~
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Prompity prompt pour Jay et Flo <3 Happy bday!

Aller en bas 
AuteurMessage
Emy
Garce numérique intersidérale
Emy

Messages : 97
Date d'inscription : 18/05/2011
Age : 26

Prompity prompt pour Jay et Flo <3 Happy bday! Empty
MessageSujet: Prompity prompt pour Jay et Flo <3 Happy bday!   Prompity prompt pour Jay et Flo <3 Happy bday! Icon_minitimeJeu 13 Mar 2014 - 21:05

Prompt sur la PIRIA: La scène où Emy appelle Lydia parce qu'elle se fait enlever, il y a Lydia qui sort en détresse avec sa serviette et conduit jusque là-bas pour voir une voiture quitter les lieux rapidement mais elle est prise dans le trafic.
(J’ai modifié un peu beaucoup pas mal, oups? De un parce que ce prompt est pour Florence aussi et de deux parce que… ben c’est cette shit là que ça a donné ahah hope you still like it malgré les grosses modifications laaaaaa. ;//v//; )




Il y avait quelques jours que Lydia n’avait pas eût de nouvelles d’Emy et Kyle. Ils étaient présentement en territoire ennemi sous couverture. Elle ne savait même pas si tout était en ordre dans l’affaire pour laquelle ils travaillaient depuis déjà deux semaines. La PIRIA avait chargé les trois amis de faire une enquête sur quelques boutiques dans un coin reculé de la ville de San Diego, en Californie. Une rumeur parcourait les bureaux de l’agence comme quoi l’un des commerçants commençait à traficoter des trucs louches dans son laboratoire. Pour tout dire, l’agence n’avait donné que très peu d’informations au sujet de leur mission. Tout ce qu’ils savaient, c’était qu’une manifestation quelconque était à prévoir dans les prochains jours. La PIRIA avait toujours autant de facilité à communiquer la complexité de ses missions.

Mais pour Lydia, c’était une toute autre chose. Cloîtrée depuis une semaine dans une chambre d’hôtel pittoresque au cas où l’ennemi déciderait de s’impliquer dans un délit de fuite. Le pire dans tout ça, c’était qu’elle y était obligée. Elle voulait aller sur le terrain. Elle savait qu’elle était l’une des meilleures pour ce qui était d’aller enquêter sous couverture. Par contre, l’agence avait finalement décidé de laisser le tout sous la disposition de Reboot, puisqu’une partie du travail consistait à placer des caméras de surveillance microscopiques dans certaines boutiques du quartier. Pourquoi Beryl s’occupait du reste? Hé bien il fallait quelqu’un pour surveiller les arrières de l’agent expéditeur. D’ailleurs, la majorité des employés de la PIRIA savaient que laisser Emy et Lydia s’occuper d’une mission en terrain ennemi menait toujours à certaines frictions. Plusieurs fois leur couverture avait failli être dévoilée par une engueulade qui dérapait ici et là. Bref, l’italienne ne supportait pas de rester aussi longtemps à ne rien faire. Cela faisait plusieurs jours qu’elle était sans nouvelles, elle se devait d’agir, de lancer un signal, de tenter de les rejoindre juste au cas où, mais rien depuis au moins six jours.

~~~

Depuis cinq jours, ni Emy ni Kyle n’avait perçût le soleil à travers une fenêtre, un hublot, ni même une petite ouverture. Assise en boule dans le coin d’une pièce sombre, elle observait la lampe de camping qui se trouvait au centre, seule et unique source de lumière.

-Ils ne peuvent pas vouloir notre mort, pas avec tous ce qu’ils nous offrent, finit-elle par dire tout bas. À en juger par le silence ambiant, je doute fort que nous soyons encore au centre-ville.

La pièce était littéralement vide. Les murs n’étaient pas décorés, aucune moulure ni fente ne pouvait s’y trouver et le sol ne consistait qu’en une affreuse moquette qui sentait mauvais. Il y avait bien la porte blindée par contre. Oui, la porte par laquelle de la nourriture leur parvenait depuis cinq jours via une ouverture semblable à un trou pour délivrer le courrier qui se trouvait à la hauteur du sol. Au premier abord, ils pensèrent que la nourriture contenait du poison, mais il ne s’agissait que de repas tout à fait normaux. C’était tout simplement étrange et dérangeant. Emy restait longtemps assise à ne rien dire, à attendre que le temps passe. Elle avait déjà fait le tour de la pièce plus d’une fois dans l’espoir de trouver une échappatoire, un mur un tantinet plus mince que les autres ou même un trou par où passait la lumière, mais rien. C’était réellement un abri post-apocalyptique, avec des murs en béton parés à toute éventualité ; une sorte de bunker ultra isolé. La jeune femme n’avait jamais songé à une telle éventualité. À peine avaient-ils eût le temps d’entrer dans une petite boutique d’électronique bien banale qu’elle s’était retrouvée sonnée à l’intérieur de cette pièce affreuse. La majorité de ses trucs se trouvaient dans son sac, et elle soupçonnait qu’on ait vidé ses poches puisqu’elle ne possédait plus rien. Elle n’avait plus sa veste et bien évidemment, aucun téléphone ou mini-ordinateur dans ses poches de jeans. Il lui restait bien une puce de la PIRIA cachée dans la monture de ses lunettes, mais qui sait combien de temps cela prendrait pour les retrouver? Elle ne pouvait communiquer avec personne à l’aide de cette puce, elle servait seulement à indiquer sa position. Après cinq jours restés immobiles, elle espérait qu’ils puissent comprendre qu’elle avait besoin d’aide. Tout ce qu’elle arrivait à se rappeler c’était la boutique qui sombrait dans un noir total et un coup à la tête. Kyle n’avait même pas réussit à s’enfuir. Emy n’osait même pas imaginer ce qu’ils avaient utilisé pour s’emparer de lui. Elle n’avait jamais souhaité se retrouver en corps à corps avec lui. La majorité des gens qu’il connaissait non plus. Kyle était vraiment très doué. Pourtant, elle n’osait pas lui poser de questions, se disant que la honte d’avoir été enfermé lui suffisait sans doute déjà. Depuis le début qu’il cognait sur le même mur au même endroit. Il s’acharnait depuis si longtemps qu’un creux avait même déjà commencé à s’y former. Certes, le sang de ses jointures se trouvait partout sur le plancher de la dite paroi presque indestructible. De son côté, Emy se décida à longer d’ailleurs encore une fois les murs de manière fatiguée et presque désespérée. Elle n’était pas du genre claustrophobe, mais la noirceur des lieux et le manque de connaissances sur son environnement commençait à l’inquiéter. Finalement, lorsqu’elle finit par s’attarder sur la porte, elle remarqua quelque chose d’étrange. Elle venait d’effleurer tous les boulons avant de s’arrêter sur l’un d’entre eux. La jeune femme fût d’abord très surprise, puis repassa son doigt dessus à maintes reprises avant d’aller chercher la lampe dont les piles s’affaiblissaient peu à peu. Kyle cessa sur-le-champ de cogner pour la regardée de manière intriguée. Se rapprochant à nouveau du dit boulon, elle eût comme premier réflexe d’être dégoutée avant de mettre sa main dessus.

-C’est une caméra. Merde.

Depuis cinq jours, on avait observé chacun de leurs mouvements? Non seulement elle détestait se sentir observée, mais en plus c’était par quelqu’un qui leur était encore inconnu. Emy sentit la colère monter en elle, comme si cette révélation s’était avérée être une insulte. Kyle se rapprocha rapidement de sa camarade pour aller observer la chose. Il s’agissait en effet d’une caméra. Il souleva son poing dans les airs en direction du boulon.

-Arrête, fit Emy, tu ne vas que te blesser encore plus!

-Je m’en fiche.

-Si ça se trouve, tu vas les provoquer imbécile!

-C’est justement ce que je veux faire.

Il empoigna la main d’Emy pour la dégager et donna un grand coup sur la porte. Ils restèrent silencieux un moment. D’ailleurs, ce moment leur avait semblé très long. Tous les deux étaient là, en silence, en attendant une manifestation quelconque. Mais sans plus attendre, la porte s’ouvrit sur un couloir tout aussi sombre que leur cellule.

-J’aime pas ça, fit Emy en reculant de quelques pas.

Le couloir menait visiblement à une seule et unique porte en face d’eux, une lumière blanche s’échappant du dessous. Kyle prit la lampe des mains d’Emy pour se mettre à avancer doucement vers la porte si intrigante. Son amie restait derrière lui avec une mine affreuse sur le visage. Ni l’un ni l’autre ne pouvait s’imaginer ce qui se trouvait derrière cette porte, et les scénarios différents s’enchaînaient les uns après les autres dans leurs esprits. Ils sentirent soudainement un petit vent froid les traverser.

-Si ça se trouve, c’est l’extérieur, fit Kyle en chuchotant.

-Non, la lumière est trop opaque pour que ce soit le soleil. Et puis, ce serait trop facile.

C’est évidemment un piège, mais que faire d’autre?

-Ouais… on entre?

-Je dirais non mais, on n’a pas le choix on dirait.

Avant que Kyle ne pose sa main sur la poignée, Emy se rappela que la porte de leur précédent « bunker » ne s’était forcément pas ouverte sous la pression du coup de son collègue. Non, elle s’était ouverte parce qu’ils venaient de briser la caméra. Si ça se trouve, quelqu’un s’amusait avec eux. Découvrir la caméra avait été l’étape un de tout ce processus, et derrière cette porte se trouvait forcément l’étape deux. Elle se sentait comme dans une bête partie de Donjons et Dragons. Emy maudissait déjà le prochain monstre qu’ils allaient devoir affronter, probablement sous les yeux d’un Dungeon Master qui se rirait de leurs actions. Elle s’apprêtait déjà à faire son jet d’initiative…

~~~

La porte, une fois ouverte, donnait sur une pièce entièrement blanche. Les murs et le plancher étaient entièrement recouverts de dalles blanches. Il fallut environ trente secondes pour que les yeux des agents s’ajustent à la nouvelle luminosité des lieux. Emy tenta une brève analyse de la pièce, et tout ça ne la rassurait guère. Le plafond était très haut, surplombé par une sorte de mezzanine en verre. Les murs étaient vides, sans cadres ni fenêtres. La peinture opaque faisait reluire la lumière sur ceux-ci comme si la pièce venait tout juste d’être nettoyée de fond en comble. Elle jeta un bref coup d’œil sous ses pieds avant d’adresser la parole à Kyle.

-Les dalles sont amovibles. Il y a des trucs qui peuvent sortir de ce plancher c’est sûr. On dirait une salle de torture…

La silhouette d’un homme vint alors se dessiner sur la mezzanine.

-Torture, vraiment? , fit l’inconnu à voix basse.

Il était vraiment étrange, à peine plus vieux que les deux agents. Habillé tout en noir, il faisait un étrange contraste avec la pièce alors que ses cheveux tout aussi blancs que la neige le rendaient encore plus bizarre. Il ne lui fallût d’ailleurs qu’un claquement de doigts pour que deux dalles du plancher se mettent à bouger. Il en sortit deux grands poteaux duquel s’échappa des courroies de métal venant agripper les deux agents pour les maintenir en place. Kyle et Emy avaient beau se débattre, il s’agissait de systèmes manipulés par un ordinateur. Si l’ordinateur ne desserrait pas les liens, aucune chance. Les bras contre chaque côté du corps, ils commençaient à vraiment vouloir leur liberté.
-Rah, mais quoi encore!? , s’écria Emy.
-Allons, dit le type étrange. Tu te ne rappelles pas de moi?
La jeune fille voulût rajuster ses lunettes mais elle dût se passer de cette capacité. Elle sentait déjà Kyle la regarder avec un air ahuri tandis qu’elle tentait d’identifier l’homme à l’autre bout de la pièce. Se tenant au moins à quinze mètres de haut de plus qu’eux, il était difficile d’identifier quoi que ce soit.

-C’est moi, ton ancien… ami.

Il fallût un petit moment à Emy avant de se rappeler de ses cheveux pâles, ses yeux luisants et son regard trop concentré lors des jours de classe.

-Niko?

-Oh alors tu te souviens? Intéressant.

-Qu’est-ce que tu fous là? Où sommes-nous?

Elle haussa le ton.

-Qu’est-ce qui se passe!?

-Je t’ai cherché partout tu sais.

-Mais arrête de parler comme ça Niko, crache le morceau!

Kyle semblait non seulement frustré de ne pas comprendre ce qui se passait, mais il l’était encore plus de se sentir prisonnier à nouveau. Il n’arrêtait pas de soupirer à chaque fois qu’Emy ouvrait la bouche. Il n’y avait pas deux minutes elle lui avait dit de ne pas provoquer l’ennemi alors qu’elle était en train de lui gueuler dessus. Brillant en effet.

-Peut-être que j’avais envie de retrouver mon ancienne camarade d’Harvard, c’est tout.

-En m’enfermant deux fois plutôt qu’une!?

-Tu ne comprends vraiment rien à rien, dit-il en ayant presque l’air désolé.

Il laissa Emy pousser un autre soupir de découragement. Il aimait bien se moquer d’elle de la sorte. Ça lui avait vraiment manqué. Il détourna son regard vers Kyle.

-Toi, je ne m’attendais pas à te voir. Agent Beryl si je ne m’abuse?

Kyle lui fit une moue dégoûté, serrant les dents comme un animal montrant ses crocs. Il avait hâte de sortir de cet endroit, si c’était encore possible pour lui. Niko finit par disparaître dans l’ombre de la mezzanine quelques instants. Kyle porta son regard en direction de sa collègue en attendant des explications quelconques.

-J’étais dans la chambre en face de la sienne à Harvard, mais je ne comprends pas comment il t’a reconnu. Il a fait ses petites recherches c’est sûr, mais comment est-il au courant pour la PIRIA?

-Tu lui as déjà fait quelque chose de mal?

-Non au contraire. Il a toujours été bizarre et il ne parlait que très rarement. On a déconné quelques fois mais c’était rien de sérieux… Niko a cet air sinistre ancré au visage depuis que je le connais, mais je ne le croyais pas dérangé au point de me kidnapper.

-Déconné?

-Heu…ouais, fit-elle en détournant le regard.

-Vraiment?

-Ça te pose un problème dit!?

-Non non, fit Kyle en roulant des yeux.

Il laissa un silence s’installer entre eux.

-En tout cas, tu as de drôles de goûts.

-La ferme!

-Ok ok…

Deux dalles superposées verticalement au mur se mirent à bouger pour laisser passer Niko. Le nombre de portes et de pièges qui se trouvaient dans cette pièce semblait être infini, mais ni Emy ni Kyle n’oublièrent l’endroit précis par où il venait d’entrer. Ils tentaient encore d’analyser comment ils allaient sortir d’ici. L’albinos s’approcha de la jeune femme d’un air vraiment banal. Comme si pour lui, avoir deux agents secrets retenus de force en face de lui était quelque chose de tout à fait normal. Comme les questions avaient cessées, il dût fournir les informations demandées. Il semblait s’être imposé une sorte de droiture qu’il avait lui-même du mal à tenir.

-En fait, tu me ressembles un peu Emy, recommença Niko.

Les deux agents restaient de marbre. S’il semblait vouloir leur expliquer la situation sans qu’ils ne lui posent de question, alors tant mieux. Il récitait toutes ses paroles sur le même ton monotone depuis le début, tout en faisant les cents pas en leur expliquant le pourquoi du comment. Mais Emy semblait embêtée que Kyle ait eût à subir tout ça.

-Je t’avoue que j’ai rarement eût à faire avec une personne aussi douée. En fait, une fille douée mais hyper nulle en relations humaines. Le contraste général de ta personne m’intrigue. J’ai été, je l’avoue, un peu déstabilisé par ton départ.

Il s’approcha d’elle en déposant son index sur son front, un faux sourire innocent ornant son visage pâle.

-C’est pourquoi j’ai fouillé dans le serveur de l’université après ton départ. PIRIA, Reboot… je n’ai pas eu de difficulté à faire de liens. Ta mère n’aurait pas voulu que tu cesses tes études pour rien au monde, et toi non plus si je ne m’abuse. Tu avais de l’avenir jusqu’à ce que tu te sois fait embobinée.

Il lui adressa un sourire moqueur avant d’hausser les épaules.

-C’est ce qui me fascine chez toi. Tu es tout aussi réfléchie qu’empotée.

-Tu ne manques pas de culot!

-Et colérique en plus de ça.

Elle lâcha un grand soupir rempli de frustration. On pouvait presque discerner de la fumée s’échapper de ses narines, comme un taureau prêt à foncer sur sa cible. Kyle ne comprenait d’ailleurs pas pourquoi elle se mettait dans cet état. D’habitude Emy n’avait pas beaucoup de répartie en ce qui concernait Lydia ou même Legan lorsqu’ils se moquaient d’elle. Elle les ignorait ou s’en allait de manière frustrée. Avec Niko tout semblait différent. Il faut dire que depuis cinq jours ils étaient enfermés et isolés, ce qui n’avait sans doute pas aidé les choses. Il la savait rancunière, mais pas à ce point. Qu’est-ce qui avait bien pût se passer entre eux pour qu’elle se mette aussi rapidement dans cet état? Il ne comprenait rien à rien, encore moins pourquoi il avait été mêlé à tout ça. Si ça se trouve, on l’avait capturé uniquement parce qu’il se trouvait en compagnie de la cible principale. C’était lourd comme situation.

Niko détourna son regard vers celui-ci alors qu’il semblait perdu dans ses pensées.

-Dites-moi agent Beryl, aimeriez-vous que je vous libère?

C’était si simple? Sûrement pas. Kyle émit un rire moqueur.

-Ce serait trop facile.

Il sentit pourtant ses liens se desserrer très lentement alors que le poteau qui le soutenait se renfonçait tout aussi doucement dans le sol. Rapidement, plusieurs dalles commencèrent à s’affaisser au sol. Au final, une rangée complète de celles-ci avait déjà disparue. Un grand mur de verre commença à se hisser entre Kyle et Emy. Il devait faire au moins quinze centimètres d’épaisseur et comportait des toutes petites ouvertures circulaires (sans doute pour faire passer le son de l’autre côté) à chaque mètre environ. Niko lui fit un petit sourire et vint s’appuyer contre le mur de verre, sortant une petite télécommande de sa poche droite. Sous le regard ébahi de Kyle, la jeune fille se sentit soudainement prise de peur. Seule face à Niko, ses souvenirs revenaient la hanter. L’asiatique eût le réflexe de donner un grand coup sur la baie vitrée sans succès. Il serra les poings avant de redonner un autre coup sur ce qui le séparait de son amie alors que Niko semblait se moquer d’eux en silence. Sans mentir, il s’amusait. Six dalles se mirent à bouger sous les pieds d’Emy alors qu’elle restait suspendue dans les airs, encore retenue par ses liens de métal glacés. La jeune femme afficha un regard mortifié tandis que son ancien camarade continuait d’afficher son sourire narquois en sa direction. Kyle vint soudainement mettre ses deux mains contre la paroi vitrée. Il se sentait réellement impuissant face à ce nouvel obstacle, et il savait ô combien les conséquences seraient désastreuses. Niko avait visé juste.

-C’est un sale coup bas! , cria Kyle de l’autre côté du mur.

-Non, j’utilise seulement les failles que l’on m’a confiées, dit-il en haussant les épaules.

Emy ne se sentait même plus en mesure de se débattre. Elle tentait de garder son calme en regardant ce qui se trouvait sous ses pieds d’un regard horrifié, mais son expression faciale trahissait tout ce qu’elle tentait de contenir. Elle était là, suspendue au-dessus d’un accès direct au lac. Immobile, elle sentait qu’un simple mouvement pouvait la faire tomber dans son pire cauchemar. Depuis toujours elle avait une peur affreuse de l’eau et Kyle le savait bien. Apparemment, Niko avait lui aussi été mis au courant.

-Tu devrais apprendre à ne pas te confier à n’importe qui Emy.

-Niko, arrête ça s’il te plaît.

Il pointa nonchalamment sa télécommande en direction de son ancienne camarade.

-C’était pourtant si facile pour toi, de cogner à ma chambre avec un air presque désintéressé. Tu n’aurais jamais dût venir me voir, je ne méritais pas tous tes secrets.

Il appuya sur un bouton qui fit descendre le poteau d’environ cinq centimètres avant de s’arrêter net. L’arrêt brusque fit sursauter Emy qui s’était mise à trembler. Ses deux mains s’étaient crispées sur le métal froid de ses liens.

-Je ne savais pas que tu étais effrayée de l’eau à ce point.

-Arrête… dit Emy tout bas. Arrête Niko je t’en supplie.

Elle perdait tous ses moyens, elle était vraiment dans un état de panique; ce qui amusait grandement Niko. Si elle avait sût que se confier à quelqu’un comportait ce genre de trahison, elle ne l’aurait jamais fait. Pourtant, ses souvenirs de lui étaient très clairs. Dès qu’Emy l’avait vu, il lui avait semblé taciturne et rien d’autre. Un soir, alors qu’elle venait de remarquer qu’il habitait la chambre juste en face de la sienne, elle l’avait approché en faisait semblant d’être ennuyée pour lui proposer de jouer aux échecs. Jamais elle n’avait abordé quelqu’un de la sorte, mais Niko était spécial. D’ailleurs, il avait lui aussi remarqué qu’Emy n’était pas comme les autres et possédait un génie égal au sien. Sachant pertinemment qu’elle avait capté son attention, elle allait le voir deux ou trois fois par semaines pour jouer aux échecs. Comme leurs parties étaient brèves et rapides, Niko était impressionné par sa personne et elle le savait. Au final, c’était chaque soir qu’elle allait le voir, mais ils se mirent à parler un peu plus et chose en entraînant une autre, Emy tomba amoureuse de lui. Du côté de Niko, c’était plus ambigu et elle en était consciente, mais elle ne savait pas trop ce qu’elle faisait. Une fois par contre, elle se résigna à aller le voir et c’est lui qui vint cogner à sa porte. Ils jouèrent aux échecs ensemble chaque soir depuis ce temps, et une chose en entraîna une autre…

Niko lança nonchalamment la télécommande à l’autre bout de la pièce.

-Très bien, nous allons jouer à un petit jeu.
Emy sembla soulagée qu’il se soit débarrassé de son « arme », mais ne savait pas trop à quoi s’attendre pour la suite. Dès qu’une dalle en face de Niko commença à révéler un plateau d’échecs, elle comprit.

-Si tu gagnes, je te laisse partir. Sinon, c’est le lac.

-Tu… tu es sérieux?

-Peut-être que ça me manquait d’avoir un adversaire à ma hauteur?

Malgré le sourire effrayant de son adversaire, Emy rougit sous le compliment sans pour autant compatir avec lui. Il y avait des manières bien plus douces et directes d’organiser une partie d’échecs entre vieux amis, mais c’était Niko tout de même. Il aimait susciter les réactions, mais elle ignorait cependant ce qui l’avait poussé à devenir aussi… extrême. Son regard se dirigea vers Kyle, confuse.

-Je ne comprends pas…

-Alors, les blancs ou les noirs?

Elle n’arrivait pas à croire qu’il était sérieux. Pour tout dire, c’en était presque risible, mais que pouvait-elle faire d’autre, suspendue au-dessus d’un lac dont elle ne connaissait ni la profondeur ni les dimensions?

-Heu, les noirs, dit-elle en ravalant sa salive.

~~~

Cela faisait des heures qu’elle enfonçait ses doigts dans la boiserie du bureau devant son téléphone portable en fumant une cigarette ici et là (même si c’était formellement interdit) pour faire passer sa rage. Ses amis étaient peut-être dans une situation où il leur était impossible de la rejoindre. Si ça se trouve, ils étaient mêmes en danger. En fait, ils étaient sans aucun doute en danger. Kyle n’était pas du genre à ne pas donner de nouvelles comme ça, et Emy était bien trop vantarde sur les bords pour ne pas souligner à Lydia lorsqu’elle avait terminé sa mission. Elle devait aller voir. Elle ne tenait plus en place. Oui, juste un petit tour, trente minutes et ce serait finit. Elle irait marcher un peu ni vue ni connue voir comment ses collègues se débrouillent. Si sa petite expédition tournait mal, elle contacterait Ariel ou Legan qui se trouvaient dans l’un des quartiers généraux les plus près. Mais de toute façon, que pouvait-il bien se passer en si peu de temps? Avec toute l’expérience qu’elle possédait, elle pouvait se débrouiller seule. Elle ne pouvait effectuer de sortie sauf en cas de délit de fuite, cela lui avait été clairement indiqué. Mais à ce stade, elle s’en fichait royalement. C’est après y avoir réfléchi cent fois plutôt qu’une que Lydia finit par se dire qu’elle irait. Elle sauta rapidement dans la douche.

~~~

Kyle était frustré de ne rien pouvoir faire. Depuis deux minutes que la partie avait commencée et Emy se sentait aussi stupide qu’apeurée. Elle ne pouvait pas toucher aux pièces, ses liens la retenant toujours au-dessus de l’eau, alors elle devait spécifier les pièces à son adversaire pour qu’il les déplace pour elle.

-Cavalier gauche en C3.

La jeune femme était parcourue d’un sentiment étrange. Elle connaissait les anciennes capacités de Niko mais ignorait ce qu’il était devenu depuis deux ans. Physiquement, il avait à peine changé, mais on voyait tout de suite que quelque chose s’était déclenché en lui pour qu’il agisse de la sorte avec elle. Dans ses souvenirs, c’était elle qui avait le plus souffert d’être séparée de Niko et pas l’inverse. Encore fallait-il qu’il soit non seulement affecté par tout ça. Peut-être qu’au fond, il y avait un peu de réciprocité dans ses sentiments? Ah, si seulement.

Elle releva son regard en direction de Niko. C’était encore à son tour de jouer. Cependant, vu la situation, si elle pouvait gagner du temps ça l’aiderait. Elle tremblait déjà un peu moins, mais il aurait suffi d’un seul centimètre de moins entre elle et ce stupide lac pour la remettre en état d’alerte. Celle-ci attendit patiemment qu’il remarque qu’elle le fixait avant de lui adresser un sourire maladroit.


-Niko, est-ce que tu m’en veux?

Il sembla surpris de sa question (enfin, pour le peu de surprise qu’il pouvait exprimer) avant d’hausser les épaules.

-Tu aurais plus de raisons que moi d’en vouloir à quelqu’un.

Elle se mordit la lèvre inférieure avant de réaliser qu’elle n’aurait pas grand-chose à lui soutirer. À moins que…

-Niko, si tu avais un mot pour définir comment tu te sentais avec moi à tes côtés?

-Étrange, je suppose.

-Lorsque l’on jouait aux échecs?

-Agréable.

-Lorsque l’on regardait des films?

-Convenable.

-Lorsque je t’embrassais?

-Curieux.

Elle persifla, ne s’attendant à ni plus ni moins de sa part. Il ne faisait que s’amuser avec elle. Il ne voulait que se rappeler des souvenirs. Oh, il avait dit « agréable » ?

-Tour droite en H3, dit Emy en soupirant.

Cette partie s’annonçait dévastatrice, mais pas dans le bon sens. Elle avait du mal à se concentrer en sachant pertinemment qu’elle pouvait se retrouver parmi les poissons à tout moment. Niko décida d’attendre lui aussi avant de jouer.

-C’est parce que tu es stressée que tu joues si mal? , dit-il.

-Eh bien je t’avoue que je ne suis pas très à l’aise.

-Pourquoi? Cela ne te rappelle pas de bons souvenirs?

Ça y est, il venait de le dire. C’était de « bons » souvenirs.

-Si, au contraire. J’ignorais cependant qu’ils avaient été agréables pour toi aussi, dit-elle de manière hautaine et sarcastique.

-Probablement pas au même niveau, lança-t-il en lui arborant un sourire bien trop gentil pour être sincère.

Après avoir joué son tour, il interrompit Emy dans son processus de réflexion.

-Je suis sûr que tu n’y songeais pas sérieusement.

Ah, la goutte qui venait de faire déborder le vase.

-Et… si c’était le cas?

Un long silence régna entre eux. Encore une fois, il avait visé juste.

-Tu me connais pourtant.

-Oui, soupira Emy.

-Ça m’aurait étonné.

-Moi aussi.

Elle le haïssait. Non, elle se haïssait elle-même. Comment avait-elle pût croire en une telle réalité? Elle tentait de se retenir de toutes ses forces pour ne pas pleurer, surtout devant Kyle, mais sa respiration se faisait déjà lourde. Niko croisa les bras de manière désinvolte devant elle, un sourire moqueur aux lèvres.

-Si on inversait tu veux?

-Hein?

-Si tu avais un mot pour définir comment tu te sentais avec moi à tes côtés chaque soir?

-Considérée…

-Lorsque l’on jouait aux échecs?

-Heureuse, fit-elle en détournant les yeux.

-Lorsque l’on regardait des films?

-Détendue.

-Lorsque tu m’embrassais.

-…

-Alors?

-Je ne sais pas, j’étais…

-Désir physique?

-Non!

-Désir d’attention?

-Je…

-Désir de nouveautés?

-Non, pas du tout!

-Dis-moi.

-Ça t’importe peu, avoue-le Niko!

-Peut-être pas.

-Je suppose que…

-Que tu voulais profiter de moi?

-Pas du tout! (Elle avait haussé le ton, des larmes chaudes commençaient à couler sur ses joues) Cesse de dire n’importe quoi! Tu ne m’as quand même pas enfermé ici pour que je puisse te dire tout ce que je pouvais ressentir pour toi à cette époque!? Tu es quelqu’un d’extrêmement intelligent qui ne se considère pas tu… tu es vraiment adorable, spécial et unique. Je voulais toujours prendre soin de toi, et si je me suis retournée vers toi c’était parce que je croyais que c’était possible de te montrer ce que tu valais. Je pensais être suffisamment intéressante pour toi, qu’on aurait pût … Écoute je t’aimais vraiment Niko!

Ses sanglots devenaient si forts qu’elle avait du mal à parler. Niko la fixait étrangement, quelque peu ébranlé par le nombre de sentiments qui pouvaient émaner de cette fille en si peu de temps. Bien sûr qu’elle était intéressante, avec son génie pouvant rivaliser avec le sien. Bien sûr qu’elle était bienveillante et qu’elle voulait qu’il soit heureux. Bien sûr qu’il avait apprécié le temps passé en sa compagnie. Hélas, il se sentait incapable de ressentir la même chose. Il était si détestable, elle était trop prête à tout. Leur relation n’aurait été possible que sur le plan technique, et non sur le plan sentimental, et il va sans dire que le deuxième point était surtout celui auquel s’apparentait la jeune femme.

Au bout de quelques secondes, Emy baissa la tête et perdit ses lunettes qui allèrent atterrir piteusement dans l’eau. Ah super, maintenant elle n’y voyait rien. Elle n’osait même plus regarder Niko en face. Elle se sentait si honteuse et tentait pour le mieux d’ignorer tout ce qui pouvait se passer dans la tête de ce pauvre Kyle à cet instant.
~~~

Lydia venait à peine d’entrer dans la douche et la seule chose qu’elle avait eût le temps de faire était de mouiller ses cheveux lorsque son cellulaire sonna. Rapidement, elle ferma les robinets, manqua de trébucher en sautant sur son téléphone et prit sa serviette pour commencer à se sécher rapidement.

-Oui!?

-Lydia, on a perdu le signal d’Emy. On l’a localisé et il faut que tu te rendes à cette adresse… Tu devrais y arriver en quinze minutes.

Elle avait reconnu la voix de l’un des agents expéditeurs de la PIRIA. Elle prit soin de lui lancer une insulte en italien avant de raccrocher sévèrement. Ils avaient attendu de perdre son signal pour l’alerter? Quelle bande de pourris. Rapidement, elle se changea, prenant ses clés et dévala les escaliers des trois étages de l’hôtel qu’elle avait à franchir avant d’arriver à sa voiture. Elle sauta dans sa Audi rouge en constatant l’étrange sensation que c’était d’être pieds nus sur les pédales. Elle avait complètement oublié ses chaussures! Lydia s’en fichait royalement à ce stade-ci, reculant de son parking de manière vive et précipitée avant de se mettre à rouler à toute vitesse sur l’autoroute. Au diable les courants d’airs inconfortables et les limites de vitesse. Il ne lui fallait que quinze minutes pour se rendre là-bas et elle comptait bien y arriver avant le délai indiqué.

~~~

Kyle voulait aider Emy. Il se sentait impuissant face à ce stupide mur de verre qui les séparait. Pourtant, lorsqu’elle éclata en sanglots, il sût alors qu’il ne pouvait vraiment rien changer à la situation. C’était quelque chose de longue date, des souvenirs qui refaisaient surface, de la honte et surtout des sentiments refoulés. Ce genre de choses, il n’avait aucun contrôle là-dessus. Les choses se corsèrent lorsqu’Emy refusa de jouer son tour.

-Comment tu « ne veux pas jouer »?, fit Niko en fronçant très légèrement les sourcils.

-Je… j’aimerais qu’on parle, finit par dire Emy en cessant de pleurer.

-De quoi?

-De nous.

-Je n’ai rien à dire.

-Moi si!

Il sembla réfléchir un instant, dérangé par la résistance stupide de son adversaire.

-Si tu gagnes, on en parlera je suppose.

-Tu promets?

C’est alors qu’il se fit un brin plus gentil, plus convaincant, un léger sourire étant venu se loger dans le coin inférieur droit de sa bouche.

-Oui, bien sûr.

Emy se résigna à fixer maladroitement le jeu d’échec. Elle était myope alors elle avait du mal à voir de loin. Elle tentait de définir les formes des pièces sur le jeu lorsqu’elle le vit se diriger vers la télécommande qu’il avait lancé. Tous ses muscles redevinrent extrêmement tendus. Elle s’apprêtait à nouveau à le supplier de ne pas faire ça lorsqu’elle remarqua que la plaque de dalles sous ses pieds commençait à se refermer. Ses liens ne se firent pas moins serrés, mais au moins ils descendirent pour qu’elle puisse à nouveau toucher au sol. Le plateau d’échec, lui, se fit avancer par Niko pour accommoder la jeune femme. Sachant pertinemment que l’eau était tout de même encore sous ses pieds, elle ne voulait plus provoquer Niko, celui-ci ayant caché la télécommande dans sa poche.

-C’est mieux? Tu vas pouvoir jouer maintenant?

-Oui...

~~~

Enfin Lydia y était! Elle sortit son cellulaire de la poche de jeans pour confirmer l’adresse qu’elle avait noté. Tout semblait en ordre. Cependant, son soulagement fût rapidement changé en désarroi lorsqu’elle constata que l’endroit où elle se trouvait n’était qu’un grand portail de fer avec un chemin privé menant jusqu’à une île. Une caméra se trouvait d’ailleurs en haut de l’un des poteaux électriques de l’endroit. Frustrée, elle rebroussa chemin pour tenter de faire le tour de l’île, voire se trouver un endroit sûr où laisser sa voiture. C’était vraiment un endroit isolé, un grand entrepôt blanchâtre et bien entretenu en plein centre d’un petit lac entouré par une forêt dense. Lydia décida de laisser son véhicule à l’entrée de la forêt pour aller s’y engouffrer, question de trouver un moyen différent d’atteindre l’île. Cet endroit avait beau être entouré de caméras partout, il devait sûrement y avoir un angle mort quelque part. Il y avait toujours un angle mort. Elle s’insulta elle-même alors qu’elle entama sa petite promenade dans les bois sans chaussures. Il n’y avait pas deux minutes qui passaient sans qu’elle lance des jurons ici et là, mais il était bien trop tard pour rebrousser chemin. Elle n’avait plus le choix désormais, c’était l’inconfort ou l’abandon de son amie. Évidemment la réflexion ne s’imposait même pas. Après une bonne vingtaine de minutes à faire le tour de l’île, elle remarqua qu’une petite partie de l’entrepôt avait été construite légèrement au-dessus de l’eau. Ne sachant aucunement de ce qu’il pouvait s’agir, elle espérait seulement qu’il ne s’agisse pas de la fosse septique alors qu’elle plongeait dans le lac. La profondeur était relativement normale pour un lac, donc il n’y avait pas moyen de réellement toucher le fond en étant à la surface. L’eau était plutôt sombre mais surtout froide ; Lydia regrettait presque d’avoir agi de la sorte. Lorsqu’elle fût arrivée sous l’entrepôt, elle décela un objet brillant près de la rive. Priant pour qu’il ne s’agisse pas d’une caméra, elle constata rapidement qu’il ne s’agissait que des lunettes d’Emy. Elle s’en empara et pût s’approcher du bord de l’île pour venir s’y asseoir. Prenant soin de ne pas faire de bruit, elle entendit soudainement la voix d’Emy à travers le plancher, ce qui la rassura.

-Cavalier en A2.

C’était quoi ça? Elle jouait aux échecs? Mais avec qui, et pourquoi diable les échecs?

~~~

Emy se sentait stupide. Elle passait son temps à s’étirer le cou jusqu’à l’échiquier pour espérer y voir quelque chose. Cette fois, elle voulait encore plus gagner. Non seulement Niko lui garantissait sa liberté, mais il lui avait surtout fait une promesse. À bien voir leur partie, c’était perdu d’avance. Seulement, elle n’osait même pas imaginer se retrouver sous l’eau. Si jamais elle réussissait à s’enfuir, qu’allait faire Niko par la suite? Tenter de la retrouver pour la défier encore une fois? Il se faisait pourtant très insistant sur la chose. Si ça se trouve, il voyait en elle une éternelle rivale qu’il comptait pourchasser jusqu’à la fin de ses jours. Ah, qu’il devait être déçu de voir qu’elle était si facile à manipuler.

-Dis-moi Emy, dit Niko en la fixant de ses yeux rouges, essaies-tu de gagner du temps?

-Peut-être.

Il émit un petit rire sarcastique avant de jouer son tour. Cinq minutes passèrent alors qu’il ne restait finalement que quelques pièces à chacun. Niko l’avait mis en échec.

-Roi en H4, dit Emy.

Et il ne fallut que quelques secondes, quelques autres mouvements de pièces pour que la partie soit terminée, l’agente expéditrice en position de perdante.

-Échec et mat, fit Niko en sortant la télécommande de sa poche.

-C’est triste en effet.

-Te voilà toute humble tout à coup. N’as-tu donc pas peur de te retrouver dans le lac?

-Oui et non, avait-elle menti. Maintenant que j’ai perdu, j’ose croire que tu ne voudras plus défier quelqu’un qui t’as déçu de la sorte. Au moins si tu me laisse en plein centre d’un lac -et non de l’océan, d’après ce que tu viens de spécifier- je pourrais m’en aller.

-Bien vu.

-N’est-ce pas?

-Mais qu’en serait-il de ton cher ami?

Ah merde, elle l’avait oublié tout d’un coup. Elle eût à peine le temps de jeter un regard en direction de Kyle qu’elle senti ses liens se desserrer, la plaque sous ses pied ayant recommencée à s’ouvrir. Elle fixait l’eau sous ses pieds lorsqu’elle aperçût soudainement Lydia bondissant hors de la trappe. En un rien de temps, elle avait cloîtré Niko au sol, lançant la télécommande à l’autre bout de la pièce. Tandis qu’Emy tentait tant bien que mal de rester agrippée à ses liens de métal, Kyle assistait à la scène les yeux ébahis.

-Allez Lydia, frappe-le! Criait-il de l’autre côté du mur.

Ce qu’elle fit immédiatement. Un grand coup sur le nez et on en parlait plus. Elle se releva en prenant soin de replacer ses cheveux et d’aller chercher la télécommande.

-Te presse pas surtout ! cria Emy en tentant du mieux possible de rester accrochée.

Lydia prit soin de rabaisser le mur de vitre qui s’était hissé entre les deux camarades. Dès que le mur était rendu à un mètre du sol, Kyle l’escalada vivement et atterrit de leur côté pour aller aider Emy à se dégager d’au-dessus de la trappe.

-Lydia, commença Kyle, on peut sortir par cette trappe?

-Oui, c’est à peine un kilomètre de nage, répondit-elle.

C’est alors que les deux agents s’apprêtèrent à plonger lorsqu’ils remarquèrent qu’Emy avait reculé de plusieurs pas.

-Hors de question que je sorte par là.

-Allez Emy, rétorqua Lydia. Tu t’agripperas à moi si tu veux mais on a pas le choix, c’est le seul endroit par lequel on peut sortir sur le champ!

-Je…

Son regard se détourna vers Niko, couché sur le sol en tenant son nez en sang. Elle ne voulait même pas penser à se rediriger vers l’étendue d’eau qui se trouvait là-bas. De plus, Lydia venait de dire que c’était environ un kilomètre. C’était bien trop pour ce qu’elle pouvait supporter. Elle se sentait stupide. Elle hésitait beaucoup à s’enfuir de Niko et le laisser là par terre, le visage en sang. Pourtant il l’avait un peu mérité. Ce dernier lui adressa d’ailleurs la parole en tentant de se relever maladroitement.

-Qu’est-ce qu’il y a? Vas-y je ne t’empêche de rien.

Elle resta silencieuse et alerte. Non seulement cet endroit renfermait peut-être toujours ses petits pièges, mais en plus elle ignorait ce qu’il ferait lorsqu’elle se déciderait à partir. Il trouverait un autre moyen de l’enfermer à nouveau? Il voudrait la poursuivre pour le restant de ses jours ou seulement la laisser partir comme si rien ne s’était jamais produit? Elle savait que peu importe les questions qu’elle lui poserait, nulle réponse ne viendrait.

-Pars, continua Niko. Je ne te ferai pas de mal.

Emy tentait de dire quoi que ce soit mais les mots ne sortaient pas. Tant de questions hantaient son esprit. Elle était d’autant plus perturbée par l’obstacle auquel elle ferait face si elle s’enfuyait par le lac. Niko chancela jusqu’à la porte au fond de la pièce blanche et, comme s’il avait lu dans ses pensées, lui adressa un sourire étrange tout en se retournant.

-On se reverra.

Traînant de la patte au début, Emy courut finalement vers Lydia et Kyle qui l’attendaient impatiemment. Après plusieurs minutes d’engueulade entre les deux femmes, tous en vinrent à un accord commun et descendirent tranquillement dans l’eau froide. Emy ne fût pas si stressée lorsque ses pieds touchèrent l’eau, mais s’arrêta dès qu’elle en eût jusqu’aux genoux. Elle se sentait si ridicule alors que ses deux camarades semblaient déjà être trempés jusqu’au cou. Lydia lui offrit d’abord de lui tenir la main, mais au final Emy se retrouva accrochée à son dos tout le long de la traversée. Elle tremblait et se retenait de ne pas pleurer. Plusieurs fois elle avait été parcourue de spasmes et elle tentait de garder les yeux fermés pour tenter d’ignorer la situation dans laquelle ils se trouvaient.

-Ah! Ce… c’était quoi ça!? Finit-elle par dire en tressaillant.

-Ça s’appelle une algue Emy, lui dit Lydia sur un ton un peu trop moqueur à son goût.

-Arrête, c’est pas drôle! Je déteste vraiment ça!

-Si tu te plains encore une fois je te lâche en plein milieu du lac!

Et c’est ainsi que le silence régna jusqu’à l’arrivée du petit groupe jusqu’à la rive. Après s’être laissé sécher un peu, ils se dirigèrent vers la voiture de Lydia. Après avoir succombé à une ruée de tiques nerveux dût à se sentiment d’être trempée, Emy remarqua les pieds de Lydia.

-Dis-moi, pourquoi es-tu pieds nus?

-Ah, je te raconterai en route ahah.

Direction la PIRIA.

~~~

Assise sur la banquette arrière, Emy regardait les voitures défiler sous ses yeux sans trop s’en soucier. Elle était vraiment perdue dans ses pensées. La présence de Niko l’avait réellement troublée. Elle ne savait cependant toujours pas ce dont ils auraient pût parler si elle avait gagné. Une chose était certaine, la prochaine fois qu’ils se verraient elle serait prête.

-Alors, commença Lydia, pourquoi vous étiez enfermés là?

-Au début c’était horrible, répondit Kyle. On nous a enfermé dans le noir mais on avait accès à de la nourriture. Enfermés pendant cinq jours tu te rends compte?
Tandis qu’il racontait tout ça à sa collègue, Emy gardait le silence jusqu’à ce que la question qu’elle regrettait sorte de la bouche de la conductrice.

-Et c’était qui ce type? Vous le connaissiez?

Cette fois, Kyle s’abstint.

-Hey, c’était qui!?

-Niko, fit Emy à voix basse.

-Qui ça?

-Un vieux camarade d’Harvard, c’est tout.

-C’est tout!? Il t’a kidnappé pour des petites retrouvailles?

-Oui et non.

Voyant qu’elle ne désirait pas en ajouter plus, elle se dit qu’elle finirait par le savoir de toute façon. Une chose était sûre : Pour Emy, c’était le début d’une toute autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Prompity prompt pour Jay et Flo <3 Happy bday!
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quel boitier numérique pour vieux objectifs argentiques ?
» Quels réglages pour un paysage
» Remerciements pour les dons..
» [SOFT] GParKS, pour retrouver sa voiture grâce au GPS du téléphone.
» Recherche auteur pour livre éducatif pour enfant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors-Jeu :: Fictions :: Prompts-
Sauter vers: