~
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Un, deux, trois

Aller en bas 
AuteurMessage
Kyle

Kyle

Messages : 122
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 29

Un, deux, trois Empty
MessageSujet: Un, deux, trois   Un, deux, trois Icon_minitimeMar 30 Oct 2012 - 19:16

Les ruelles de New York s'étiraient comme de l'encre, sales et sombres, pareilles les unes aux autres et possédant toutes cette qualité de solitude compacte en leur dédale effrayant. Au loin, de furieuses sirènes résonnaient, quelques éclairs bleu, blanc et rouge peignant à l'occasion les murs tachés de graffitis. La ville était toujours éveillée, agressive et empressée, constamment baignée des néons virulents surmontant les bâtiments, des clameurs des habitants, des voitures, des cris et des rires, dans un ballet qui bougeait sans cesse, qui ne s'essoufflait jamais. Et une ville qui ne dormait pas était forcément peuplé de criminels oeuvrant eux aussi à toute heure du jour et de la nuit. Il y avait un net cliché à cambrioler une bijouterie aux petites heures du matin, alors que la nuit se faisait froide et quasi-opaque, mais les vieilles habitudes qui se démontraient efficaces ne lâchaient pas et n'étaient pas prêtes de le faire, bien visiblement.

Ce qui était moins cliché, c'était l'otage que les criminels avaient pris avec eux pour maintenir à distance la petite foule de policiers encerclant la bâtisse. Branché sur les ondes de la police à l'aide d'une radio modifiée (non pas par ses soins, mais par ceux d'un bon ami), Kyle s'était rapidement ramené sur les lieux, s'infiltrant incognito par le toit de la boutique. Puis, à la seconde où il avait posé le pied au sol, la scène s'était déclinée extrêmement vite, lui donnant l'impression en y repensant d'observer une photographie brouillée saisie en pleine action.

Le pouvoir de Kyle n'était pas toujours des plus prévisibles. Il demandait une concentration particulière pour activer certaines composantes ou encore, un surplus d'énergie pour renforcer certaines parties. Par exemple, pour que sa peau ne saute de la qualité "dure comme de la pierre" à "quasi-indestructible" et ce, en pleine action, il fallait compter sur une ribambelle de variables que Kyle ne maîtrisait pas tout à fait encore. L'instinct et les simulations de combats dans son jardin étaient une chose, mais l'action véritable, dans une boutique assiégée de cambrioleurs armés et muni d'un otage, en était une autre. D'ailleurs, depuis les quelques mois durant lesquels il avait entamé le super-héroïsme, Kyle s'était retrouvé face à des armes à feu, bien évidemment, mais il n'avait encore jamais été tiré. Il pouvait aujourd'hui fièrement affirmer que ce n'était plus le cas, car, après avoir assommé dûment deux des cambrioleurs, il s'était jeté sur le civil pour le protéger d'un troisième qui allait l'achever et s'était ainsi reçu trois balles à bout portant dans le dos, quelque part entre les omoplates.

La douleur, fulgurante et impromptue, lui avait coupé le souffle et ses jambes s'étaient dérobées sous lui, le coup sourd de ses genoux frappant le plancher offrant une distraction à peine notable de l'éventail brûlant qui se propageait sur son dos. Ça n'avait pas été chose simple que de fuir la scène de crime par la suite, d'échapper aux policiers et à tout le spectacle charmant qui se déroulait aux alentours à coup de sirènes, de cris et de lumières violentes. Au moins, les voisins curieux se faisaient peu nombreux; la ville de New York en était une de désintérêt.

Appuyé contre le mur de son bloc appartement, reluisant de sueur et le dos enflammé, Kyle en était à resonger sa liste des "blessures les plus douloureuses jamais vécues jusqu'à ce jour" avec l'élément "trois balles de pistolet dans le dos" définitivement au sommet. Il s'agissait ensuite de se hisser jusqu'à son appartement, situé au troisième étage, car passer par l'entrée de service était fortement déconseillé puisque a) il était toujours en costume, et b) son costume était taché de sang à cause des trois balles fichées dans son dos. Il emprunta les vieux escaliers rouillés juchés contre le bâtiment, grimaçant et chancelant légèrement à chaque pas. Kyle mit enfin pied sur son balcon et attrapa ses dernières parcelles d'énergie pour forcer sa fenêtre et entrer à l'intérieur de son appartement. Il bascula aussitôt vers l'avant, se heurtant durement au sol dans un choc sourd, le visage écrasé contre le bois quasi-pourri de son plancher. Ses bras étaient mous contre son corps, ses jambes sans plus de force, son dos une étendue douloureuse. Kyle gémit, voyant difficilement comment il allait réussir à se dépêtrer de ce merdier.

C'était du joli, le super-héroïsme.
Revenir en haut Aller en bas
 
Un, deux, trois
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un plus un égale deux égale trois.
» [Maugham, Somerset] Les trois grosses dames d'Antibes
» [Mosby, Steve] Un sur deux
» "Les Deux étendards", de Lucien rebatet
» Deux soeurs (Stylo, feutre et crayon)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Univers alternatifs :: Super-héros-
Sauter vers: