~
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Joyeux anniversaire, bienvenue chez St-Hubert

Aller en bas 
AuteurMessage
Kyle

Kyle

Messages : 122
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 29

Joyeux anniversaire, bienvenue chez St-Hubert Empty
MessageSujet: Joyeux anniversaire, bienvenue chez St-Hubert   Joyeux anniversaire, bienvenue chez St-Hubert Icon_minitimeSam 18 Jan 2014 - 19:11

Disclaimer: ADAM QUI PLEURE DANS LES BRAS DE KYLE

-

Derrière les rideaux de la cuisine, deux silhouettes s’agitaient. Amadriel éteignit le moteur et jeta un coup d’œil à Kyle.

- Ça va aller?
- Heu...

Ce dernier regardait avec nervosité la scène qui se dessinait sous ses yeux. Les deux silhouettes appartenaient de toute évidence à Adam et son père, et si Kyle n’arrivait pas à dire clairement ce qui était en train de se produire, il pouvait se douter que ce n’était pas très joli. On aurait dit une virulente engueulade.

- On arrive à un mauvais timing je crois, dit-il avec inquiétude.

Il savait que la situation familiale de son ami n’était pas la meilleure, mais Adam ne s’était jamais abondamment répandu sur le sujet. Gardant les détails pour lui, il s’était contenté de mentionner que sa mère était partie peu de temps auparavant et que son père et lui ne s’entendaient pas très bien. Kyle commençait à se demander s'il était arrivé à un moment particulièrement intense ou si on lui avait simplement lancé un bel euphémisme à la figure.

- Qu’est-ce que j’suis sensé faire?, demanda Kyle à sa tante. Je vais cogner ou…
- Tu peux attendre un peu si tu veux. Il n’y a rien qui presse, suggéra Amadriel. Attends que ça se calme, puis appelle-le.
- Oui, d’un coup que… d’un coup qu’il ne feel plus pour faire quelque chose…

Kyle se cala dans son siège, la gorge nouée. Le carré illuminé ne montrait plus grand chose, à peine des morceaux de silhouettes par intervalle. Il se demanda un instant si, en ouvrant la porte de la voiture, il aurait pu entendre leurs voix se répercuter à l’extérieur. Ce n’était peut-être que dans les films, ce genre de disputes dramatiques, mais Kyle imaginait bien la scène et il ne se sentait que plus désemparé encore.

- Est-ce que toi, tu as toujours envie d’y aller?, lui demanda sa tante, doucement.

Un regard vers la petite maison et Kyle haussa les épaules, raide. Il n’avait certes pas envie de s’immiscer dans un théâtre qui n’était pas le sien, de surgir là où on ne voulait pas de lui. Kyle ne pouvait pas prédire l’état dans lequel se trouverait Adam par la suite.

- Je sais pas, répondit Kyle. J’ai toujours envie de le voir, mais je sais pas si ça serait… S’il décide d’annuler, il va me texter, j’imagine.

Machinalement, Kyle allait sortir son cellulaire de sa poche, lorsque la porte de la demeure s’ouvrit à volée. Dans l’encadrement se tenait Adam, visage crispé et poings serrés. Il dévala les marches de son entrée la tête basse, sans même remarquer la voiture étrangère qui s’y tenait, ses enjambées longues comme s’il ne tenait qu’à s’échapper, à s’enfuir et à disparaitre loin.

Avant que le mouvement ne fut compris de son esprit, Kyle était déjà dehors et sur ses pieds, prêt à intercepter Adam. Celui-ci freina brusquement. Il ouvrit les yeux de surprise; il avait momentanément oublié, peut-être, qu’il avait une soirée prévue avec Kyle. Les deux garçons restèrent là, plantés, à se fixer sans mot dire, jusqu’à ce que Kyle énonçât :

- Adam?

À l’entente de son prénom, le regard de son ami chancela; Kyle songea à la flamme d’une bougie oscillant péniblement pour rester allumée. On souffla dessus et le visage d’Adam se décomposa sous ses yeux.

Il fit un dernier pas, puis engouffra Kyle dans ses bras et s’y agrippa avec l’énergie du désespoir. Écrasé dans un océan de chaleur, Kyle le sentit se mettre à pleurer contre son épaule, à hoqueter tout près de son oreille et à trembler sans plus de retenue. La situation le prenait complètement au dépourvu. Il resta les bras ballants, avec l'impression d'être une inutile, minuscule silhouette éperdue. Adam pleurait et Kyle n'avait que sa maladresse à offrir en réconfort.

Par contre, si cette maladresse pouvait l’aider un tant soit peu, Kyle allait lui donner tout ce qu’il pouvait lui donner.

Il enveloppa son ami de ses bras et serra, serra, serra, les yeux fermés et les lèvres pincées. Son cœur battait follement, il allait finir par se décrocher et chuter le long de sa cage thoracique. Durant un long moment, rien ne se produisit. Adam pleura et pleura et Kyle l’écouta et le serra davantage, laissant tomber par intervalle des « shhh » et de timides « c’est okay, ça va aller ». Il avait conscience de sa tante qui les observait depuis la voiture, mais il ne pouvait pas y faire grand-chose.

Progressivement, les pleurs d’Adam cessèrent et ses tremblements se résorbèrent. Il resta immobile un instant supplémentaire, simplement là à respirer contre le t-shirt trempé de Kyle. Celui-ci ne bougea pas non plus, attendant le mouvement suivant de son ami.

- Ugh, grogna Adam.

Il inspira avec un hoquet, puis se décolla lentement, difficilement. Sur sa figure rougie, sillonnée de traces de larmes, il avait les yeux baissés et l’air profondément las. Kyle ne se rappelait pas l’avoir vu si réduit, si souffrant.

- Tu veux venir chez moi?, proposa-t-il soudainement, impulsivement. Son ami releva un regard confus sur lui, un regard bouffi et veiné de rouge qui tordit le cœur de Kyle. Je veux dire, reprit-il. Au lieu de… peut-être que ça te ferait du bien de… Tu sais, te changer les idées un peu…?

Adam le considéra en silence, puis seulement alors sembla-t-il remarquer la présence d’Amadriel dans la voiture derrière.

- Ta tante, elle…, fit-il d’une voix rauque, les premiers mots qu’il prononçait depuis. Ça ne lui dérange pas?
- Oh. Non, enfin, ça m’étonnerait. Elle… elle t’a vu…
- Ah. Ouais, okay. J’ai donné un vrai show, pas vrai, marmonna Adam, cynique. Je m’excuse pour…
- Non, c’est bon, coupa Kyle sur un ton ferme. Y’a pas de mal.

Les yeux de son ami se reposèrent sur lui et il sourit, un sourire à des années-lumière de son habituel rictus confiant ou de son expression éclatante. Ce sourire n’était que le coin de ses lèvres attaché sur un fil et tiré de force vers le haut. Puis, il baissa la tête.

Kyle ouvrit la portière et informa rapidement sa tante du changement de plan pour la soirée. Elle accepta sans mal, son expression cernée d’inquiétude. Lorsque les deux garçons s’installèrent, Kyle à ses côtés et Adam à l’arrière, le visage tourné vers la fenêtre après une salutation polie, Amadriel quitta la demeure. Tout au long du trajet, elle ne posa pas de question, se contentant de lancer des coups d’œil illisibles à Kyle qui tordait nerveusement les manches de sa veste.

- Tu prendras ton ancien matelas, dit Amadriel simplement pour couvrir le silence poisseux de la voiture. Il est dans le sous-sol je pense; tu le mettras à côté de ton lit.
- Okay.
- Pardon Adam, c’est possible qu’il soit un peu humide, ça fait longtemps qu’il n’a pas été sorti. On ne reçoit pas très souvent à dormir.
- Merci, c’est correct. N’importe quoi me va, répondit le concerné.

La voiture s’arrêta devant le semi-détaché. Amadriel se retourna sur son siège pour faire face à Adam, le visage sérieux, mais le regard tendre, chaleureux.

- Ne te sens jamais mal à l’aise de venir à la maison, Adam. Si n’importe quoi se passe, si tu as envie de sortir de chez toi, n’hésite jamais, d’accord?

Le jeune homme la fixa, le dos raide et les lèvres pâles comme si de nouvelles larmes s’apprêtaient à lui monter aux yeux. Il hocha la tête, une fois, le mouvement posé et clair, reconnaissant.

Sa portière s’ouvrit et Kyle se trouvait derrière avec un sourire timide.

- Allez, tu viens, Adam?

Il le regarda sortir de la voiture, se balançant d’un pied à un autre, le sac à dos qui était sensé lui servir chez Adam accroché sur son épaule. Voyant que son ami se déridait lentement, Kyle poursuivit sur sa lancée :

- C’est Thalyk qui cuisine ce soir. C’était sensé être un « souper en amoureux » ou un truc dégueu du genre (j’veux dire, comme si je voulais savoir ce qu’il fout avec ma tante), alors on devrait avoir le droit à quelque chose de potable? Il va être déçu quand il va nous voir arriver, ça va être drôle. Mais y’aura sûrement pas assez de bouffe pour nous, alors si tu veux, on peut se commander une pizza ou quelque chose du genre.

- Yeah. Quelque chose du genre, répéta doucement Adam, un éclat familier dans ses prunelles.

C’était de l’amusement, un sourire léger qui se préparait sur ses lèvres. Kyle poussa un soupir imaginaire alors qu’un distinct sentiment de soulagement l’envahissait.

- Pizza is it? On va leur laisser leur souper en amoureux et Thalyk va nous haïr moins.
- D’accord, c’est bon. Surtout qu’il ne m’apprécie déjà pas beaucoup, je crois.
- Nan, il déconne. Il est jaloux parce qu’à ton âge, il avait pas le tiers de ta carrure, clairement, railla Kyle en s’effaçant pour le laisser entrer.

Un rire mince s’échappa d’Adam, un bruit oublié malgré lui. Ce n’était pas grand-chose, mais c’était une victoire de plus, pensa Kyle. Il ne pouvait pas régler miraculeusement les problèmes de son ami, il en avait conscience. Toutefois, il pouvait au moins l’aider à atténuer son mal.

Tenant la porte pour sa tante, Kyle échangea un sourire avec elle. Elle avait eu une réaction normale face à la situation, une réaction qu’aurait sans doute eue toute personne décente, mais il ne pouvait s’empêcher d’éprouver de la reconnaissance à son égard.

- Amadriel?
- Here!, répondit la concernée à la voix qui provenait de la cuisine. J’amène des invités!

La tête grisâtre de Thalyk apparut à l’autre bout du couloir. Il fit une grimace exagérée en apercevant Kyle et Adam qui retiraient leurs chaussures dans le portique.

- Eux? Désolé, mais on m’avait pas prévenu qu’un bataillon d’armée se ramenait pour souper, j’ai que de la bouffe pour trois ou quatre personnes normales au maximum.
- Thanks for that, lança Kyle en réponse. Pas besoin de te forcer, on va commander de la pizza.
- Crache le cash, Greenwood, c’pas nous qui paie.
- Tiens, fit Amadriel en lui refilant un billet de vingt dollars avec un sourire rieur, et Kyle se demanda une seconde si ce n’était pas simplement pour contredire Thalyk.

Glissant le billet dans sa poche, Kyle la remercia, puis se tourna vers Adam.

- Je vais aller chercher le matelas tout de suite pour l’installer en haut. Tu peux aller au salon si tu veux et choisir un film ou ben, on peut se faire une game de ce qui te tente.
- J’peux t’aider à monter le matelas?, proposa Adam.
- Oh, bah oui, avec plaisir, opina Kyle, avant de lui montrer le chemin vers le sous-sol.

Celui-ci ne comportait qu’une seule pièce, relativement petite et humide, qui servait davantage de débarras qu’autre chose. Le matelas était posé contre le mur du fond. Parmi les boites remplies de décorations des fêtes et de vieux souvenirs, ils se frayèrent un chemin jusqu’au lit. Kyle allait empoigner son côté de matelas, lorsque la voix neutre de son ami lança :

- Un « Je t’aime Amadriel » en macaronis, c’est ben cute.

Redressant les yeux, Kyle aperçut son ami plongé dans l’une des boites jonchant le sol. Il tenait en main l’un de ses vieux chef d’œuvre du primaire et l’observait avec un rictus nettement amusé.

- Ah merde, j’avais oublié que y’avait tous ces trucs gênants en bas, grimaça Kyle. Après tout ce temps, j’les remarque même plus.
- J’espère que Jean ne connait pas cet endroit, répliqua Adam.
- Il n’est jamais descendu ici et j’vais m’assurer que la situation reste comme ça. Tu vas pas me stooler hein?

Adam haussa les épaules, l’air suggestif, et Kyle lui arracha rapidement le carton qu’il avait en main. C’était un dessin de lui et Amadriel fait aux crayons de cire qui portait la mention « Ma famille, cinq ans ». Il était signé de son nom dans des lettres larges et difformes. L’âge correspondait environ au moment où sa tante l’avait recueilli. Sans s’en rendre compte, Kyle s’attarda un peu trop longtemps sur le dessin, avant de se forcer à le jeter dans une boite au hasard. Adam n’avait pas réalisé son léger dérapage, occupé qu’il était à scruter le fond d’une autre.

- Bon, allez, assez de matériel à blackmail pour ce soir. On monte le matelas?, suggéra Kyle pour les ramener à leur mission première.
- J’y reviendrai, promit Adam sur le ton de la blague en attrapant de son côté du lit. Ou au pire, je peux toujours demander à Amadriel. Elle, je sais qu’elle m’aime bien.
- Tu ferais pas ça hein?

Faute de pouvoir hausser les épaules, Adam haussa les sourcils de façon caricaturale. Kyle rit, puis échappa :

- Nan, je sais que tu me ferais pas ça. J’ai confiance en toi.

La réponse prit un moment à venir. Ils étaient au niveau de la cage d’escalier, Kyle en avant, aussi celui-ci n’aperçut rien du tout de l’expression que portait son ami. Il n’entendit que la voix étrangement sérieuse énoncer :

- C’est réciproque.

Kyle songea à son t-shirt trempé de larmes, aux hoquets échappés près de son oreille, aux bras l’ayant serré, et il avala une salive pâteuse, une émotion dangereuse au creux du ventre. Adam ne pouvait pas voir son expression non plus et c’était bien ainsi.

Le reste du chemin se fit en relatif silence. (Exception faite des coins d’escaliers, où ils tentèrent non sans difficulté de faire passer efficacement leur chargement.)

- Il est pas super grand, commenta Kyle lorsqu’ils lâchèrent le matelas sur le sol de sa chambre. Je vais le prendre, ça me dérange pas. Tes pieds dépasseront pas de mon lit, alors c’est mieux pour toi.
- Non, c’est bon, rétorqua Adam. Tu m’invites déjà chez toi à l’improviste, j’vais pas en plus te faire coucher par terre.
- Ben non. C’est mon ancien matelas, j’suis habitué à dormir dessus. Et j’ai pas autant grandi, moi, ajouta-t-il, un sourire en coin au visage.

Secouant la tête, Adam se laissa gagner d’un rictus semblable. Il n’ajouta rien, mais Kyle se doutait qu’une fois l’heure de dormir venue, il lui faudrait se battre encore un peu avec son ami. En ce moment même, Adam se sentait probablement étranger, intrus dans leur maison. Kyle pouvait comprendre le sentiment.

- Okay, so. What do you wanna do?
- Commander la pizza?, suggéra Adam. J'ai faim.
- Me too.
- What a surprise, se moqua gentiment son ami comme s'il avait le droit de parler.

À eux deux, la pizza n'eut de toute évidence aucune chance. Ils s'étalèrent dans le salon devant le XBOX et s'affrontèrent à Call of Duty, Halo, puis à SuperSmash Bros et lorsque Kyle envoya pour la troisième fois la Samus d'Adam bouler contre l'écran, ce dernier s'abattit sur lui avec ses mains pleines de graisse de pizza pour lui en mettre partout sur le visage et dans les cheveux. Kyle hurla de rire, Thalyk lui hurla un "TA GUEULE" bien senti et Adam se cacha dans le t-shirt de Kyle pour étouffer ses propres éclats.

Abandonnant les jeux vidéos, ils sortirent prendre l'air et revinrent avec trois sacs de chips, plus deux bouteilles de boissons gazeuses en main. Ils avaient décidé d’être un minimum raisonnable et de ne pas dévaliser complètement le dépanneur du coin.

Dans la chambre de Kyle, ils se juchèrent sur son lit, dos contre le mur et Rush Hours 2 sur le laptop d'Amadriel devant eux.

Kyle connaissait le film quasiment par coeur, aussi son regard s'égara malgré lui vers le profil de son ami. Il avait un sourire fantôme au visage, une expression qui semblait plus mélancolique que réellement contente. Au cours de la soirée, Adam avait été plus silencieux et posé qu'à l'habituée. C'était parfaitement compréhensible et Kyle ne le blâmait pas, cependant il avait eu l'impression de revoir cette vieille sympathie distante, cette politesse amicale qu'Adam manifestait d'abord lorsqu'on le connaissait peu. C'était une façade, songea Kyle et il se demanda vaguement si son ami allait parler avant la fin de la nuit.

Il ne voulait pas le forcer, mais il ne voulait pas non plus voir son ami se rétracter sur lui-même et souffrir en silence. Après tout, Kyle ne l'avait pas invité chez lui sans raison.

- Attends, cette scène. C'est une stunt que j'ai toujours voulu essayer, lança Kyle.
- Huh. Pas mal.
- Y'a rien d'extraordinaire dans les chorégraphies de ce film, mais CE truc...
- Hey, t'as jamais pensé à devenir stuntman? dit Adam simplement, avec un coup d'oeil curieux vers Kyle.
- Pas vraiment. J'ai tendance à croire que je servirais pas beaucoup, répondit celui-ci après un instant à considérer la question. Pis, faudrait que je m'exporte aux USA nan?
- Y'a toujours le Cirque du soleil sinon.

Kyle lâcha un rire désabusé. Le plus ironique était que le choix de carrière n'était pas sans intérêt. Toutefois, il était sans doute trop tard pour viser le Cirque du soleil, lui qui n'avait jamais tenté de gymnastique de sa vie. Bon, il existait probablement d'autres rôles à remplir, mais Kyle ne se pensait pas réellement capable d'y parvenir.

- Et moi dans des championnats internationaux de MMA, ce serait pas mal non? lança Adam sur un ton vague.
- J't'imagine bien, sourit Kyle. Ou genre joueur de football professionnel qui fait de la figuration dans des films d'ado.

Adam lui donna un léger coup d'épaule, riant doucement.

- Arrête, j'suis clairement le lead.
- Yeah, I know, fit Kyle.

Adam serait le lead idéal: beau, grand, bien bâti et une personnalité à tout casser. La fille qui lui tomberait dans les bras aurait probablement le genre d'Emy, brillante et réservée et geekette sur les bords. Le parfait cliché. Kyle sourit pour lui-même, se donnant l'impression d'être complètement bête. Le voilà qui inventait des conneries avec son copain et une fille qu'il connaissait à peine.

(C'était un peu pathétique, mais Kyle n'irait pas explorer pourquoi.)

- Il me faudrait un love interest quirky, poursuivit Adam, pensivement, et Kyle regardait l'écran de l'ordinateur sans le voir. Quelqu'un de drôle, timide peut-être...

Il s'interrompit. Kyle tourna la tête vers lui, lentement, comme si la scène était filmée, comme si elle était calculée. Adam le fixait.

Ils se trouvaient seuls et enfermés dans la chambre de Kyle et, entre eux deux, il n'y avait qu'un mince espace, un mince et ridicule espace. Kyle déglutit. Il avait envie de le franchir, de le franchir et de...
De faire quoi, au juste?

Adam était si près, à une main de distance, à un toucher de lèvres, à une parole échappée. Et il était si loin, à une erreur malencontreuse, à une possible amitié gâchée.
Les manches de sa veste étaient si effilées, Kyle ne savait plus sur quel fil tirer.

- Ton... Ton frère et ta soeur, dit-il en bifurquant sans prévenir de sujet pour quitter les marécages mortels. Ils sont okay chez toi?
- Ah, soupira Adam. Yeah. Ils ne sont pas à la maison en fait, ils sont partis une semaine chez maman pour les vacances. Je les aurais pas laissés seuls avec papa sinon.

Kyle hocha la tête, compréhensif. Une inquiétude vague commençait toutefois à faire surface et Kyle médita un moment la question, incertain à savoir s'il était trop indiscret de la poser.

- Ton père heu...est-ce qu'il...
- Nan, coupa aussitôt Adam qui avait vu l'interrogation arriver. Il n'est pas violent. Il boit et il est agressif et il est pas quelqu'un de super agréable à vivre avec, mais il nous a jamais touchés.

Il regarda distraitement sa main droite, referma le poing lentement, de plus en plus fort, et arrêta juste avant que ses jointures ne deviennent blanches.

- Je ne sais pas ce que je ferais, je ne sais pas comment je réagirais, murmura-t-il, sur un ton bas, caché, comme s'il énonçait son secret non pas pour Kyle mais pour lui-même. Je suis assez fort pour le tuer, tu sais.

Le silence s'étendit, pesant, étouffant. Kyle regarda les mains d'Adam, ses longs doigts qui l'avaient attrapé, tiré, stoppé, bousculé un nombre incalculable de fois, ses mains familières et chaudes et joueuses, et il n'en crut pas un mot.

- Je sais, fit Kyle, doucement. Mais je crois que tu ne ferais jamais ça.

Adam lui coula un regard de biais, illisible.

- Yeah? Tu crois?

L'air peu convaincu de son ami sur lui, Kyle chancela un peu, les joues rosissantes. Vérité était qu'il n'avait rien de plus à dire, rien de plus à offrir à Adam.

- J'le crois, répéta Kyle malgré tout. T'es quelqu'un de bien Adam, un des meilleurs.

Le monde tangua lorsqu'Adam se pencha vers lui.

- C’est la deuxième fois que tu me dis ça aujourd’hui. Tu me donnes beaucoup de crédit je trouve, mumura-t-il avant de l'embrasser.

Kyle ouvrit grand les yeux avec l'impression que son sang se renversait dans ses veines. Il resta immobile, entièrement pris au dépourvu, le coeur lui battant dans la gorge.

Les lèvres d'Adam étaient un peu sèches mais chaudes, et elles reposaient sur celles de Kyle en une hésitante question. De si près, il lui semblait voir tous les subtils jeux de lumière sur les traits solides de l'autre, comme une seconde de film décortiquée image par image, exposée dans ses moindres détails.

D'une main frémissante, Kyle toucha la joue d'Adam, la ligne de sa mâchoire, ses pommettes et l'endroit précis où ses cils venaient y déposer leur ombre.

Les doigts d'Adam emprisonnèrent son poignet et Kyle ferma les yeux, bougea ses lèvres. Aussitôt, de longues mains prirent son visage en coupe et le corps d'Adam se courba, enfonça lentement le sien contre le matelas. Kyle l'agrippa par la nuque et tordit ses doigts dans les courtes mèches brunes.

Il ignorait ce qu'ils étaient en train de faire exactement, à s'embrasser lourdement dans sa chambre comme si c'était une chose parfaitement pratiquée. Ce n'était pas une tournure des événements que Kyle avait prévue. Ce n'était même pas une possibilité à laquelle Kyle avait sérieusement songé, le fait qu'Adam puisse être autre chose que le brillant quarter back avec une histoire vaguement tragique et surtout, une petite amie tout aussi assortie. (Oh, Adam n'aurait pas aimé l'entendre, lui qui n'appréciait pas beaucoup ce genre de préconçus, mais Kyle-
Kyle ne savait désespérément pas.)

Toutefois, le contact était réel, aussi réel que la disparition soudaine de cette distance qui semblait être tout un instant plus tôt.

Kyle écarta les jambes et l'attira plus près, tout contre lui. Le corps d'Adam était pesant et il irradiait d'une chaleur étourdissante (ou peut-être était-ce le coeur de Kyle qui pompait trop vite, trop fort) et Kyle avait l'impression d'être en train d'inhaler une drogue addictive, de goûter au sommet d'un précipice par les lèvres posées sur les siennes.

Il ondula son bassin, le rude tissu de ses jeans frottant contre celles d'Adam, et ses doigts se crispèrent sur ses larges épaules. Sa retenue, le peu qui en restait, fut mise à rude épreuve lorsqu'Adam poussa cette espèce de gémissement étouffé contre sa bouche, un bruit surpris et machinal. Kyle accentua le baiser, glissa ses mains sur la taille de l'autre, touchant ce qu'il pouvait toucher. Il se laissait aller, excité et fébrile. Avec cette peau dorée, brûlante sur la sienne, il ne réfléchissait plus.

Descendant jusqu'à la ligne des jeans d'Adam, Kyle traça l'élastique des boxers de ses doigts.

Puis, Adam relâcha son visage et coupa le baiser. Kyle chassa ses lèvres par réflexe, un grognement dans la gorge, mais l'autre le maintint en place d'une poigne ferme sur ses épaules.

Sa tête retomba sur le matelas, ses yeux larges, éclatés, fixés sur Adam immobile au-dessus de lui. Il y avait une lente brûlure dans son bas-ventre et un courant électrique dans les muscles de son corps.

Adam l'observait, ses pommettes rougies et le souffle écourté, et il avait l'air de ce pour quoi les gens courraient se damner. Kyle avait une douloureuse envie de le toucher.

- Huh... Est-ce que je... J'suis allé trop vite?, articula-t-il.
- Non... Peut-être? Je sais pas, répondit l'autre.

Il baissa la tête, posa son front contre celui de Kyle avec douceur. Celui-ci murmura en réponse:

- O-okay. First time, eh?
- Non, ben... avec un autre homme oui. Pas toi?

Kyle sourit, gêné.

- Nan.

Il tâcha d'ignorer le regard curieux d'Adam, ne sachant pas trop s'il voulait lui dire qu'il avait expérimenté des "trucs" avec Cinnamon entre tous. Lentement, Adam se rassit sur ses talons.

- Je savais que t'étais bi, mais je croyais pas que t'étais déjà sorti avec un gars, glissa-t-il avec un effort visible pour ne pas faire preuve d'indiscrétion.
- Je savais que t'étais sorti avec Lydia et j'avais aucune idée que t'étais bi, rétorqua Kyle sur le même ton.

Ils se fixèrent en silence, puis un rictus gagna les lèvres d'Adam. Elles étaient encore rouges de celles de Kyle.

- So, reprit ce dernier avant de s'interrompre. Il n'avait rien de plus à ajouter, il avait seulement envie de retourner à l'ambiance précédente, à cette bouche et cette peau sous la sienne.
- J'avais pourtant pas l'impression d'être très subtil, avoua Adam. J'pense que t'es juste pas super perspicace.
- Quoi? De quoi tu parles?

Comme seule réponse, Adam arqua un sourcil. Kyle le fixa sans grande conviction.

- Juste tout à l'heure: "Il me faudrait un love interest quirky, drôle, timide...", cita-t-il et l'intensité de son regard noisette prit alors une toute autre dimension.

Le coeur de Kyle cogna une fois dans sa poitrine avec la résonance d'un gong. Il se redressa sur ses coude, sa voix s'échappant sur une note comiquement haute:

- Attends, t'es sérieux?!

Adam rit de cette façon profonde et chaleureuse qu'il avait de rire, de cette façon que Kyle voyait et entendait alors pour la première fois de la soirée. Il se sentit chanceler, sur le point de plonger.

- Yeah. Je suis sérieux.
- T'appelles ça "évident"? Ça aurait pu être n'importe qui!
- J'aurais pu rajouter "sportif, amoureux des animaux, tête en l'air et avec un complexe d'infériorité injustifié", fit Adam, faussement sérieux alors que Kyle essayait de ne pas trop sourire en lui servant son regard assassin. Oh et, évidemment, très mignon, avec des jambes superbes. Mais là, ça aurait été un peu trop facile.

Voyant la tête que lui faisait Kyle, Adam se pencha et déposa un léger baiser sur sa bouche, murmurant:

- Si je touchais Jérôme comme je te touche normalement, Beth m'aurait accusé d'être en train d'essayer de lui voler son chum.

Kyle poussa un soupir et attrapa d'une main l'arrière de la tête d'Adam pour appuyer le baiser. Il le relâcha, le temps d'avouer:

- I thought you were fucking straight. I thought I was getting myself up high in delusion. I didn't... I didn't want to...

Didn't want to get hurt. Didn't want to lose you.

Les iris pailletées d'or le fixaient, aussi Kyle battit des paupières comme s'il voulait chasser l'envoûtement qu'il y voyait.

- Je sais, murmura Adam.
- We could've been kissing for a while, lança Kyle avec un mince rire, le ton quasi-déçu. A shame. I really like kissing you.
- Yeah, sourit l'autre, l'air plus satisfait qu'il ne voulait le montrer. Moi aussi. Mais on a tout le temps devant nous, maintenant.
- I guess so. Genre…Facebook official?

Avec un "si tu veux" amusé, Adam coupa court à la discussion en reprenant le baiser. La forme de ses lèvres devenaient lentement mais sûrement familières, et c'était une pensée qui excitait Kyle plus qu'elle ne l'aurait sans doute dû.

Ils s'embrassaient et la nuit était tombée et la chambre était noire; ils s'embrassaient et la maison était silencieuse et le film finissait de jouer; ils s'embrassaient et Kyle aurait pu s'y noyer pour le restant de ses jours.

Il ne savait pas trop ce qu'ils étaient en train de faire, ce qu'ils étaient en train de devenir, mais Kyle se disait qu'avec lui, ça ne pouvait pas être plus mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Joyeux anniversaire, bienvenue chez St-Hubert
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bon et joyeux anniversaire Tawfiko.
» Bon et joyeux anniversaire Halim 78
» joyeux anniversaire Patrick
» Joyeux anniversaire à Allana !
» Bienvenue chez les HTC HD Ch''tis !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors-Jeu :: Fictions :: Prompts-
Sauter vers: