne nous verra pas arriver…
-On ne le verra pas nous tuer aussi!
-Tais-toi, il va finir par t’entendre…

J’adressai un dernier regard à Kyle, puis fermai la lumière. Son expression angoissée fut rapidement effacée par le noir dense qui régnait dans le couloir. Une main contre le mur, l’autre devant moi, j’avançai lentement jusqu’à ce que je rencontre le vide de la porte. Mon cœur battait à la chamade, j’étais terrifié et plutôt en colère contre moi. J’avais le don de prendre des décisions si stupides… Je levai la lampe de poche et me résignai à la rallumer. Une chaise se trouvait au fond de la pièce. Et quelqu’un y était assis.

-Bonjour, nous salua le jeune homme alors qu’on retenait un hurlement.
-Qui êtes-vous?!
-Je m’appelle Ariel.
-Mais qu’est-ce que tu fous là?! m’exclamai-je. T’es assis dans le noir depuis le début?!
-Vous avez une lampe de poche? s’étonna Ariel en ignorant ma remarque.
-Oui… soupira Kyle. Il l’a trouvé près de lui en se réveillant, expliqua-t-il rapidement en me pointant. Tu t’es réveillé ici?
-Oui, par terre, là-bas, répondit Ariel. J’ai trouvé la chaise et je me suis dit que j’allais attendre que le matin arrive pour y voir quelque chose…
-Il y a pas de fenêtre ici, lui annonçai-je rudement.
-Oh, ça explique le noir alors…
-Tu n’as pas entendu de bruits bizarres ici? voulut savoir Kyle.
-Hum, mon ventre s’est mis à gargouiller tout à l’heure, avoua Ariel.
-Non, mais des bruits très bizarres, précisai-je. Genre, un téléviseur qui capte mal un poste. Ou des tambours.
-Oh non, rien de tout ça…
-Eh les gars, nous interpella Lydia.

Kyle et moi nous tournâmes vers elle. Elle pointait le mur avec un doigt tremblant.

-Un autre dessin, dit-elle d’une voix faible.

Sur le carrelage était collé un autre de ces hideux papiers... À contrecœur, on se regroupa autour de la feuille pour lire tandis qu’Ariel se levait pour venir voir. Le dessin représentait le monstre qui avait enlevé Emy et le mot « NO » était répété quatre fois de chaque côté de l’homme noir. Je fus parcouru d’un frisson.

-C’est curieux comme image, commenta Ariel. Ça a un certain charme par contre.
-Ça n’a aucun charme, répliquai-je. C’est seulement perturbant et on ferait mieux de foutre le camp d’ici parce qu’il va nous trouver.
-Il? répéta Ariel sans comprendre.
-La chose sur le dessin, ça nous poursuit, lui apprit Kyle en pointant le monstre.
-Ah bon? Il existe? C’est bizarre. Ses bras sont mal dessinés en fait, les proportions sont incorrectes.
-Les proportions sont exactes, lui assura Lydia en soupirant. J’appuie Bones : on fiche le camp d’ici.
-Pour aller où? demanda Ariel.
-Trouver un moyen de s’enfuir d’ici.
-Vous voulez que je vous accompagne? s’étonna Ariel.
-On n’est pas pour te laisser ici dans le noir, dis-je sans comprendre ses réactions.
-Ah… Eh bien, allons-y, en convint Ariel avec une innocence déconcertante.

Il n’avait pas conscience de l’horreur qui nous menaçait apparemment… On sortit rapidement la pièce et remonta le couloir. Lydia figea net face à l’intersection qui nous ramenait à la sortie. Je fus pris d’un vertige.

-Qu’est-ce qui se passe Lydia? demandai-je en m’accotant contre un mur pour retrouver mon équilibre.
-IL EST LÀ! cria-t-elle en courant dans l’autre corridor qui se présentait à nous.

J’entrevis brièvement la silhouette étroite et je me courus rejoindre Lydia. Je n’arrêtais pas de me frapper contre les murs à cause du carrelage glissant. Kyle me pressait derrière moi.

-Cours, cours, cours!!!

J’eus peur de tomber sur un nouveau cul-de-sac, mais une sortie se présenta finalement à nous. On se précipita à l’extérieur et on faillit frapper Lydia de plein fouet.

-Non… Il est encore là?! m’apeurai-je.
-Non, c’est… Qu’est-ce que c’est?

Je pointai la lumière devant. Des énormes réservoirs orange rouille se dressaient devant nous. C’était presqu’aussi accueillant que la maison.

-C’est des réservoirs d’essence? essayai-je de deviner.
-On dirait, admit Kyle. T’en dis quoi Ariel?

Il y eut un silence.

-Ariel?

On se tourna. Personne. Je déglutis avec difficulté.

-Il… Il nous suivait, non?
-J’en sais rien, j’ai simplement couru, souffla Lydia, encore stupéfaite de l’apparition de la chose.
-Je crois qu’il s’est arrêté pour le regarder, marmonna Kyle avec lenteur.

Je clignai des yeux.

-Quoi?
-Il faut dire qu’il semblait curieux…
-Il s’est arrêté pour le regarder?! Mais le dessin disait clairement de ne pas faire ça! m’exclamai-je.
-On n’a même pas eu le temps de lui montrer, me fit remarquer Kyle. Tout est allé si vite…
-Oh c’est pas vrai…

Je passai une main dans mes cheveux. En quelques heures à peine, je venais d’assister à la mort subite de deux personnes. Et la mienne semblait drôlement éminente…

-Qu’est-ce qu’on fait maintenant? demandai-je.
-On évite les maisons abandonnées.
-Ouais, c’est bon Lydia, je recommencerai plus, promis-je d’une voix rauque.
-On pourrait aller voir autour des tanks, proposa Kyle.
-Ah, ça semble une excellente idée! s’exclama Lydia avec sarcasme. Il manque seulement une feuille qui dit : le tueur est ici!
-Il peut pas être ici, il n’est même pas sorti de la maison… D’ailleurs, il faudrait partir avant qu’il en sorte, me rendis-je compte avec nervosité.
-On peut se cacher parmi les tanks et poursuivre notre chemin, songea Kyle à voix haute.
-Bon d’accord, soupira Lydia. Mais pas question de chercher des stupides dessins, je ne veux plus en voir un seul!
-D’accord avec toi, approuvai-je.

On s’approcha rapidement des réservoirs, puis on ralentit un peu notre allure lorsqu’on fut à l’abri des regards. L’endroit était inquiétant, mais je me sentais mieux que confiné entre les murs de la maison abandonnée… On marchait en silence en essayant de garder notre sang-froid. J’avais les mains qui tremblaient, mon cœur n’arrivait pas à se calmer. On avait pratiquement rejoint le dernier tank lorsque Kyle m’arrêta. Un gémissement m’échappa.

-Quoi encore? soupirai-je, mort de trouille.
-Je… J’ai vu quelque chose.
-C’est lui?! s’interloqua Lydia, prête à prendre les jambes à son cou.
-Non, c’est… Oh mon dieu, non, je vous en prie pas lui…
-De qui tu parles?!

TO BE CONTINUED. . .




__________________________________

Cinquième page :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bones
Spécialiste de Serpents & Échelles
avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 18/07/2012
Age : 27
Localisation : Hochelaga

MessageSujet: Re: I want to play a game   Mer 28 Nov 2012 - 22:29

Kyle tourna ma main de façon à ce que j’éclaire un tank en particulier. Quelqu’un était assis par terre, recroquevillé sur lui-même. Le désespoir se lut sur le visage de Kyle.

-LEGAN!

Je sursautai, surpris par son cri, tandis qu’il courrait vers la personne. Lydia et moi le rattrapâmes rapidement.

-Legan, je suis là! s’écria Kyle en se jetant à genoux.
-Kyle…?

Ah bon, ils se connaissaient. J’entendis des sanglots dans la voix de Kyle, mais aucune larme ne roula sur ses joues.

-Oui, c’est moi, je suis là… souffla-t-il. J’arrive pas à croire que… Je… J’espérais tellement que tu sois à la maison…
-Où est-ce qu’on est? demanda le dénommé Legan, complètement perdu. Ça fait des heures que je suis ici…
-On est dans la merde, résuma Kyle. Il faut absolument s’enfuir, y a un type fou qui nous suit, il a déjà tué deux personnes, pas question que tu restes ici, il faut foutre le camp.

Legan observa son ami avec incompréhension.

-Attends, t’es en train de me dire qu’il y a un tueur fou ici?
-Oui…
-Mais… je veux pas mourir! s’exclama Legan, encore plus effrayé.
-Tu ne vas pas mourir, lui promit Kyle. Je vais tout faire pour qu’il ne te fasse pas de mal…

Ému par leurs retrouvailles, mais me sentant un peu de trop, je détournai le regard vers Lydia. Celle-ci avait les larmes aux yeux.

-Ça va? m’enquis-je à voix basse.
-Oui, murmura-t-elle. Je… J’espère simplement ne pas rencontrer quelqu’un ici…

J’hochai lentement la tête. Trouver une personne qui nous était cher ici était synonyme d’une très courte joie… Kyle aida Legan à se relever et nous présenta rapidement. Legan nous fit un bref signe de tête, encore un peu déboussolé.

-Tu t’es réveillé ici? s’enquit Kyle avec douceur.
-Non… Je me suis réveillé dans la forêt, commença Legan. J’dois avouer que je pensais faire un cauchemar au début. J’étais au milieu de nulle part, il y avait des bruits bizarres…
-T’as trouvé une feuille? m’agitai-je.
-Euh, je crois… Ça ressemblait à un bout de papier en tout cas, marmonna Legan en fouillant ses poches.

Il déplia la feuille sous nos yeux.

CAN’T RUN

Sur le bas de la page se trouvait une épaisse ligne, bordée d’un «X » et d’un cercle. Les composantes du monstre. Je poussai un soupir.

-J’ai toujours l’impression que le prochain dessin ne pourra pas être pire que celui qu’on vient de trouver, mais je me trompe à chaque fois…
-Vous… Vous en avez eu d’autres? s’étonna Legan.
-On en a une collection, maugréai-je tout en lui tendant ce qu’on avait trouvé.

Kyle repoussa les feuilles.

-Il n’a pas besoin de voir ça…
-Quoi? Il y en a des pires? voulut comprendre Legan, peu rassuré.
-Oui, répondit Lydia en réprimant un frisson.
-Tu as entendu les bruits après avoir trouvé le dessin? poursuivit Kyle.
-Oui… J’ai aussi trouvé ça, ajouta Legan en sortant un trousseau de sa poche.

Mon cœur manqua un bond. Les clés de la voiture.

-T’as trouvé les clés! m’écriai-je, fou de joie. On va pouvoir foutre le camp d’ici!
-Comment… ? essaya de comprendre Legan.
-Bones a trouvé une voiture abandonnée, quelque part dans les environs, lui apprit Kyle. Ça doit forcément être les clés qui la démarrent.
-Si ça ne fonctionne pas, je pleure, déclara Lydia, épuisée.
-Mais elle est où cette voiture? voulut savoir Legan. C’est près d’ici?
-J’en ai aucune idée, avouai-je. Mais on serait mieux de partir d’ici au plus vite avant qu’il nous trouve… On finira bien par tomber sur cette fichue voiture.

J’éclairai derrière nous, question de m’assurer qu’o était bien seul, puis on s’éloigna des réservoirs rouillés. Kyle tenait Legan par la main, bien décidé à ne pas le perdre de vue. Ce dernier observait les alentours avec un air angoissé, ne sachant pas trop ce qu’il devait redouter. Il devait probablement s’imaginer un tueur à la Jason, un maniaque classique avec une figure et des membres normaux. Si seulement ça avait pu être ça. On aurait eu plus de chance de s’en sortir… je crois.

On traversa une petite partie du boisé avant de retrouver le chemin de terre. Lydia et moi ouvrions la marche tandis que Kyle et Legan se trouvaient juste derrière, Kyle étant en train de raconter tout ce qui s’était passé depuis le début au nouveau venu. Il était en train de relater l’étrange disparition d’Ariel lorsque de drôles de formes apparurent au loin. Ne voulant pas alarmer les autres, je me penchai vers Lydia.

-Tu vos ça là-bas? lui indiquai-je à voix basse.
-Oui… Ça ressemble aux menhirs de tout à l’heure, sauf qu’ils étaient en pleine forêt ceux-là, me fit-elle observer.
-Bon, super. Un autre endroit inconnu, marmonnai-je avec découragement.

Kyle finit par remarquer à son tour les rochers.

-Euh, on est revenu sur nos pas?
-Je crois pas, dis-je lentement. C’est autre chose.
-Il est là? s’apeura Legan.
-Non, le rassura aussitôt Kyle. Enfin, je ne pense pas… Est-ce qu’on pourrait simplement passer devant ses trucs sans s’arrêter cette fois-ci? demanda-t-il.
-Oui, t’inquiète. Pas question de perdre notre temps, maintenant qu’on a les clés, répliquai-je.

Kyle eut un bref sourire en guise de reconnaissance. On continua notre marche, mais, une fois devant les rochers, la curiosité eut raison de moi et je ne pus résister à l’envie de les éclairer. Il s’agissait de grands totems aux allures particulières. Les colonnes, adroitement sculptées, étaient regroupés en cercle au milieu d’un endroit découvert. Malgré la demande de Kyle, on s’arrêta tout de même devant les totems, impressionnés par leur présence.

-Mais qu’est-ce que ça fout ici? m’étonnai-je.
-C’est bizarre, commenta Kyle, pensif. Un tunnel, une voiture, une maison, des totems… On dirait que rien ne fait de sens ici.
-C’est un peu… spécial, vous trouvez pas? demanda Legan en observant une des colonnes de plus près.
-Plutôt particulier, admit Lydia. Eh, regardez là-bas! pointa-t-elle soudain.

Je levai la lumière dans la direction qu’elle nous indiquait. Pensant d’abord qu’il s’agissait d’une note, je remarquai plus loin une petite cabane… ainsi qu’une voiture.

-C’est cette voiture-là dont tu parlais? demanda Lydia, surexcitée.
-Non, celle-là est rouge… Mais on peut toujours essayer!
-Euh, Kyle, il y a une note ici… chuchota Legan en se rapprochant de son copain.

Par réflexe, on se tourna et on vit un dessin collé sur l’un des totems. Je fermai les yeux pour ne pas découvrir une nouvelle horreur, mais mon cerveau était déjà en train d’analyser ce que je venais de voir. Cette fois-ci, il n’y avait aucun mot. Seuls des sapins avaient été grossièrement esquissés. Parmi eux se trouvait un sapin plus allongé… avec une tête blanche. Le monstre au beau milieu de la forêt, incognito. Il passait inaperçu dans un tel environnement.

-Okay, soufflai-je en ouvrant un œil. Fuck la note, on court.
-Bon plan, approuva Kyle.

On se retourna en direction de la voiture bleue. Je faillis faire une crise cardiaque lorsque l’homme en noir apparut dans la lumière, à quelques mètres de nous. Ma vision se brouilla, une sensation de tournis me fit à nouveau perdre l’équilibre et je vacillai contre une colonne. Kyle empoigna Legan et ils s’enfuirent aussitôt vers le chemin de terre. Lydia, complètement pétrifiée, n’arrivait pas à quitter le monstre des yeux.

-Ne le… regarde pas, bégayai-je en tâchant de me remettre sur mes pieds. Il va… te tuer…

Ce fut à ce moment que la chose la plus étrange de ma vie se produisit. Des tentacules, noirs et énormes, surgirent sournoisement du dos de l’homme. Hébété, je regardai ses longs bras ondulants avec horreur.

-Lydia, cours! hurlai-je en réalisant soudain ce qui était en train de se passer.

On s’élança aussitôt sur le chemin de terre, plus terrifié que jamais. Je jetai un coup d’œil derrière moi. Le monstre s’était rapproché, il était encore aussi près de nous. Criant, je poursuivis ma course avec Lydia à mes côtés. Kyle et Legan étaient loin devant.

-BONES!

Le cri perçant de Lydia me chavira. Je me tournai. Personne. C’est pas vrai…

-LYDIA!

Ignorant ma conscience qui m’ordonnait de prendre les jambes à mon cou et de rejoindre les autres, je revins sur mes pas. Je n’allais pas faire la même erreur qu’avec Emy.

-Lydia, je suis là!!! criai-je en balayant l’endroit avec ma lampe de poche.

Il n’y avait personne, Lydia avait disparu aussi subitement qu’Ariel et Emy. Les larmes me montèrent aux yeux, j’étais complètement dépassé par les évènements. Je tournai sur moi-même, cherchant désespérément un signe de vie quelconque. Elle ne pouvait pas s’être volatilisée de la sorte! C’était impossible!

-Lydia! C’est pas vrai… Lydia, je suis là! Lydia…

Je craquai et me mis à pleurer. Tout le stress accumulé, les frayeurs, la tristesse, la colère… Tout s’évacuait en larmes. J’étais furieux contre la chose, désespéré face à notre situation… Je virevoltai sur moi-même et tombai face à face avec la créature. Il était encore plus près. Je poussai un hurlement et m’éloignai rapidement.

-T’ES QU’UNE MERDE! J’TE HAIS! lui criai-je.

Je doutais que ça l’affecte énormément que je lui communique ma haine, mais c’était extrêmement satisfaisant. Courant comme je n’avais jamais couru, je déguerpis en priant le ciel pour ne pas sentir des bras m’entourer.

TO BE CONTINUED. . .




__________________________________

Sixième page :
Spoiler:
 

Septième page :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bones
Spécialiste de Serpents & Échelles
avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 18/07/2012
Age : 27
Localisation : Hochelaga

MessageSujet: Re: I want to play a game   Ven 30 Nov 2012 - 22:34

Je ne sais pas par quel miracle je survécus, mais je réussis à rattraper Kyle et Legan. Ils étaient tous les deux à bout de souffle et semblaient plutôt étonnés de me revoir.

-T’as réussi à t’enfuir! s’exclama Kyle.
-Oui, articulai-je entre deux respirations. Lydia est disparue, ajoutai-je d’un ton dur. Ce… Cette merde l’a pris.

Kyle se prit la tête.

-Bon sang… C’est pas humain ce truc! s’énerva-t-il.
-Non, il a des… des…

Je n’arrivais même pas à prononcer le mot tellement c’était absurde.

-Ces bras se sont allongés, résumai-je rapidement. Et multipliés…
-Qu’est-ce que tu veux dire? demanda Kyle en fronçant les sourcils.
-Bah, il avait plus que deux bras, comme des… tentacules.
-Des tentacules?
-Euh, les gars, commença Legan, d’une voix faible.

On se tourna vers lui. Il pointait le chemin derrière nous avec une frayeur palpable. Je fis volteface et éclairai le sentier. L’homme se trouvait près de l’arbre, à quelques mètres de là. Je fis un pas vers mes compagnons tout en gardant mon sang-froid.

-Okay, pas de panique, soufflai-je. Il ne bougera pas tant qu’on n’aura pas le dos tourné.
-Mais si on le regarde trop longtemps, il va nous tuer! s’exclama Kyle.
-… Alors on marche tout droit et on ne se retourne plus. Sinon ça sera la fin, réalisai-je.

Contraint par le manque d’options, on se retourna avec réticence, puis on se mit à marcher rapidement. Je brûlais d’envie de jeter un coup d’œil par-dessus mon épaule, mais il allait être là à coup sûr et cette fois, il serait trop près pour qu’un seul d’entre nous n’y échappe…

-Je pense que je vais vomir, déclara Legan en chuchotant.

Sa démarche était mal assurée, la peur devait lui engourdir les jambes.

-Continue à avancer, on va s’en sortir, ne t’inquiète pas, lui promit Kyle en le soutenant. On va trouver la voiture, on va la trouver…
-Qui a les clés? m’enquis-je soudainement.
-Dans ma poche, répondit Legan avec le peu de voix qu’il lui restait.

Il me les tendit, mais je secouai la tête.

-Je suis pas capable de conduire, leur avouai-je. Garde-les.

Il les donna plutôt à Kyle.

-Je tremble trop, si je conduis, on va rentrer dans un arbre, marmonna-t-il comme excuse.
-C’est bon, je conduirai, lui assura Kyle. Continue à avancer, on y est presque.

On était tous à bout de nerf, les émotions à fleur de peau. La pensée qu’il se trouvait juste derrière était terriblement angoissante. On aurait probablement raflé toutes les médailles d’or à la marche rapide si on avait été aux Olympiques. J’étais trop épuisé pour piquer un autre sprint, sinon je l’aurais fait…

Une voiture apparut finalement à l’horizon. On avait dû marcher en rond parce qu’il s’agissait encore de la voiture rouge… Pour vu que les clés soient les bonnes! Kyle s’agita en apercevant la voiture.

-On y est presque Legan! s’exclama-t-il, tout content. On va s’en sortir! On va s’en sortir!

J’esquissai un sourire en jetant un regard aux deux garçons. J’aperçus une figure blanche du coin de l’œil.

-COURREZ! criai-je en les tirant plus loin.

Les tentacules déployées, la créature se tenait juste derrière nous, prête à nous attraper. Si je ne l’avais pas remarqué, on se serait probablement fait tuer bêtement, sans s’en rendre compte. Ça aurait peut-être été plus doux… Legan poussa un cri en voyant le monstre de si près et il trébucha au sol. Kyle se précipita pour l’aider à se relever, mais c’était déjà trop tard. Les tentacules s’enroulèrent autour des bras de Legan et son corps fut soulevé du sol.

-Non! LEGAN! hurla Kyle.

Il esquissa un mouvement vers le monstre, mais je me jetai sur lui pour le retenir.

-LEGAN! NON! LEGAN!!!

Ses cris déchirants me brisèrent le cœur. La lumière se dirigeait dans tous les sens alors que Kyle essayait de se dégager. Il réussit finalement par me repousser et me prit la lampe-torche des mains.

-Legan, je suis là! sanglota-t-il en le cherchant désespérément.

Plus rien. Le monstre était disparu avec Legan… Kyle semblait lentement perdre la tête.

-Non, non, non, non… NON! C’est pas possible, souffla-t-il en tombant à genoux. On était… On était si près… Comment il a pu… Non… Legan…

Je m’approchai de lui avec lenteur.

-Je suis désolé, je…
-C’est de ma faute, j’ai pas été assez rapide…
-Kyle, c’est pas humain ce truc, tu peux pas essayer de le combattre… voulus-je le consoler. Faut continuer, la voiture est tout près. Il va finir par revenir, le pressai-je doucement.

Kyle leva les yeux vers moi. Il sortit les clés de sa poche et me les tendit.

-Sans lui, ça ne vaut plus rien, souffla-t-il doucement.

Il me mit les clés dans la main, me rendit la lampe-torche et s’accroupit au sol… attendant la mort. Je le regardai, estomaqué.

-Mais… t’es malade! Kyle, lève-toi, il va revenir!
-Je ne vais pas partir.
-Mais il va te tuer! m’exclamai-je, paniqué.
-Ça en vaut plus la peine sans lui, répéta le jeune homme, imperturbable.

Les larmes me montaient aux yeux, je ne voulais pas voir quelqu’un d’autre mourir sous mes yeux… Surtout pas celui qui m’avait accompagné depuis le début dans ce cauchemar. Celui qui était censé survivre jusqu’au bout.

-Kyle! Fais-le pour Legan! Il aurait pas voulu que tu meures de cette façon! essayai-je de le raisonner. On a eu les clés grâce à lui, il faut pas que sa mort soit en vain! m’écriai-je en reprenant la formulation que Kyle avait utilisée plus tôt, à l’égard Emy.

L’expression de Kyle était fermée, je n’arrivais pas à déterminer ce qu’il pouvait bien penser…

-L’accélérateur, c’est la pédale de droite, me dit-il simplement après quelques secondes de silence.

Il me fallut quelques instants pour comprendre ce que ça signifiait. Mon cœur se serra, je ne pus m’empêcher de pleurer. Incapable de prononcer quoi que ce soit, je déposai simplement une main qui se voulait réconfortante sur l’épaule de Kyle en guise de soutien, puis je détalai avec réticence, les larmes obstruant ma vision. Après quelques enjambées, un cri étouffé me parvint derrière. Kyle était disparu à son tour, j’étais le prochain sur la liste.

Ravalant mes pleurs, je pris mon courage et courus jusqu’à la voiture. La lumière de ma lampe-torche faiblissait, la batterie était pratiquement morte. Pas maintenant, pas maintenant… Quelques mètres me séparaient de la voiture lorsque la lampe s’éteignit. Je la jetai derrière moi avec l'espoir pathétique de pouvoir ralentir la créature. Une montée d’adrénaline chassa la fatigue de mes jambes et j’atteins finalement la voiture.

Les mains tremblantes, je tirai sur la poignée et entrai dans le véhicule. Je verrouillai la portière en réprimant un cri, puis je cherchai désespérément la serrure de démarrage. L’ayant finalement trouvé, j’y insérai la clé et la tournai. Le moteur vrombit. Je poussai un énorme soupir de soulagement et jetai un regard aux pédales.

Accélérateur, à droite.

Je me mis à pleurer, trop content, d’être enfin en sécurité, puis je relevai la tête. Les phares de la voiture éclairaient droit devant moi. Debout se tenait le maître de mes cauchemars, l’homme en noir. Je n’eus même pas le temps d’apercevoir la dernière feuille, collée au pare-brise de la voiture.

HELP ME



La torture est finie.




__________________________________

Dernière page :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I want to play a game   

Revenir en haut Aller en bas
 
I want to play a game
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Play swap game [Receptions p23-36]
» Let's Play Ib Game [FR] [HD] - Épisode 5 : La Psychopathe et le Cahier à dessins !!!
» [Nizuki] Play The Game
» ROLE PLAY GAME
» Wrestling Play Game

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors-Jeu :: Fictions-
Sauter vers: