~
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 A New Day Has Come

Aller en bas 
AuteurMessage
Lydia
Dévergondée mélancolique
Lydia

Messages : 37
Date d'inscription : 31/03/2011
Age : 28
Localisation : Studio Focus

A New Day Has Come Empty
MessageSujet: A New Day Has Come   A New Day Has Come Icon_minitimeDim 26 Juin 2011 - 23:51

Il y avait bientôt 3 mois que le Rosario Morelli était décédé. Jake et Lorena, la seule famille qui restait à Lydia, signait les derniers papiers qui venait d'arriver au pays. Mais cette dernière, incapable d'affronter les hommes sévères en veston-cravate, fuyait, prétextant faire un petit jogging. Cela devait bien faire trois quarts d'heures qu'elle courrait à n'en plus sentir ses jambes.

McKingley High se tenait devant elle, droite et austère. Tout semblait droit et austère pour Lydia depuis quelques temps. Comme quoi il faudrait qu'elle se saoule la gueule pour qu'elle marche croche, cela ne ferait pas de mal. Elle était dans le stationnement vide, vêtue de ses vêtements de sport amples et noirs.

La chanson sur laquelle elle avait préparé son solo de danse contemporaine commençait à jouer sur son iPod, la chanson qu'elle dédiait désormais à son père. Lost. Elle se surprit à faire les premiers pas de sa chorégraphie alors que ses yeux s'embrouillaient. Mais alors qu'elle devait faire une pirouette, elle s'affala sur le sol en asphalte. Vérifier si ses espadrilles glissaient bien dans un stationnement? Fait.

La jeune adolescente découragée boita jusqu'au trottoir ou elle se laisse tomber mollement sur un banc. Elle chanta alors à s'en époumonner, chaque vers creusant un trou plus profond dans son coeur en deuil.

-Tu savais que tu chantais bien?

Une voix masculine avait retentie derrière Lydia. Pas la peine de se retourner, elle reconnaissait la voix de son enseignant d'espagnol. Mr Schuester. Elle n'avait même pas repris son sac pour s'éloigner qu'il était déjà sur le banc, retenant mollement le sac.

-Écoute, le Glee Club est plutôt boiteux en ce moment, mais nous commençons à peine! J'aimerais que tu te joignes à nous, nous avons vraiment besoin de membres talentueux.

-Mr. Schuester je suis désolé j'vais être en retard.

-Je peux te déposer en chemin.

Elle resta donc assise sur le banc à écouter l'enseignant expliquer le concept de ce club. Elle avait toujours voulu être dans une groupe du genre, mais c'était quand même le groupe de... Nerds? Peu importe, elle ne voulait pas recevoir des Slushies comme la jolie brune au nez proéminent.

-Écoutez Mr. Schuester, j'vais y réfléchir, mais je ne crois pas que ce soit le groupe pour moi. Je sais que je danse et que je chante plutôt bien, mais...

-C'est comme tu veux, je ne tords le bras de personne. Enfin, pas littéralement...

-Pas la peine de me faire échouer l'espagnol, j'vais me présenter à la première répétition, soupira-t-elle.

Elle pris ses affaires, jetant un regard amusé à l'enseignant qui fit un geste de victoire. Il l'accompagna donc vers sa voiture mais Lydia préféra jogger que d'embarquer dans la voiture bleue au pot d'échappement amoché.

En effet, comme le murmurait Céline Dion dans son oreillette, A New Day Has Come.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle

Kyle

Messages : 122
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 29

A New Day Has Come Empty
MessageSujet: Re: A New Day Has Come   A New Day Has Come Icon_minitimeLun 27 Juin 2011 - 2:24

1.2

C'était stupide, la façon dont tout avait commencé.

Il y avait un entrainement de basket-ball, un coach absent et un IPod accompagné de hauts-parleurs. Des joueurs qui se lançaient le ballon en free-style, riant de tout et de rien, se bousculant et s'engueulant. Kyle, les joues rougies par l'effort, les muscles chauffés, frissonnants d'une énergie bienvenue. Il courut, attrapa le ballon au vol et tournoya sur lui-même, un élan impulsif en voyant qu'il serait capable d'y arriver, le porta jusqu'au panier, ses mains agrippant le rebord au dernier instant.

Il se laissa souplement tomber au sol, accompagné par des cris en tout genre, des sifflements, d'autres "frimeur", des stupidités. Kyle glissa sur le côté, ses baskets couinant sur le plancher lustré du gym, et il fit un nouveau cercle sur lui-même, un mouvement de bras idiot, puis une révérence qui augmenta les rires et les râles ennuyés.

Il y avait de la musique qui résonnait, qui poussait Kyle à gesticuler son corps en harmonie, comme un battement dans son sang.

-Tu danses?, lui demanda Finn Hudson, à la fin de l'entraînement et Kyle n'avait jamais vraiment mis de mot sur ce qu'il accomplissait, mais, danse, il aimait définitivement ça.

-Je danse, répondit-il, avec un sourire, un hochement de tête.

Et l'autre eut l'air pensif, un regard dans le vide, un peu trop grand pour lui aller correctement, puis il baissa la tête légèrement, comme gêné.

-Ah, c'est cool, dit-il, avec une esquisse de son habituel sourire gamin. Moi j'ai deux pieds gauches.

Il avait l'air de vouloir ajouter quelque chose, mais Kyle rigola malgré tout, un sentiment confortable au fond de l'estomac.

-C'est pas toujours facile, quand on est dans le Glee Club, ajouta Finn. Parce que. Tu sais. On danse, dans le Glee Club.

Et à partir de ce moment, ce fut comme une graine plantée au creux de son crâne, une plante monstrueuse grimpant le long de ses neurones jusqu'à emplir son esprit de ce concept alien. Le Glee Club.

-Le Glee Club, c'est comme l'apocalypse, disait Puckerman avec un air entendu. Ou le Big Bang, avec les atomes et l'antimatière, je sais plus, c'est l'explosion qui compte de toute façon. Parce que, tu vois. Ça bouleverse complètement la hiérarchie, l'univers même. Y'a plus de sportifs que de losers. Okay, cette fille, Rachel Berry, fait bien dix nerds à elle toute seule, alors ça brise un peu les comptes, mais tu vois où je veux en venir hein?

-Non, pas vraiment.

-L'idée, c'est que. C'est un truc assez cool, au final. C'est tout comme un suicide social, c'est clair, mais si ça t'intéresse, c'est cool. Puis, si tu danses toi, tu serais, comme, assorti à Mike, parce que vous êtes asiatiques tous les deux et ça nous ferait le duo asiatique de danseurs. Pas mal, non?

Alors, Kyle se retrouva à loucher sur le formulaire d'inscription du Glee Club plusieurs fois par jour. Il n'osait pas vraiment espionner les répétitions, ayant peur d'être découragé par ce qu'il y verrait. Il s'observait dans le miroir, se regardait bouger, engloutissait plus de vidéos sur Internet qu'il ne pouvait s'en rappeler et s'appliquait à copier tel mouvement, apprendre telle chorégraphie. Il dansait, dansait, dansait.

Il chantait aussi, parfois. Il était potable, la voix douce, juste assez modelée pour des balades tranquilles, quelques chansons rythmées. Et il pensait, Glee Club.

Un jour, Kyle attrapa le crayon et ajouta son nom au bas de la courte liste. Il oscilla devant celle-ci, hésitant plus d'une fois à tout rayer, mais finit par déposer le crayon et reculer de quelques pas. Il était inscrit. Il allait auditionner.

Il n'était pas inquiet, après tout, le Glee Club prenait chaque volontaire parmi eux, tant il y avait peu d'élèves dans ses rangs. Kyle se fichait assez du "suicide social" (il ignorait l'histoire des slush et à la première qui allait lui être lancée au visage, il aurait peut-être un pincement de regret). Il était effrayé à l'idée de s'étendre devant des inconnus, révéler cette part de lui, d'être jugé.

Trop tôt, trop soudain, se disait-il.

Le coeur au creux de sa gorge, Kyle entra dans l'auditorium. Ses tempes battaient la mesure, un, deux, trois, ses muscles frémissaient, un, deux, trois, sa tête tournait, un, deux, trois.

-Bonjour, je m'appelle Kyle Greenwood. Je peux chanter, mais ce que je fais le mieux, c'est la danse.

Un, deux, trois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Legan

Legan

Messages : 50
Date d'inscription : 19/07/2009

A New Day Has Come Empty
MessageSujet: Re: A New Day Has Come   A New Day Has Come Icon_minitimeLun 27 Juin 2011 - 22:34

Il n'aurait jamais cru que défendre ses amis aurait pu un jour aboutir à un tel désastre. Alors que le jeune homme attendait patiemment son tour afin d'entrer dans le bureau de Figgins, le directeur, la gravité de la situation le percuta comme un camion qui roulait à toute vitesse vers lui. Il avait l'habitude de sortir ses idiots qu'il considérait comme ses amis du pétrin. Ils se fiaient toujours à lui s'ils avaient fait une trop grosse bourde qui se devait d'être réglée. C'était bien l'avantage d'avoir le brun comme ami; sa bonne réputation auprès des enseignants tout comme ses bonnes notes lui permettait de pouvoir se sortir de situations malencontreuses très facilement. De plus, ses parents avaient l'argent. On pouvait bien dire ce que l'on voulait sur ce bon peuple d'Ohio, mais comme partout ailleurs dans le monde, le vrai pouvoir se trouvait là où était l'argent. Aucun enseignant ne voulait se retrouver avec quelqu'un de riche à dos.

Par contre, cette fois-ci, sa petite bande était allée trop loin. Ils avaient commis une erreur grave en s'en prenant à cette horrible harpie qu'était le coach même des cheerleaders de cette école. Legan n'avait jamais vu une femme aussi effrayante, et pour avoir vécu toute sa vie avec sa propre mère, quelqu'un surpassant cette dernière en ce qui concernait terroriser les gens, on ne voyait pas cela tous les jours. Pourtant, cette infâme Sue Sylvester avait réussi à remporter la palme d'or de la soricère la plus terrifiante.

Les copains du jeune brun avaient voulu surpasser tout ce qu'ils avaient réalisé jusqu'à maintenant mais ils n'avaient pas pris le soin de penser à ce que pouvait advenir du pauvre Legan. Celui-ci avait les yeux rivés sur les grandes fenêtres du bureau du principal de l'école, les poings et dents serrées. La folle gesticulait à n'en plus finir, elle semblait hurler au pauvre directeur, qui était assis sur sa chaise, derrière son bureau, et l'écoutait d'un air perplexe. Les bruits des couloirs aux alentours empêchaient le jeune homme de bien entendre ce qu'elle rageait, mais il cru entendre quelques mots tels "torture", "pendre", "imbécile" et d'autres mots qui se font plus acceptables une fois censurés. Bref, il n'avait pas un très bon pressentiment en ce qui concernait son avenir.

La porte s'ouvrit à la volée, mrs. Sylvester sortit à la trombe, lui jeta un regard meurtrier puis renversa une table d'un coup de pied suite à quoi elle s'éloigna en grognant, le pas pressé. Après avoir quitté des yeux cette fusée enragée blonde, il redirigea son regard vers le bureau du principal, qui lui fit signe d'entrer. Celui-ci semblait assez calme, Legan pu donc se détendre un peu. Il semblait même afficher un petit sourire amusé. Avec un peu de chance, l'adolescent s'en tirerait bien et pourrait aller égorger ces imbéciles d'amis.

-Asseyez-vous, je vous en prie, monsieur Thomas, lui demanda le directeur avec son éternel accent indien.

Legan ne se fit pas prier deux fois avant de prendre place sur la chaise qui faisait face à l'homme.

-Je n'irai pas par quatre chemins. Vous savez que vous avez fait une erreur et vous devez en payer les conséquences!

Et le discours continuait, le menaçant des pires conséquences possible. Legan écoutait la tirade de l'homme en espérant que sa patience puisse le sortir de ce bureau indemne.

-Vous savez, remplacer les ingrédients du café matinal de mrs. Sylvester pour du Cola et ces menthos n'était pas la plus brillante des idées. Pourquoi avez-vous fait cela?

Legan prit une longue inspiration et lui expliqua sa propre version des faits. Figgins, lui, l'écoutait se confier, une lueur amusée dans le regard. Il fallait dire que cette Sylvester ne cessait de se plaindre à lui ces derniers temps, et le principal devait se lasser de cette attitude peu à peu.

Lorsqu'il eut fini ses explications, le directeur enchaîna.

-Monsieur Thomas, vouloir défendre vos amis est un bien beau geste, cependant, vous devrez tout de même être puni. Je crois savoir que votre engagement dans cette école laisse plutôt à désirer. Vous vous moquez sans arrêt de pauvres personnes innocentes et maintenant cela? Je suis grandement déçu de votre attitude. Non seulement comme punition vous devrez nettoyer le bureau de mrs. Sylvester, mais vous devrez également réparer les erreurs que vous avez fait tout au long de votre séjour à McKingley High, et je parle bien de vous excuser à ceux que vous avez maltraité.

Legan n'avait aucune idée d'où il allait chercher cette information. Il était vrai qu'il avait souvent été dur avec d'autres losers, mais il ne s'était jamais douté qu'un élève puisse se plaindre à un membre du cadre enseignant. Il n'osa cependant pas poser de questions et se contenta de subir les conséquences.

Mais ce qu'il entendit, il voulut l'oublier aussitôt que les mots avaient frôlé ses oreilles.

-Vous ferez dorénavant parti du Glee club de cette école!

Enfer. Calomnie. Damnation. Il n'y avait pas de Dieu dans cet univers.

-Je...Je vous demande pardon?!

-Vous m'avez très bien entendu. Dès la prochaine pause de cette journée, vous devrez aller au local désigné pour commencer les répétitions avec vos nouveaux camarades. Le professeur en charge de ce club est déjà au courant!

Legan n'en revenait pas ses oreilles. Sa vie était finie. Entrer dans ce club se résumait tout bonement à ruiner toute relation sociale.

-Mais...je ne sais pas chanter!

Cette réplique donna un sourire à son principal.

-Tout le monde peut chanter, jeune homme.

Legan poussa un profond soupir agacé. Il savait chanter, il se débrouillait plutôt bien, même, il aimait beaucoup sa voix. Mais faire partie de ce club était le dernière chose dont il avait envie.

-Que se passera-t-il si je n'accepte pas de m'y rendre?

-Vous serez suspendu.

Encore un sourire.

Legan se releva, frustré. Il ne devait toutefois pas le laisser paraître, ne voulant pas afficher ses faiblesses. Il sortit du bureau du principal, atterré et craintif, s'attendant déjà à recevoir une de ces slushies horriblement froides au visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aishiteru.keuf.net
Ariel

Ariel

Messages : 36
Date d'inscription : 20/09/2011
Age : 29
Localisation : Plateau Mont-Royal

A New Day Has Come Empty
MessageSujet: Re: A New Day Has Come   A New Day Has Come Icon_minitimeDim 6 Nov 2011 - 22:37

Ariel Savard traçait avec précision les contours d'une main délicate tout en mangeant machinalement un sandwich végétarien au tofu, à la salade et à l'avocat. Il avait promis à sa petite soeur qu'il allait avoir terminé son portrait avant la fin de semaine et il ne comptait pas la décevoir. Son oeuvre était heureusement presque achevée, il ne manquait plus que quelques détails à ajouter par-ci par-là et la coloration. Une longue mèche de cheveux platine lui tombait sans cesse dans les yeux, ce qui ennuyait le jeune artiste amateur qui n'aimait pas avoir la vue bloquée lors de la création de ses oeuvres. Ariel regrettait de ne pas avoir une main libre pour pouvoir l'envoyer derrière son oreille, mais il ne laissa pas ladite mèche le déconcentrer et continua son dessin. Une fois les traits au crayon terminés, Ariel tâtonna avec précaution à sa droite à la recherche de ses crayons de couleur et il fût confus de ne rencontrer que le vide. Il releva la tête de son esquisse...

«Ah, d'accord.»

L'adolescent avait momentanément oublié qu'il était assis sur une chaise dans la cabine des toilettes pour handicapés. Il lui arrivait régulièrement de se cacher là pour manger les midis depuis qu'il était une victime régulière des slushes à McKinley High. Il fallait bien avouer dire qu'être un emo te fournissait un ticket de premier rang au banc des losers. Seul le Glee Club et certains nerds étaient plus bas que lui dans la hiérarchie. Ariel détestait l'école publique. Il avait passé ses années de middle school dans une école privée dispendieuse spécialisée en arts et chant classique, mais cette dernière n'avait pas de bâtiment high school et il n'eut donc pas le choix de changer d'école. Le blond aurait aimé aller à une autre école privée, mais ses parents lui avaient fait savoir que le budget était serré depuis l'achat de son père d'une nouvelle voiture de luxe dont il avait «besoin pour son travail». L'excuse était plate et Ariel savait bien que ce que sa mère avait voulu dire lorsqu'elle lui avait fait comprendre qu'il irait à McKinley High c'était qu'elle et son père mettaient tout l'argent dans les nombreux cours de sa soeur, qui était en septième année, en plus de continuer à payer pour leurs cours de «formation classique» et que son père avait des ennuis au «bureau». Ariel ressentait du scepticisme envers le travail de son père, qui semblait parfois coûter plus cher que le salaire qu'il rapportait, mais il ne tenait pas à connaître la véritable profession que son (malgré tout) riche paternel occupait, utilisant «employé haut-placé d'une compagnie vendant des assurances» comme couverture.

Ariel sorti délicatement ses crayons de couleur de son sac à dos et commença à colorier la rose épinglée dans la chevelure d'or de sa soeur en rouge. Ses sourcils étaient arqués vers l'arrière et son visage inquiet pendant qu'il coloriait, comme s'il avait peur que quelque chose de grave arriverait s'il dépassait ne serait-ce que d'un millimètre du contour de la fleur. Il avait terminé son sandwich et avait mis son iPod sur ses oreilles à sa playlist «inspiration» pour se concentrer sur son art. Souvent, Ariel se mettait à chanter lorsqu'il dessinait ou peinturait. Au début, il ne faisait que marmonner les paroles de la chanson mais à la fin, il se surprenait à chanter à pleins poumons le refrain final de ses chansons préférées. Il avait tout le temps peur qu'un gros jock bien bâti rentre dans les toilettes et l'entende chanter; ça serait la fin de sa vie sociale quasi-inexistante et de sa petite existence tranquille. Il faut dire que la voix d'Ariel était plutôt haute pour un garçon (il était un contre-ténor), puisqu'il suivait des cours de chant opéra depuis qu'il était tout petit et qu'il avait appris à chanter dans ces octaves réputés pour briser des verres. Il pouvait tout de même adapter sa voix aux chansons qu'il écoutait, comme celle qui jouait présentement sur son iPod. Bien que la voix d'Owl City ne soit pas du tout grave en partant, c'était tout de même légèrement en bas de la gamme habituelle d'Ariel dans les chansons classiques compliquées que son professeur de chant privé lui demandait de chanter. Ariel laissa échapper un rare sourire en remarquant à quel point les paroles de la chanson étaient appropriées.

I am the red in the rose, the flowers
on the blankets on your bedroom floor.
And I am the gray in the ghost that hides
with your clothes behind your closet door.


L'adolescent marmonnait (sans s'en rendre compte complètement) les paroles de la chanson, qui était d'ailleurs une de ses préférées du chanteur. Il était tellement en transe dans sa chanson qu'il n'entendit ni les coups de poing impatients sur la porte de la cabine ni la voix exaspérée qui s'élevait.

-Je ne sais pas qui tu es, là-dedans, mais il va falloir que tu sortes de là! À ce que je sache, je suis le seul handicapé de cette école et il n'y a aucune raison pour que quelqu'un d'autre utilise cette toilette-là, surtout que les autres sont toutes inoccupées! Tu dois être là depuis au moins trente-cinq minutes!

If you cut me I suppose I would bleed the colors
of the evening stars.
You can go anywhere you wish cause I'll be there, wherever you are.
(wherever you are) 2x


Ariel chantait maintenant les paroles du refrain avec vigueur, soudainement de bonne humeur. Il ne se rendit pas compte que les coups frénétiques avaient cessé et que la personne derrière la porte l'écoutait maintenant avec intérêt. Une fois qu'Ariel eut fini de chanter Technicolor Phase, la personne derrière la porte repris la parole d'un ton beaucoup moins agressif.

-Ça te dirais de sortir de là?

Ariel sursauta, constatant enfin qu'il avait été pris en flagrant délit de chant. Ça y est, il était condamné à une vie d'humiliation extrême jusqu'à-ce qu'il convainque sa soeur de demander à leurs parents de déménager.

Tranquillement, Ariel ouvrit la porte et aperçu un adolescent en chaise roulante. Il se rappela avoir entendu dire qu'il avait été enfermé dans une cabine de toilette récemment... et s'il se souvenait bien, il avait un prénom qui ressemblait au sien, ou du moins qui commençait par les deux mêmes premières lettres. Arthur peut-être? Il ne savait pas trop les prénoms des gens de l'école en général, préférant les appeler par leur nom de famille, ce qu'il considérait comme beaucoup plus poli. «Arthur» n'avait pas l'air de le reconnaître non plus, ce qui était plutôt compréhensible puisqu'Ariel évitait l'attention et s'asseoyait toujours dans un coin au fond de la classe dans la plupart de ses cours et qu'il ne se présentait pas aux à ceux demandant des interactions, comme sports.

-Je suis Artie Abrams, au cas où tu l'ignorais. Je vais faire ça vite. Le Glee Club recherche des nouveaux membres et tu as vraiment une jolie voix, ça serait bien de t'avoir avec nous. Je sais, tu vas dire que c'est un club de losers mais penses-y, on est super accueillants!

Ariel eut l'air confus un moment, analysant chaque mot qu'Artie venait de lui dire. Au moins ce n'était pas un jock qui voulait lui taper dessus. Mais le Glee Club? Vraiment? Il suivait déjà des cours de chant classique et il trouvait ça pénible! Comment pourrait-il aimer faire partie du Glee Club? Soudain, le blond réalisa que s'il joignait le Glee Club, il serait sans aucun doute la cible numéro un des slushes.

-Non merci, je suis déjà pas mal rudoyé à cause de mon style, je ne veux pas l'être encore plus en faisant partie du Glee Club. Désolé.

-Penses-y, ok? Écoute, je comprend que ça doit être dur pour toi mais le fait que j'ignorais ton existence-même avant de cogner à la porte semble indiquer que tu ne dois pas passer trop de temps dans les couloirs ou la cafétéria. Tu pourrais te faire des amis en rejoignant le Glee Club! (Artie eut un moment de silence où il constata que ce qu'il venait de dire devait sonner extrêmement rude aux oreilles d'Ariel.) Écoute, penses-y et je ne dirai rien de ton talent en chant à monsieur Schue jusqu'à-ce que tu sois prêt à t'inscrire si tu me promets d'y penser... et essaie de manger ailleurs que dans les toilettes. Deal?

Artie leva son poing devant Ariel dans le but qu'il le frappe, scellant ainsi leur accord.

-Deal! Tu as raison, je n'ai pas vraiment d'ami. Mais ne t'attend pas à ce que je joigne le Glee Club d'ici tôt, par contre. Je vais faire avec la solitude, c'est mieux que d'être constamment harcelé.

Ariel frappa son poing sur celui d'Artie, en se disant que finalement les gens de McKinley n'étaient pas tous méchants s'il prenait la peine de simplement leur accorder la parole.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




A New Day Has Come Empty
MessageSujet: Re: A New Day Has Come   A New Day Has Come Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
A New Day Has Come
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Univers alternatifs :: High School :: Glee Club-
Sauter vers: