~
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 D'explosions et de mauvaises histoires

Aller en bas 
AuteurMessage
Kyle

Kyle

Messages : 122
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 29

D'explosions et de mauvaises histoires Empty
MessageSujet: D'explosions et de mauvaises histoires   D'explosions et de mauvaises histoires Icon_minitimeMar 2 Oct 2012 - 22:24

Kyle n'aimait pas particulièrement traîner dans les quartiers de la PIRIA. Les gymnases, très vastes, modernes et complets, lui plaisaient et il s'en tenait généralement à ces endroits, aux salles de tirs et rings de combat, puis à l'occasion, la cafétéria pour y voler une bouchée. La nourriture n'était pas gratuite, évidemment, voleurs qu'ils étaient, mais elle avait le mérite d'être mangeable et d'être aussi autre chose que les foutus bols de ramens qui garnissaient ses placards délabrés. La cafétéria des agents de la PIRIA était aussi morne que le reste, grande et blanche, cernée de quelques tables rondes noires figées au sol et de chaises aux pattes reluisantes. Un mixte particulier de gens en costard et d'autres en t-shirt, camisole et pantalons de sports paradaient furtivement dans la pièce, les voix généralement peu élevées, désintéressées.

Kyle n'était pas bien différent. Silhouette silencieuse dans l'encadrement de la porte, il jaugeait le va et vient des agents de la salle du regard, essayant de se trouver une place tranquille disponible quelque part vers le fond. D'ordinaire, il ne restait pas à cet endroit pour manger, mais se redirigeait plutôt vers le gym sauf que, cette fois-ci, il ressortait blessé d'une mission (une jambe bandée depuis la cheville jusqu'à la cuisse pour cause d'une explosion qui avait bien manqué de l'annihiler en entier) et il s'agissait de sa première sortie hors de l'infirmerie en une semaine. Il n'était pas autorisé à aller bien loin encore, mais la cafétéria était déjà un bon début. (Oh le décor était toujours écoeurant de blanc, néanmoins, il était différent pour une fois. Kyle se croyait bien devenir fou là-bas, prisonnier entre ces quatre murs de tissus sans couleur.)

Il repéra une petite table à deux, un superbe emplacement vide de toute présence et légèrement à l'écart. Il s'acheta vite fait deux sandwichs et une salade et se dirigea d'un pas vif vers l'îlot en question (aussi vif que pouvait se faire son pas, muni comme il l'était de deux béquilles). Kyle les appuya contre un mur, s'assit avec bien plus de maladresse qu'il ne l'aurait fait normalement ce qu'il le fit jurer tout bas, une frustration mal placée lui montant le long des membres. Il haïssait être invalide de cette façon. Pour un type qui faisait d'un art le fait de contrôler tout membre de son corps, la chose était évidente.

Il secoua la tête, concentrant ses pensées sur le sandwich au thon qu'il se mit à déballer avec une étrange délicatesse. L'heure sonnant bientôt midi, la salle se remplissait tant bien que mal, les murmures s'élevant soudainement de plus en plus haut, des rires retentissant parfois, les foulées de pieds se faisant plus franches. Kyle garda la tête penchée, arracha bouchée après bouchée à son sandwich jusqu'à ce qu'un certain bruit précis le pousse à se redresser brusquement. Face à sa table, un cabaret en main et l'air vaguement fuyant, se tenait bien droit Jinx.

Ariel, Ariel Savary, lui fournit son esprit au même moment où il avalait un trop gros morceau en manquant de peu de s'étouffer.

Ils avaient un historique d'une mission commune. À peine collègues, un peu moins que des connaissances et le simple terme "ami" devenait risible à leurs égards. Pourquoi, nom de Dieu, se trouvait-il planté là devant sa table?

Revenir en haut Aller en bas
Ariel

Ariel

Messages : 36
Date d'inscription : 20/09/2011
Age : 29
Localisation : Plateau Mont-Royal

D'explosions et de mauvaises histoires Empty
MessageSujet: Re: D'explosions et de mauvaises histoires   D'explosions et de mauvaises histoires Icon_minitimeMer 3 Oct 2012 - 1:07

Il semblait que l'efficacité d'Ariel lui avait fait défaut ce matin. Pourtant, il faisait tout pour éviter ce genre de situations! Ses repas de la semaine étaient tous préparés au moins une semaine à l'avance de façon à ce qu'il n'ait pas à s'acheter de la nourriture à la cafétéria de la PIRIA. Non pas qu'il croyait que les employés de la cafétéria complotaient la mort de leurs agents par empoisonnement alimentaire (il était passé par-dessus ce doute durant les premiers jours où il avait mangé dans le bâtiment), mais il préférait s'organiser par lui-même et manger ses propres plats végétariens faits maison. Ils numérotés de un à cinq pour représenter les jours de la semaine dans son réfrigérateur et le fait qu'il avait sauté un chiffre aujourd'hui en oubliant son lunch le mettait mal à l'aise. Puisqu'on était un mardi, le lunch numéro deux devait encore reposer sur sa tablette. Ariel se rappelait très bien de son contenu; des sushis végétariens et une trempette de légumes aux avocats. Il avait même prévu emporter son thé vert favori aujourd'hui, mais comme tout le reste de son repas, il l'avait visiblement oublié. Résigné et frustré contre lui-même, Ariel se dirigea vers la cafétéria pour s'acheter quelque chose à manger.

En entrant dans la cafétéria, le brouhaha ambiant lui rappela pourquoi il détestait cet endroit, comme c'était le cas chaque jour en y mettant les pieds. Bon d'accord, les gens n'étaient pas particulièrement bruyants, mais l'écho de leurs chuchotements lui tapait tout de même sur les nerfs. Le fait que son oubli le rende particulièrement nerveux n'aidait pas non plus. Il se mit à imaginer des plans d'action pour sa mission actuelle dans sa tête alors qu'il se mettait en file pour prendre sa commande et ainsi se changer les idées. C'était une mission plutôt banale (un homme croyait que l'argent qu'il versait à son ex-femme pour l'éducation de leur fille servait plutôt à payer ses séances de chirurgies plastiques et la présence d'un agent de terrain était requise car la dame en question avait des gardes du corps qui avaient besoin d'être assommés pour mener à terme la mission), mais la technique fonctionna et chassa Ariel de ses pensées négatives envers son environnement immédiat et son manque de thé vert. Du moins pour un moment.

-Hey mister, watch out. It's your turn.

Apparemment, l'homme en file derrière Ariel semblait d'encore plus mauvaise humeur que lui puisqu'il avait parlé en grognant pratiquement ses mots. En effet, il n'y avait plus personne en file devant Ariel et c'était à son tour de commander. Ça ne l'empêcha pas de lui répondre de façon presque condescendante, le manque de politesse de l'homme faisant renaître sa mauvaise humeur. Il tenta tout de même de ne pas sonner trop grossier.

-Oh… I'm sorry, sir. You could have asked in a nicer tone but you're right. It is my turn. Thank you for warning me.

Ariel parcouru le menu rapidement à la recherche d'un plat ne contenant pas de viande. Pourquoi les agents de la PIRIA étaient-ils tous des carnivores? Il se demanda furtivement si des enchères auraient lieu entre les agents et autres membres du personnel si il ne restait qu'un hamburger, un midi à la cafétéria, et que ce hamburger était le seul produit contenant de la viande disponible dans tout le bâtiment. Presque immédiatement, Ariel réalisa que ce raisonnement était insensé et hautement improbable et reporta son attention sur le menu. Hmm. Normalement, dans une situation similaire, une salade aurait faire l'affaire, mais Ariel avait besoin de calories pour son entraînement de l'après-midi. Il se résigna donc à prendre des pâtes thaï au beurre d'arachides et aux épinards, en espérant que ce plat contienne assez de protéines pour supporter l'activité physique de tout à l'heure.

En revenant parmi les tables rondes de la cafétéria, Ariel constata que les places étaient pratiquement toutes déjà prises; les seules tables où il y avait des places pour s'asseoir étaient déjà occupées. Ne se laissant pas abattre, Ariel se dirigea vers le fond de la salle, en direction de la table à deux où il s'asseyait tout le temps lorsqu'il mangeait dans ce cauchemar de designer intérieur (qui s'était un jour levé en se disant que peindre quatre murs d'une pièce en blanc était une bonne idée? Qui? Ariel aimerait bien le rencontrer un jour pour lui expliquer en détail pourquoi c'était sans aucun doute la pire erreur de sa carrière). Son cœur manqua un battement lorsqu'il constata qu'il y avait quelqu'un d'assis à sa table, en train de déballer un sandwich.

Génial. Comme si sa journée n'était pas assez stressante comme ça. Ariel ne voulait pas socialiser aujourd'hui. De bonne humeur, il pouvait tenir une conversation et même divaguer pendant une longue période de temps sur des sujets le passionnant, mais pas aujourd'hui. En se rapprochant de l'homme assis à sa table, Ariel constata qu'il avait une jambe dans le plâtre. Il était de dos, alors il ne voyait pas son visage. Ne remarquant pas d'autres endroits où s'asseoir à proximité, il décida de s'asseoir à la même table que lui.

Ce n'est que lorsqu'il tira la chaise en face de l'autre agent (ce qui fit émettre à la chaise un grincement dégoutant et fit en sorte que l'homme avec la jambe dans le plâtre leva les yeux vers lui) qu'Ariel le reconnu; il s'agissait de Kyle Greenwood, alias Beryl, avec qui il avait déjà eu une mission une fois, auparavant. Ariel détourna immédiatement le regard; revoir à nouveau des agents avec qui il avait déjà eu des missions créait toujours un certain malaise pour lui. Il avait l'impression que ces agents connaissaient tout sur lui, jusqu'à la plus petite parcelle de ses forces et faiblesses, et ce juste en l'ayant vu en action dans des moments de panique, à son état le plus instable. C'était absurde, bien sûr: Ariel savait bien que tout comme lui, les autres agents étaient trop concentrés sur l'action dans ces circonstances pour s'occuper de son état d'esprit. Il n'était tout simplement pas confortable avec cette perte d'anonymat en présence de parfaits inconnus occasionnée par certaines missions.

Bref, Ariel était mal à l'aise de devoir manger à la même table que Kyle, mais au moins il n'était pas un inconnu total. Il essaya de se motiver mentalement, de voir ça comme un point positif. Ça n'allait peut-être pas être trop pénible, comme lunch, finalement.

Une fois assis, Ariel remarqua que Kyle ne semblait pas être trop satisfait de la tournure des évènements. Comme si c'était de sa faute. Après tout, il était celui assis à sa table! Hmm. Il était vrai que l'agent devait ignorer ce détail, par contre. Ce n'est pas comme si les noms des agents s'asseyant habituellement aux différentes tables y étaient collés non plus. Après rectification, il se dit que c'était bien plus de sa propre faute s'il se retrouvait dans cette situation; il n'avait qu'à ne pas oublier son lunch chez lui comme un abruti. «Congratulations Ariel, please enjoy karma and just deal with it.»
Revenir en haut Aller en bas
Kyle

Kyle

Messages : 122
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 29

D'explosions et de mauvaises histoires Empty
MessageSujet: Re: D'explosions et de mauvaises histoires   D'explosions et de mauvaises histoires Icon_minitimeMer 3 Oct 2012 - 12:16

Kyle observa sans bouger, sans ouvrir les lèvres, l'agent s'installer sur la chaise d'en face. Il ne le regardait pas, avait les mouvements légèrement saccadés, comme en proie à une lutte intérieure. Il était si raide sur son siège, le regard posé sur un coin de la table, glissant de son lunch à la surface noire luisante sans trop savoir où se poser, que Kyle crut l'espace d'une seconde qu'il allait finir par bondir et s'en aller pour de bon. La question logique se posait: pourquoi ne le faisait-il justement pas, si s'asseoir auprès de Kyle lui tirait d'aussi apparentes difficultés? Prenant en compte sa grande carrure blonde, son teint un peu trop pâle (mais il ne s'agissait peut-être que d'un effet de la lumière, tout le monde avait vaguement l'air cadavérique sous l'éclairage peu flatteur des sous-sols de la PIRIA), ses yeux limpides et ses longues mains nerveuses, on aurait dit une photo en sepia d'un gosse de riche, une image délavée d'un décor trop ancien pour la modernité tentaculaire de l'agence. Kyle baissa les yeux, distraitement, piocha sur le pain de son deuxième sandwich.

Ses souvenirs au sujet de Savary étaient minces. Il y avait eu la mission concernant l'usine américaine qui revendait illégalement des armes à feu à des zones chaudes du continent africain, mission qui s'était pour somme toute très bien terminée sans même avoir à faire appel aux deux agents en attente au final. Kyle se souvenait que le nom de Jinx lui avait été glissé à ce moment comme étant l'agent de terrain qui avait la charge d'arrêter le camion d'armes si jamais celui-ci échappait à Scarlette et lui. Puis, plus concrètement, il y avait eu la mission japonaise, celle qui les avait conduits au beau milieu de la capitale, à traîner dans des endroits louches, des "Host Club", des bars fréquentés d'hommes d'affaire suant de l'alcool, de yakuza et autres charmants gentlemen. Simple mission: capter de l'information pour un riche capitaliste new-yorkais souhaitant amasser des preuves contre l'un de ses partenaires de commerce qui l'avait fraudé de plusieurs millions pour l'incriminer d'une alliance avec la mafia japonaise. Deux agents de terrain requis, car le processus était dangereux et délicat, le crime organisé nippon étant pratiquement un établissement public et légal dans le pays, se procurer des accusations contre celui-ci n'était donc pas chose facile.

De cette mission assez peu évènementielle, Kyle en était ressorti avec une impression plus ou moins marquée de Savary. Il était particulier, mais quel agent de la PIRIA de l'était pas (à considérer que le critère d'embauche de l'agence était le fait de posséder une particularité, des talents et capacités hors du commun), horriblement organisé, toujours sur la bonne ligne, très compétent et sérieux, bref Kyle pouvait apprécier ce genre de partenaires lors d'une mission. Il tendait par contre sur le côté nerveux, parfois bavard et il y avait une sorte de tension continuellement présente autour de lui, comme s'il était étiré sur un ressort, qui rendait tour à tour Kyle fébrile, pressentant un danger quelconque qui n'était pas réellement là. Une telle sensation en situation de repos, comme un repas par exemple, n'était pas la chose la plus agréable à vivre.

Un silence lourd et blanc était tombé sur leur table, sorte de beurre figé dans lequel aucun des deux ne semblait oser porter un mouvement volontaire. Kyle mangeait lentement son sandwich, Savary jouait délicatement avec les pâtes de son plat acheté et l'ambiance se faisait de plus en plus horrible et incertaine à mesure que les secondes s'écoulaient. Il y avait un profond ridicule dans la chose que Kyle refusait de regarder de trop près. Après tout, ils pouvaient très bien manger en s'ignorant s'ils le voulaient, qu'importe si la curiosité de la situation lui donnait presque envie d'engager une conversation, ne serait-ce que pour lui demander la raison de sa présence.

Aucun des deux agents ne semblaient être le genre à approcher autrui (du moins, Kyle ne croyait pas donner cette impression et si c'était le cas, il lui faudrait réévaluer en partie sa vision personnelle de lui-même), c'était à peine s'il se souvenait avoir aperçu Savary dans les couloirs de la PIRIA en temps ordinaire. Le fait que Kyle traînait peu dans l'agence hors des gyms était probablement à prendre en compte dans son diagnostic précédent, mais tout de même. Partager un repas était autre chose que de s'entraîner ensemble. Partager un repas était un truc de bonnes connaissances, d'amis, de discussions sympathiques et mondaines (quelque chose du genre non?), en somme, pas une activité à laquelle on s'adonnait entre vagues collègues de travail peu amicaux.

Il tourna ses réflexions encore de longues minutes, chaque instant paraissant comme un sablier entier qui se vidait, puis se racla la gorge. Le son parut surprendre son vis-à-vis et leurs yeux se croisèrent directement pour ce qui devait être la première fois. Il avait un regard étrange, sorte de volutes vert et bleu si pâles qu'ils en brillaient presque argenté, un regard insistant et large qui installa aussitôt un malaise particulier chez Kyle, ce dernier réalisant qu'il ne l'avait jamais proprement observé même lors de leur mission commune. Il y avait quelque chose d'alien dans ses yeux. Kyle fut le premier à tourner la tête, apportant une main à ses cheveux sombres comme pour cacher ce qu'il pourrait bien dévoiler de son visage en étant celui qui choisissait d'entamer une discussion. Finalement, sa voix trancha le vide, légèrement rauque, car il avait encore moins parlé qu'à son habitude lors de sa semaine de convalescence (sombrer dans le mutisme était une façon pour lui de protester contre l'injustice de son sort de blessé) et sur un ton neutre, qui se voulait blasé sur les bords, demanda:

-Je peux te demander qu'est-ce qu'on est en train de faire exactement?

En matière d'entrée, ce n'était pas la perfection. Davantage encore en prenant en compte qu'aucun des deux n'avaient d'ailleurs salué l'autre, jouant leur débat mental chacun de leur côté dans un silence maladroit, cette épaisse mort du bruit que l'on retrouve dans des salles de conférence lorsque dix personnes essaient de retenir leur toux ou d'éviter d'éternuer trop fort. Néanmoins, Kyle ne tenait pas à avoir l'air particulièrement poli. Il ne voulait pas projeter une agressivité pure et simple non plus, il souhaitait simplement comprendre un peu le tas de sables mouvants dans lequel ils s'étaient tous les deux lancés sans aucune raison. Ils étaient des adultes, mieux encore, des agents secrets professionnels, les meilleurs au monde, et ils se retrouvaient coincés à une table trop petite comme deux écoliers boudeurs. Ils pouvaient définitivement faire mieux.

Enfin, être un adulte agent secret professionnel ne signifiait pas pour autant que Kyle appréciait la socialisation.

Revenir en haut Aller en bas
Ariel

Ariel

Messages : 36
Date d'inscription : 20/09/2011
Age : 29
Localisation : Plateau Mont-Royal

D'explosions et de mauvaises histoires Empty
MessageSujet: Re: D'explosions et de mauvaises histoires   D'explosions et de mauvaises histoires Icon_minitimeMer 3 Oct 2012 - 21:37

Ariel laissa son regard se balader à travers la pièce, l'arrêtant sur tout sauf l'agent de terrain en face de lui. Il décida finalement de porter son attention sur la table à sa droite pour donner l'impression de s'intéresser à autre chose qu'à la situation actuelle. Trois agentes féminines y étaient installées, plongées dans une discussion apparemment très intéressante. Elles étaient penchées vers le milieu de leur table et se murmuraient des trucs à l'oreille, concentrées. Ariel nota que l'une d'entre elles avait visiblement tenté de se faire des bigoudis ce matin, mais sans doute prise au dépourvu par le temps, elle avait terminé en hâte. Du côté droit de sa tête, ses bouclettes d'un brun riche étaient impeccables. Par contre, les boucles du côté gauche de sa tête ressemblaient plus à des slinkys trop étirés; sans doute avait-elle enlevé les bigoudis trop rapidement alors qu'elle se faisait les cheveux. Ce genre de situation arrivait parfois à sa sœur alors il était fort probable que d'autres femmes subissent le même genre de combat avec leur chevelure régulièrement. Le manque de symétrie des cheveux de la brunette l'énervait plus qu'il en aurait été le cas normalement, étant donné les circonstances, et Ariel reporta son attention sur son repas, qu'il piochait sans enthousiasme depuis tout à l'heure.

Il sentit à plusieurs reprises le regard de Kyle se poser sur lui, mais il ne leva pas les yeux. C'était probablement de la simple curiosité de sa part, puisqu'il ne lui avait pas semblé avoir envie de partir une discussion lorsqu'Ariel s'était assis à sa table, quelques minutes plus tôt. Ou alors peut-être était-il en train de le juger en silence de comparer l'impression qu'il avait eue de lui lors de leur mission au Japon à celle qu'il devait avoir d'Ariel présentement, assis dans une cafétéria hideuse, en train de manger un repas de nouilles thaïlandaises (qui, Ariel devait bien l'admettre, était plutôt succulent). Il était conscient qu'il devait dégager l'image d'une personne très tendue en ce moment, l'agent ne faisant aucun effort pour cacher son état d'esprit actuel. Il aurait été capable de tenter de paraître un peu plus décontracté, mais Ariel ne voyait pas l'intérêt de continuer de jouer à l'espion en dehors des missions; c'était important pour lui de conserver une part d'honnêteté à son quotidien, et ce même si son quota de stress devait en pâtir.

Lui-même avait trouvé Kyle plutôt efficace lors de leur mission. Grâce à ses traits asiatiques, il s'était très bien fondu dans la masse de gens des rues bondées du Japon. Ariel, quant à lui, avait été contraint de se servir de ses talents de déguisement. Il s'était entre autres procuré une perruque, ses cheveux blond pâle contrastaient beaucoup trop avec les chevelures noires de la population nippone. Il se rappelait également avoir été frappé de constater à quel point il ressemblait à son père dans ses plus jeunes années lorsqu'il portait cette perruque. Il était tout de même dommage que l'anxiété refoulée de son père se soit transmise par une perte rapide de pigmentation de ses cheveux; à trente ans, ils étaient déjà complètement blancs. En y repensant, c'était peut-être génétique ce truc-là. Ariel ne serait pas étonné d'avoir déjà des cheveux blancs à trente ans, voire avant la fin de la vingtaine, même. Son travail lui occasionnait pas mal de stress, après tout.

Par contre, il ne voudrait pas changer de travail pour tout l'or du monde. En étant agent de la PIRIA, Ariel avait l'impression de se réaliser, d'être utile à la société. Rien ne pourrait possiblement le rendre plus heureux dans sa vie professionnelle. Après tout, la nervosité était simplement une partie intégrante de lui-même avec laquelle il apprenait à vivre un peu plus chaque jour, il n'allait pas la laisser lui dicter sa vie non plus! Ce n'est pas comme si avoir un petit travail facile ne lui causerait pas de stress, bien au contraire: le manque de concentration le rendrait encore plus nerveux!

Ce lunch était d'ailleurs un très bon exemple de situation banale causant de la nervosité irrationnelle chez Ariel, sentiment qui redoubla lorsque Kyle se racla subitement la gorge, le tirant de ses pensées. Ariel posa brusquement sa fourchette dans son assiette et releva la tête, se demandant ce que l'agent pouvait bien vouloir. C'était probablement la première fois qu'ils se regardaient plus d'une seconde dans les yeux sans détourner le regard. Ariel en profita pour tenter de le sonder et ainsi pouvoir mieux comprendre ses intentions. Kyle n'avait pas des yeux inexpressifs, mais pourtant son regard ne semblait pas contenir une émotion particulière; en fait, au bout d'un moment, il décida de rompre le contact visuel. Comme s'il s'était impulsivement raclé la gorge pour tenter de détendre l'atmosphère et regrettait maintenant sa décision. Ariel continua tout de même de l'observer après qu'il eût détourné la tête; il n'avait pas terminé son analyse et voulait des réponses à ses questions! Comment Kyle s'était-il blessé la jambe, par exemple? Sans doute lors d'une mission, mais Ariel était tout de même curieux de connaître les détails. Puisque son attention était maintenant portée sur lui, Ariel fut moins surpris cette fois lorsque Kyle pris la parole, cette fois pour de vrai.

-Je peux te demander qu'est-ce qu'on est en train de faire exactement?

La voix de Kyle était plus rauque que ce à quoi il s'attendait, mais Ariel était mal placé pour parler de stéréotypes liés aux voix, lui qui chantait parfois la partie soprano dans des opéras durant son enfance. Il trouvait tout de même la question de Kyle étrange. Ce qu'ils étaient en train de faire? Franchement, c'était assez évident! Le ton employé par l'agent lui semblait également assez blasé. Ariel grogna intérieurement, en espérant que Kyle Greenwood n'était pas un fanatique de philosophie et que «qu'est-ce qu'on fait» n'était pas une question rhétorique sur la raison d'exister parce qu'il ne désirait pas avoir de conversation philosophique avec un inconnu aujourd'hui. Celles qu'il avait avec son oncle étaient suffisantes, merci beaucoup. Il préféra donc répondre directement à sa question.

-On est assis dans la cafétéria en train de manger.

Ariel failli rajouter «je croyais que c'était évident» mais il se ravisa, constatant que ça pouvait être perçu très impoli de sa part. De toute façon, Kyle avait une jambe dans la plâtre, ce qui n'était jamais amusant. Il n'avait sûrement pas la tête à se faire sermonner pour son choix de questions.
Revenir en haut Aller en bas
Kyle

Kyle

Messages : 122
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 29

D'explosions et de mauvaises histoires Empty
MessageSujet: Re: D'explosions et de mauvaises histoires   D'explosions et de mauvaises histoires Icon_minitimeMar 23 Oct 2012 - 23:11

En posant sa question, qui tomba à plat entre les deux agents, morne et peu éclairée, Kyle se cantonna dans son attitude désintéressée tout en gardant un oeil sur les réactions de son vis-à-vis. Avoir l'attention nette de Savary était un nouveau développement dans ce repas qui s'étirait désagréablement, culbutant sans grâce aucune dans la catégorie "moments embarrassants" quelque part sous le fait de déclencher le compte à rebours d'une bombe cachée ou d'arrêter violemment un convoi que l'on croyait être rempli de drogues dures mais qui ne révélait en fait que de la nourriture pour chiens (bon il était utile de préciser que la nourriture canine était en réalité l'ecstasy camouflée, mais le chauffeur s'était révélé un pur innocent, ce qui n'avait fait que compliquer les choses par la suite).
Ce soudain focus avait quelque chose de pesant et la sensation de son regard ne cessait de faire remonter à la surface l’image de ces deux yeux liquides délavés, véritable marre opaque dont il était impossible d’apercevoir le fond. (Kyle en avait connu des pires, évidemment. À travailler dans ce genre de métier, on ne pouvait s’empêcher de croiser la route des pires arnaqueurs, manipulateurs et meurtriers que ce siècle pouvait bien posséder, mais les yeux de son collègue était d’un genre différent, quelque chose de nerveux, de confus, de déstabilisant.) Par contre, Kyle jugeait qu'il était équitable d'accorder une ou deux minutes à l'autre agent pour son observation personnellement, puisque pour sa part, il ne s'était pas gêné pour cataloguer les tics et expressions de son collègue.

Il engloutit la dernière bouchée de son deuxième sandwich, ses doigts libres créant un rythme sans dessus-dessous sur la table. S’il avait pu, il aurait probablement agité son pied encastré. C’était dans ces moments où porter un plâtre lui faisait horreur, lorsqu’il avait l’impression que sa jambe lui picotait de partout, depuis l’intérieur même de sa peau, et qu’il n’avait que cette fulgurante envie de la frapper au sol, de la secouer jusqu’à en faire craquer la structure protectrice. S’y attarder trop longtemps n’était jamais une bonne idée dans son cas où une agressivité étourdissante finirait par le prendre à la gorge. L’inactivité ne provoquait jamais de jolis résultats sur Kyle, c’était un fait.

Dans les quelques secondes qui suivirent cet amas de réflexions, la réponse de Savary résonna finalement entre les deux agents.

-On est assis dans la cafétéria en train de manger.

La conversation ne s’annonçait pas fantastique. Rien n’avançait ou tout se déroulait à un rythme horriblement lent, Kyle pressentait déjà un interminable échange de quelques phrases sur absolument rien. Aucun des deux ne semblait être capable d’y mettre vraiment du sien, ne serait-ce que pour s’expliquer leur présence mutuelle dans ce qui devait bien être le repas le plus lourd, antipathique et mortellement ennuyeux de toute l’histoire de la PIRIA. Kyle agrippa ses cheveux d’une main et ouvrit machinalement le sachet de vinaigrette entre ses dents pour le déverser ensuite dans sa salade pratiquement en entier.

-Oui bon, observation correcte, dit-il ensuite en empoignant une fourchette pour mélanger le tout. Ma question n’était pas vraiment à prendre au premier degré par contre.

Ses yeux restèrent fichés sur le mouvement saccadé de son propre bras, brassant les feuilles, le bacon, la sauce, ignorant méticuleusement le regard de son vis-à-vis. Savary était un type intelligent; il allait comprendre bien vite où Kyle voulait en venir, sans mentionner le fait qu’il ne pouvait décemment pas ignorer la stupidité de leur situation.

-D’une manière générale, qu’est-ce qu’on fiche précisément ici?, ajouta-t-il finalement parce qu’il pressentait un nouveau silence épais au-devant (et ceux-ci devaient arrêter de se succéder de cette façon, ils en devenaient lassants à la fin).

Un temps, puis il se ravisa :

-Non en fait, oublie. Ce n’est pas très important. Tu es juste venu comme ça ici et voilà. Fin de la discussion. Je mange ma salade et je m’en vais de toute façon.

Et Kyle plongea sa fourchette dans ladite salade et enfourna une bouchée qui aurait dû l’étouffer s’il n’en avait pas tant l’habitude. Une enfance à vivre en affamé faisait des merveilles sur la capacité à se nourrir rapidement et efficacement. (Aussi, à gober la plus grande quantité possible d’aliments en un temps record tout en ayant des standards quasi-inexistants en matière de cuisine.)
Si seulement Savary avait été une présence confortable. De cette façon, Kyle aurait pu manger tranquillement, dans un silence paisible et non pas étouffant, sans le courant nerveux qui le traversait désagréablement, comme s’il avait la sensation qu’il devait faire ou dire quelque chose pour interrompre leur repas ridicule. Manger avec des inconnus ne lui réussissait pas énormément non plus, les années l’ayant durci avec raison à une méfiance constante envers tout nouveau visage qui se présentait face à lui.

Quoi de plus, sa jambe lui piquait. Maudit plâtre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




D'explosions et de mauvaises histoires Empty
MessageSujet: Re: D'explosions et de mauvaises histoires   D'explosions et de mauvaises histoires Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
D'explosions et de mauvaises histoires
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Histoires d'en rire.....
» histoires de pépé
» Histoires de Locataires ou de co-loc
» Histoires en mp3
» Histoires droles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Univers alternatifs :: Agents Secrets-
Sauter vers: